Ziburu : trop c’est trop !

PrintFriendly and PDF

ManifaZiburun

« Ikastolak ez hunki » azaroaren 8ko manifarako deia egiten hainbat eragilek (ostiralean, urriaren 31an)

Guy Poulou, 2 eta 4 urteko haurrak Ziburuko ikastolatik kanporatzeko polizi indarra erabiltzeko prest !

Urriaren 23an, ostegunez, Guy Poulou auzapezaren aginduz, uxerra Kaskarotenea ikastolan izan zen, agorrilaren 29ko Paueko administrazio epailearen erabakia bete ez dela eta ikastolak bertan segitzen duela konstatatzeko. Biharamunean, ostiralean, uxerra Baigorrin izan zen Paxkal Indo Seaskako lehendakariaren etxean, eta 4 370,30 €ko faktura bat aurkeztu zion : irailaren 11z geroztik 100 euroko isuna eta akta ezberdinen kostuak. Uxerrrak faktura  zortzi eguneko epean ordaintzeko agindu zion, bestela uxerrak zuzenean Seaskaren kondutik hartu edo Seaskaren ondasunak sesitzeko ahalmena jakinarazi zion.

Isuna ordainaraztearekin ez aski, haurrei argindarra eta berogailua moztearekin ez aski, auzapezak mehatsu berri bat egin dio Ziburuko ikastolari. Hala nola, uxerraren bidez, ikastola den gunea berehala husteko agindua eman dio ikastolari. Eta tokiak berehala hustuko ez balira, poliziaren indarra erabiltzeko mehatsua egin du auzapezak. Sinestezina dirudi, baina 2 eta 4 urte bitarteko haurrak, heien andereñoa eta laguntzailea kanporatzeko polizia erabiltzeko prest da Guy Poulou auzapeza.

Seaskak dei egin nahi die Ziburutarrei, euskal gizarteari, Euskal Herriko agintariei, Ziburuko auzapezaren ankerkeria galeraz dezaten.

Omiasainduko bakantzen ondotik, haurrak ikastolara joanen dira azaroaren 3an. Ikastolen mugimenduak manifestaldia deitu du azaroaren 8rako, baina azaroaren 3ko sartzetik landa, gerta daitekeenaren aitzinean adi egoteko deia luzatu nahi genuke.

Hastapenetik diogu,  eta oraino hala pentsatzen dugu, elgarrekin aterabide bat topa genezakeela. Beste eragile guziak prest dira lan egiteko, Sylvianne Alaux deputatua, Kontseilu Nagusiko lehendakaria Marie Christine Aragon izendatu duena afera segitzeko, hiriguneko lehendakaria, herriarteko sindikatuko lehendakaria… Denak, aterabide bat atzemateko prest, baldin eta Ziburuko auzapeza ados baldin bada…

Baina herriko etxearen erantzuna beste behin eta uxerraren bidez heldu zaigu, berriz ere eskola bakantzen denboran, epe labor, ertain eta luzean aterabideak atzematea zaildurik.

Gisa berean, Polizi indarren arduradun den Prefetari ere dei egin nahi dio Seaskak, ez dezan halako kanporaketarik baimendu eta Guy Poulouk nahi duen haur horien deseskolatzea bultzatu, ikastolaren lokaletan segitzea galeraziz, jakinez osoki libre diren Zokoako Jules Ferry eskolako egoitzara joatea galerazi nahi digula.

Beraz denei egiten diegu dei, euskararendako Ziburun etorkizun bat nahi duten familiei, haurren berdintasunean sinesten duten herritarrei, bat egin dezaten gurekin azaroaren 8an arratsaldeko 4etan Ziburuko karriketan.

Ziburu_Manifa_20141108

7 Commentaires

  1. A.
    Publié le 03/11/2014 à 17:22 | Permalien

    Lasai otoi!
    Negoziatu lehen.

    • Testuingura Ezagutu
      Publié le 04/11/2014 à 10:09 | Permalien

      Negoziaketen testuingurua ezagutzeko, hara zonbait elementu lagungarri Berria-ko artikulu honetan: http://www.berria.eus/paperekoa/4502/019/001/2014-11-02/poulouren_gibelean.htm besteak beste argi gelditzen da « Poulouk konstituzio oso bat du gibelean: «Frantsesa da errepublikako hizkuntza» (2. artikulua) » eta « lege bat behar dela ikastolentzat ».

      Han artean urririk den aterabide azkarra, eta haurrentzako ideala EXISTITZEN da.
      Zokoako « Jules Ferry » eskola da, edo ondoan, kontseilu orokorraren lurretan diren prefabrikatuak.
      • Lokalak hutsak dira eta ama ikastola bati egokituak.
      • Gela egonkor batekin aski dugu.
      • Kanpoko eremua, motrizitate gela, jantegia eta pausa gela errazki partekatzen ahal dira mintzatuz eta arau sinple batzuk aitzinetik finkatuz.
      • Eskola denboran bakarrik okupatuko ditugu lokalak !
      • Komunak jada haurentzako eginak dira.
      • Ez du gasturik suposatzen herriarentzat.

      Horregatik, azaroaren 8an manifestaldi bat antolatua da galdegiteko auzapez jaunari eta bere genhiengoari ZOKOA Herriko Etxeak ezarri nahi dituen beste elkarteekin PARTEKATZEKO AUKERA BERRAZTERTZEA.

  2. Publié le 03/11/2014 à 18:01 | Permalien

    Egun on.

    N’étant pas euskuadun je ne commenterai pas l’article ci dessus mais la lettre de Paskal Info.

    Les errements de l’équipe municipale sont condamnables et ils méritent d’être pointés du doigt et dénoncés avec insistance.

    Néanmoins, ni M. Poulou ni le reste de son staff n’ont forcé qui que ce soit à entrer dans des locaux sans électricité ni chauffage. Il ne sont pas allés chercher les gosses par la main pour les faire entrer de force dans les classes. Ce sont bel et bien les parents et le staff de l’ikastola qui ont fait entrer les enfants dans les locaux rendu inadaptés (certes par la mairie) pour ensuite s’indigner de la situation.

    C’est comme si la mairie distribuait des vaccins contre la grippe aux enfants de l’école publique et des seringues d’Ebola aux ttiki de l’ikastola et qu’on leur injectait quand même le virus pour mieux s’en indigner ensuite …

    Si on veut prendre l’équipe municipale en défaut il faut à mon avis se montrer exemplaire et ne pas déformer les faits pour construire une indignation infondée.

    Je n’ai pas de solution à donner à Seaska mais il me semble que donner dans la démagogie pour combattre la toute puissante et néanmoins malhonnête équipe municipale n’est pas une solution crédible. Cela reviendrait à manipuler l’opinion comme le ferait un politicien …

  3. Xan Pier etxeberri
    Publié le 03/11/2014 à 22:46 | Permalien

    la mise en scène n’est pas mal du tout
    difficile de se montrer comme « monsieur propre » et sans respecter les contrats signés, les lettres de la mairie et le jugement du TA…..
    Le choix d’être dans une filière associative donne certains avantages mais il y a aussi quelques règles de droit à respecter.
    La négociation est toujours à privilégier ! mais pas apres avoir tiré à boulets rouges…

  4. P.I.C
    Publié le 04/11/2014 à 01:40 | Permalien

    « A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes. » by Kennedy …

  5. Murgiltze Eredua
    Publié le 04/11/2014 à 09:38 | Permalien

    KASKAROTENEA, L’IKASTOLA DE CIBOURE, C’EST:
    • Une école sous contrat avec l’éducation nationale.
    • Un système immersif en langue basque qui rend les enfants parfaitement bilingues.
    • Une école associative où les parents sont impliqués dans le projet de l’école.
    • Une petite école à taille humaine.
    • Des effectifs en augmentation constante.
    •Un enrichissement de la vie culturelle de la commune et un instrument indispensable à la normalisation de la langue basque.
    C’est pour toutes ces raisons que nous, parents, nous nous battons ces derniers mois pour maintenir notre ikastola en vie et dans les conditions que méritent nos enfants.

    Monsieur le Maire ne veut pas que nous restions à Mariñela, nous non plus! Mais nous pensons qu’il incombe à la Mairie de nous aider à trouver une solution publique (toutes les communes environnantes ont une ikastola située sur un terrain communal), car nous offrons un SERVICE PUBLIC ET nous répondons à une demande grandissante de la population de scolariser leurs enfants dans le système
    immersif.
    Nous avons fait plusieurs propositions mais aucune ne plaît à la mairie!
    Elle nous répond :
    • par des PROCÈS à deux reprises,
    • par une PROPOSITION IRRECEVABLE,
    • par DES MENACES de couper l’eau, l’électricité et la grille de sécurité!
    • EN NOUS OBLIGEANT À PAYER UNE AMENDE journalière qui s’élève déjà à 4300 € au 17/10, alors que nous faisons cours dans des PRÉFABRIQUÉS!

    Et tout cela EN MENTANT sur le supposé retard des travaux de l’école publique à cause de l’ikastola, et sur l’impossibilité d’alimenter l’ikastola en électricité lorsque l’école publique ouvrira!

    Pourtant une SOLUTION rapide, gratuite et idéale pour les enfants, EXISTE: c’est l’école « Jules Ferry» de Socoa, ou les préfabriqués qui lui sont accolés, sur le terrain appartenant au conseil général:
    • les locaux sont à présents vides et adaptés à une école maternelle;
    • une seule salle de classe permanente nous suffit;
    • la cour de récréation, la salle de motricité, la cantine, la salle de sieste, peuvent être facilement partagées grâce au dialogue et à des règles simples pré-établies.
    • nous ne serons dans les locaux que pendant le temps scolaire!
    • les sanitaires en l’état sont déjà prévus pour des enfants.
    • aucun frais engagé par la commune.
    NOUS MANIFESTONS afin de demander à Monsieur le Maire et à sa majorité de RÉÉTUDIER LA POSSIBILITÉ DE PARTAGER SOCOA avec les autres associations que la mairie souhaite y installer.

    Venez nous aider à en finir avec ce conflit qui n’a que trop duré SAMEDI 8 NOVEMBRE 16:00
    FRONTON DE CIBOURE NOUS AVONS BESOIN DU SOUTIEN DE TOUS ET TOUTES

  6. Donibane
    Publié le 06/11/2014 à 05:02 | Permalien

    Une ikastola c est une école PRIVEE sous contrat d association avec l’état. La loi Debré de 1959 pdrmet aux parents un vrai choix éducatif. Comme toutes les écoles privées, confessionnelles ou linguistiques ou pédagogiques (exemple les Montessori), le contrat passé avec l état prévoit que l école accueille tous les enfants sans discrimination, respecte les programmes scolaires et en contre partie l état finance les enseignants et (pour les écoles primaires) les mairies versent un forfait communale pour les élèves résidents de la commune(vos écoles ne perçoivent donc pas tous les forfaits communaux puisque vos enfants ne sont pas tojs de la commune). Pour les collèges et les lycées, ce sont respectivement les conseils generaux et les conseils régionaux qui versent les forfaits d externat pour la totalité des élèves.
    En revanche, les locaux doivent être privés et entretenus par les associations. La loi française n est absolument pas respectée au Pays Basque en ce qui concerne les Ikastola. Je comprends votre frustation face à un maire qui essaie de faire respecter la loi. Faites donc comme les autres écoles privées……. investissez dans vos locaux et vous serez libres de faire ce que bon vous semble. Sur l année 2013/2014, il y avait 3071 élèves scolarisés dans toutes les ikastola (chiffres du rectorat)…… réduisez le nombres d écoles ! L immersion en basque est votre choix….. ce n est pas à la commune (et donc à tous ses administrés) de financer ce choix. Comme à St Jean de Luz…. qui fait payer à tous les luziens les travaux ruineux pour remettre en état l école d Urdazuri pour un loyer ridicule de 12000€/an. Le principe de base étant d assumer ses choix !