Un village propre Makea

PrintFriendly and PDF

Depuis début octobre dernier, la commune
de Macaye a choisi de changer le
mode de collecte des déchets ménagers
en ayant recours au conteneur individuel
fermé à clé pour chaque foyer du village.
Alors que le sujet de la collecte et du traitement
des déchets produits dans nos foyers
revient de manière récurrente dans l’actualité,
des communes franchissent le pas de la collecte
individualisée. Près de dix mois après sa
mise en place, nous revenons aujourd’hui sur
cette nouvelle expérience et analysons les
premiers résultats.
Macaye le mauvais élève, des habitudes à
changer
Sur la commune de Macaye, la collecte des
déchets est assurée par le syndicat intercommunal
Garbiki qui intervient également sur 15
autres communes alentours. Le syndicat fournit
aux conseils municipaux le classement
des villages selon la production annuelle de
déchets ménagers par habitation. Pour l’année
2011, la commune de Macaye produisait
133 tonnes d’ordures ménagères faisant ainsi
de la commune un des plus mauvais élève du
territoire de Garbiki. Ainsi, pour l’année, la collecte
des déchets sur la commune coutait 9
710 € et le traitement 15 569€ .
Sachant que le Pays Basque Nord n’a pas au
jour d’aujourd’hui de lieu de traitement des ordures
ménagères, nos poubelles traversent
toute l’Aquitaine en camion, encombrant nos
routes, jusqu’au nord de la Gironde où elles
sont enfouies.
A Mac aye, jusque-là, il existait différents
points de collecte dans le village où l’on trouvait
des bacs de 1000 litres et un bac jaune
pour la collecte des déchets recyclables. Ces
containers étaient ramassés une à deux fois
par semaine. Le camion devait alors passer
dans tous les points de collecte et lever tous
les bacs même si certains étaient parfois remplis
qu’au tiers.
Pour ce qui était du verre et des journaux les
bacs spécifiques n’étaient disponibles qu’au
bourg de la commune.
Les relevés effectués par les agents de Garbiki
à l’époque, montrent que les bacs à ordures
ménagères contiennent des déchets
encombrants n’ayant rien à faire dans ces
containers. Il n’était pas rare de retrouver des
sacs entiers remplis d’herbe de tonte, des
pneus en vrac ou encore des appareils électroménagers
abandonnés par côté. Tout ceci
encombrait inutilement ces bacs et remplissait
autant de camions vers le centre d’enfouissement.
Malgré bon nombre de courriers et une vigilance
permanente aucune amélioration ne se
ressentait. La communication autour des déchetteries
de Briscous et Helette ainsi que
l’organisation de collectes d’objets encombrants
ne suffisait pas à obtenir des résultats
marquants. Face à ce constat, le conseil municipal
a décidé de prendre des mesures pour
réduire la quantité de déchets produits.
Le nouveau mode de collecte
Accompagné par le syndicat intercommunal
Garbiki qui menait alors une expérience de
nouveau mode de collecte des déchets sur la
commune de La Bastide-Clairence, Macaye
s’est portée volontaire pour adopter le bac individuel
pour ordures ménagères. Il s’agissait
de trouver une méthode efficace qui ne perturbe
pas trop les habitudes de la population
et de l’accompagner d’une communication
claire.
L’objectif principal était de responsabiliser les
habitant-e-s par rapport à leurs déchets en
leur confiant un bac qui ferme à clé d’une
contenance de 120 litres pour chaque foyer.
Ce bac se trouve sur les points de collecte
déjà existant et comporte un numéro unique
permettant de l’identifier. Celles et ceux qui le
souhaitent peuvent l’amener à leur domicile
pour une utilisation plus facile, par contre le
ramassage ne se fait que sur les points de
collecte. Pour les professionnels, notamment
les restaurants des bacs plus grands sont prévus.
L orsqu’il est au moins au trois quarts plein, il
faut présenter son bac poignées vers la route
pour le faire vider. Ainsi, au premier coup d’oeil
les agents de collecte savent quelles sont les
poubelles à vider. Les bacs pleins sont alors
mis sur le bras de relevage qui, d’une part, vide
le contenu dans la benne mais dans le même
geste pèse le bac. Ensuite, celui-ci est
replacé dans sa position initiale par les
éboueurs pour qui la manipulation n’est pas
plus compliquée avec ce nouveau mode. Les
bacs sont ouverts et refermés à clé par un
système inclus sur le camion. Les salariés
portent moins de poids à la fois et ont des
bacs moins sales qu’avant. Chacun fait attention
à son bac, et là où certain-e-s profitaient
de l’anonymat du grand conteneur pour y jeter
des déchets en vrac, aujourd’hui les gens respectent
mieux le matériel et utilisent systématiquement
des sacs poubelle.
Puisque les bacs ne sont pas systématiquement
relevés toutes les semaines, il est important
que les déchets putrescibles ne soient
pas jetés dans ces conteneurs pour éviter
qu’ils n’entament leur décomposition en dégageant
des odeurs pas très agréables. C’est
pourquoi, des composteurs sont mis à disposition
des foyers contre un chèque de 10 € . Ils
sont destinés à recevoir les déchets de jardin
(herbe de tonte, taille d’arbustes…), les déchets
de cuisine (reste de repas, épluchures
de fruits et légumes, marc de café…) ou encore
certains déchets ménagers (essuie-tout,
mouchoirs en papier, sciures, cendre de bois
refroidies…). Sachant que selon le ministère
de l’écologie, les poubelles françaises contiennent
30% de déchets à composter, un simple
effort sur ce domaine permet déjà de diminuer
le poids des poubelles.
Par ailleurs, pour simplifier la démarche de recyclage
et éviter aux habitant-e-s d’avoir à se
déplacer jusqu’au centre du village pour trier
leurs papiers et journaux, en même temps que
la mise en place des bacs individuels, les modalités
de tri ont légèrement évolué. A présent,
le papier et les journaux peuvent être jetés,
sur la commune de Macaye, dans les bacs
jaunes destinés à recevoir le tri sélectif (emballages,
plastiques, boites de conserves, cartons…).
Enfin, les plages horaires d’ouverture de la déchetterie
d’Helette ont été élargies. Toutes ces
informations ont fait l’objet de communication
permanente auprès des villageois pendant
plusieurs semaines.
Résultats positifs dès les premiers mois
Le premier résultat mis à disposition de la
commune était encourageant : seulement un
quart des bacs étaient vidés tous les lundis.
Ce qui montrait que, dès les premières semaines,
les makear avaient compris la pertinence
du bac individuel.
Les points de collecte étaient beaucoup mieux
respectés, plus propres. Même s’il y a eu un
peu de dépôt sauvage de sacs ou de vrac au
début, la situation s’est très vite améliorée. Il
faudra voir cet été, avec les gens de passage
qui avaient pour habitude d’utiliser les conteneurs
1000 litres si ce système reste toujours
aussi efficace.
Toujours est-il qu’au bout de 9 mois la production
annuelle d’ordures ménagères par foyer
et par an sur Macaye, a diminué fortement. La
commune de Macaye est passée de 133
tonnes de déchets produits chaque année à
57,4 tonnes. Cette importante diminution a eu
une répercussion immédiate sur le coût de
traitement des déchets de la commune qui est
passé de 15 569 € à 7366 € pour une année.
Le fait de modifier le mode de collecte, avec
des bacs qui ne sont vidés que s’ils sont pleins
a également permis de diminuer le coût de la
collecte qui est passé de 9170 à 8335 € pour
une année. Dans le même temps, la quantité
d’ordures recyclables recueillies dans les bacs
jaunes est en constante augmentation.
Ceci a eu un premier effet dans le vote du
budget 2012. En effet, la Taxe d’Enlèvement
des Ordures Ménagères (TEOM) qui est comprise
dans la taxe d’habitation et calculée par
rapport au poids de déchets produits dans la
commune, a diminué cette année allégeant
modestement les impôts.
Au fameux classement établi par Garbiki tous
les ans, la commune de Macaye est passée
de presque dernière à la première place. Ceci
signifie que maintenant la quantité de déchets
produits par chaque foyer sur Macaye est la
plus faible du territoire. Les 559 habitants de
Macaye produisent en moyenne 103 kilos
d’ordures ménagères par an sur l’année 2012
depuis la mise en place du nouveau système.
En 2011, cette quantité était d’environ 238 kilos
!
Une initiative à généraliser
Cette expérience apparaît clairement comme
une réussite. Elle va dans le bon sens en rendant
chacun responsable de ses déchets.
Surtout elle permet de faire évoluer les habitudes
et les mentalités en nous sensibilisant
sur les effets de nos consommations sur l’environnement.
Cette initiative correspond à une collecte en
porte à porte qui peut être mise en place en
milieu urbain ou dans des bourgs ou quartiers.
En milieu rural, le coût de passage du
camion dans chaque maison souvent éloignées
les unes des autres ne peut pas être
assumé financièrement par les petites communes.
Mais en ne modifiant que très peu les
points de collecte des déchets et en choisissant
les bacs fermés à clé ceci est compensé.
D’ores et déjà, plusieurs communes du territoire
ont décidé d’adopter ce mode de collecte
dans les mois prochains. Quelques petits efforts
ont permis de réduire efficacement la
quantité d’ordures ménagères, mais ceux-ci
doivent être amplifiés encore. Même si cela
n’est pas à l’ordre du jour à Macaye, on peut
adapter ce système à une taxe spécifique qui
soit directement liée au poids de nos poubelles
en appliquant alors le principe du pollueur-
payeur. On pourrait également imaginer
généraliser le système de bacs individuels
pour le tri sélectif dans le but de diminuer les
erreurs de tri, qui coûtent cher. En effet, un
déchet non recyclable qui est jeté dans un
bac jaune revient plus cher à la collectivité
puisqu’il est amené au centre de recyclage
puis renvoyé au centre d’enfouissement.
En renforçant encore la part de tri sélectif et
de compostage d’une part et en veillant à
acheter des produits qui ne soient pas suremballés,
nous diminuerons les conséquences
néfastes de nos déchets sur notre
environnement.