La LGV Bordeaux-Espagne n’est pas une exigence européenne

PrintFriendly and PDF

LGV1Par Pierre Recarte, vice-président du CADE (Collectif des Associations de défense de l’Environnement)

Le 27 mars dernier dans un article intitulé « 2017, tournant pour le ferroviaire en Nouvelle-Aquitaine ? » paru dans la Tribune de Bordeaux, Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, déclarait : « Quant à la question de la LGV au sud de Bordeaux, elle reste d’actualité. Je précise que ce n’est pas une demande de la Région mais de la Commission européenne. »

Le mensonge organisé

Le débat public de 2006 s’est articulé autour  d’options très différentes : un premier scénario envisageait la mise à quatre voies de la ligne existante entre Bordeaux et Irun, les deux autres prévoyaient la construction d’une LGV  par l’ouest ou l’est des Landes. Cette dernière option a été retenue sous le prétexte fallacieux d’une saturation future de la ligne actuelle. Pourtant en 2004, le président de région Alain Rousset jugeait que cette ligne ne serait pas saturée et rassurait le président de Pays, paysage en lui écrivant : « Je partage totalement votre désaccord avec I’option qui consisterait à créer une ligne nouvelle sur cette section du TGV Sud Europe Atlantique » [il évoquait la section Dax-Espagne].

La LGV au sud de Bordeaux ne serait-elle pas une demande de la Région lorsque Jean-Louis Carrère, premier vice-président de la Région Aquitaine déclare en 2007 : « la mise à deux fois deux voies n’est pas compatible avec l’idée qu’on se fait de la grande vitesse, on ne ferait que 22O km/h entre Bordeaux et Dax. » ? (Aqui 10/04/2007). La LGV ne serait-elle pas une demande de la Région lorsqu’Alain Rousset confie lors d’une interview : «  Je reste confiant pour obtenir la LGV jusqu’à Irun. Je maintiens cette demande auprès du président de la République, du Premier ministre, et du ministre des Transports. » ?(Sud-Ouest 16/09/2013). Le Président réitère des propos analogues lorsqu’Alain Vidalies lui donne l’assurance que la déclaration d’utilité publique (DUP) sera signée : « le gouvernement donne un signe fort aux élus du grand Sud-Ouest qui n’ont pas cessé d’expliquer que leur territoire ne devait pas demeurer abandonné par la grande vitesse ferroviaire » (Le Moniteur 28/09/2015).

Pour que cette demande ne soit pas considérée comme un caprice onéreux, les élus se réfugient derrière l’Europe, laissant entendre que celle-ci imposerait la construction d’une ligne à grande vitesse pour rejoindre l’Espagne : « L’Europe a labelliséce projet comme un projet important » (Alain Rousset Sud-Ouest du 26/09/2015).

Les élus favorables ne cessent  de répéter que le projet Sud Europe Atlantique (SEA) composé de trois branches: Tours-Bordeaux, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne figure dans le Réseau Trans Européen de Transport fixé par l’Union européenne (RTE-T, décembre 2013) et que l’axe Bordeaux-Espagne est une composante du corridor prioritaire Atlantique. Ceci pour accréditer l’idée que ce projet est imposé par l’Union Européenne.

Que demande l’Europe ?

Elle n’exige aucunement la création de lignes nouvelles à grande vitesse de la part de ses états membres mais recommande : « une utilisation optimale des capacités existantes » en « assurant l’interopérabilité entre les réseaux de transport nationaux »,« en éliminant les goulets d’étranglement et en comblant les chaînons manquants ». « Le réseau transeuropéen de transport devrait être développé à travers la création de nouvelles infrastructures de transport et à travers la réhabilitation et la modernisation des infrastructures existantes ». Ces recommandations sont extraites du règlement n° 1315/2013 du Parlement européen et du Conseil de l’Union Européenne du 11 décembre 2013 sur les orientations de l’Union pour le développement du réseau transeuropéen de transport et qui abrogent la décision N°661/2010/UE.

La même année une grande réforme a été instaurée dans le Réseau Trans Européen de Transport (RTE-T) avec la création du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe qui précise : « La création de ce réseau passe par l’élaboration et la mise en œuvre de milliers de projets visant à supprimer les goulets d’étranglement, à établir les liaisons manquantes et à améliorer l’interopérabilité entre les différents modes de transport et entre les infrastructures de transport régionales et nationales. »

Nos élus sont censés connaître ces dispositions européennes. Manifestement ils préfèrent se réfugier dans le mensonge. Dès lors, il ne faut plus s’étonner qu’une majorité de citoyens ne croient plus au discours politique et ne font plus confiance à leurs élus.

« Une démocratie, parce que sa force est dans l’adhésion populaire, ne peut fonctionner que dans  la confiance du peuple ce qui exige la loyauté de ses dirigeants » disait Pierre Mendès France avant de renchérir : « La conséquence de la politique de la continuelle dissimulation est tragique »

Un avertissement que certains de nos dirigeants feraient bien de méditer en ces périodes incertaines …

Communiqué de pressedes Associations et Elus Nouvelle Aquitaine et Occitanie opposés au projet LGV Bordeaux Toulouse et Bordeaux Hendaye

Les Grands élus de Nouvelle Aquitaine et d’Occitanie ont adressé un courrier au Président de la République et au Gouvernement appelant l’Etatà « respecter son engagement sur la construction des Lignes à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax ».

Les associations, des collectivités locales, les fédérations de chasseurs, de viticulteurs, de sylviculteurs, des collectifs d’élus des départements et de nombreux particuliers de la Gironde, de la Haute Garonne, des Landes, du Lot et Garonne, des Pyrénées Atlantiques et du Tarn et Garonne ont déposé en bonne et due forme des recours auprès des Tribunaux administratifs de Bordeaux et Toulouse et du Conseil d’Etat contre les projets dits GPSO.

Ils considèrent que le projet de LGV (GPSO) et les aménagements ferroviaires annexes sont juridiquement irrecevables et que les DUP prononcées tant par l’Etat que par les Préfets de Gironde et de la Haute Garonne pourraient être annulées .

Les motifs invoqués sont, entre autres :

• l’absence de plan de financement précis prévu,

• des détournements de procédures,

• l’atteinte au principe d’impartialité et conflit d’intérêt potentiel,

• le rejet d’une réelle alternative : la rénovation et la modernisation des voies existantes (conformément à la Loi Grenelle 1)

Ils soulignent, de plus, que le projet de LGV a reçu un avis défavorable de la Commission d’Enquête Publique en 2014 où plus de 15000 contributions citoyennes ont été déposées, 93% étaient opposés au projet.

Enfin, ils réaffirment, comme l’ont confirmé les experts que :

• pour des distances aussi courtes une LGV ne se justifieni sur le plan technologique nisur le plan économique ;

• un réaménagement technique des lignes existantes permettrait des performances proches (avec suppression des passages à niveau qui, dans tous les cas, devra être réalisée), ce qui

o coûterait 4 à 5 fois moins cher que la LGV et

o enfin, préserverait l’environnement (4850 hectares de terres agricoles sauvegardées, consommation électrique inférieure, maintien des nappes phréatiques…).

Cette pression des grands élus de Nouvelle Aquitaine et d’Occitanie est inacceptable et montre une irresponsabilité financière, environnementale et humaine considérable pour satisfaire leur ego incompatible avec la situation actuelle et les vrais besoins de notre pays.

Signataires du Communiqué : 

Nouvelle Aquitaine :

Pyrénées Atlantique : Cade : Coordination de  51 associations.

Landes : Les Amis de la Terre.

Gironde : Coordination Gironde de 5 associations.

                 Une communauté de Communes.

                 SEPANSO

Lot et Garonne : Coordination 47de 12 associations

                 Une Communauté de Communes et 10 Communes.

Occitanie :

Tarn et Garonne : Coordination de 5 associations.

Haute Garonne :   2 associations.

 Nouvelle Aquitaine et Occitanie : Collectif d’élus des 2 régions.