30è anniversaire du Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque (CDDHPB)

PrintFriendly and PDF
Quand :
27/09/2014 @ 17:00 – 22:30
2014-09-27T17:00:00+02:00
2014-09-27T22:30:00+02:00
Où :
MVC Polo-Beyries
Bayonne
MVC Polo-Beyries

 

 

Le Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque (CDDHPB)

vous invite à son 30ème anniversaire!

La fête des 30 ans du CDDHPB aura lieu

samedi 27 septembre à partir de 16heures

à la Maison de la Vie Citoyenne du Polo Beyris

28 Avenue de l’Ursuya - BAYONNE

 

Entrée libre

Voir Programme sur affiche en pièce jointe

expos photos Daniel Velez

choeur Lau haizetara

et à 17h conférence-débat avec Michel TUBIANA

avocat, et président d’honneur de la LDH, sur le thème

« Les droits de l’Homme au Pays Basque »

Buvette et restauration sur place.
Merci de faire circuler l’information auprès de vos amis, et

aux membres de votre organisation…

Cordialement,

Claire Frossard, Secrétaire du CDDHPB

 

                  1984 – 2014      Le CDDHPB a trente ans !

 

Le CDDHPB, Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque, a été créé à Bayonne au début de l’été 1984.

 

La répression s’abattait alors sur les militants basques en général, et plus particulièrement sur les réfugiés politiques basques vivant légalement en France : enlèvements, assassinats par les mercenaires du GAL, déportations vers l’Amérique centrale, demandes d’extradition vers l’Espagne de plus en plus nombreuses…Aucune grande organisation ne réagissant au niveau national, quelques habitants du Pays Basque, de diverses origines sociale et militante, avaient décidé de se regrouper pour dénoncer ces faits, et former une association.

C’est ainsi que les statuts du CDDHPB ont été déposés en juillet 1984, avec les buts suivants :

   « Prendre la défense des droits de l’Homme en Pays Basque.

    Intenter toute action non-violente en vue de cette défense.

    Promouvoir la solidarité avec toute personne dont la liberté est menacée ou dont les droits sont    

    violés.

    Agir pour qu’une information complète passe dans le public. »

 

Le CDDHPB a tenu, dès le départ, à rester indépendant de tout parti, de tout syndicat, de toute organisation déjà existante, afin de pouvoir agir directement, immédiatement, en toute objectivité et en toute liberté.

Le Comité s’est attaché à réunir des informations précises et complètes, à recueillir des témoignages directs, pour disposer de dossiers solides, afin d’intervenir dès qu’il y a abus de pouvoir, injustices, discriminations, contre-vérités…

 

Si, dès sa création, la préoccupation prioritaire du CDDHPB a été la défense des droits des réfugiés basques et de ceux qui les soutiennent, toutes les violations des droits en Pays Basque ont été traitées avec la même détermination.

C’est ainsi qu’ont toujours été dénoncés, tout au long de ces trente années : les violences policières lors de manifestations pacifiques, les mesures liberticides, le non-respect de la liberté de la presse basque, les pressions et répressions vis à vis de l’utilisation de la langue basque, la suspicion constante envers tout ce qui est basque et pourrait sembler hors contrôle de l’Etat ! Et surtout l’utilisation à outrance de la législation antiterroriste, entraînant des perquisitions multiples et abusives, des arrestations spectaculaires, des gardes à vue prolongées, des inculpations trop systématiques sous le prétexte fallacieux « d’association de malfaiteurs », des conditions inhumaines d’incarcération toujours très loin du Pays Basque, des jugements devant des tribunaux « spécialement constitués », des condamnations de plus en plus lourdes, des refus réitérés d’aménagements de peine,  des assignations à résidence, des interdictions de séjour…

 

Tout au long de ces trente années, le CDDHPB a essayé d’attirer l’attention sur les atteintes aux droits par des courriers, articles, délégations, envoi d’observateurs aux procès, contacts avec des personnalités et de nombreuses organisations au niveau national et international, constitution de dossiers pour mieux expliquer un cas, lancement de pétition pour soutenir une demande…

 

De plus, le CDDHPB publie chaque trimestre un bulletin intitulé JAKILEA (le témoin) qui est envoyé à plus de mille exemplaires à travers la France et l’Europe, non seulement à des abonnés, mais aussi gratuitement à des personnalités, associations, syndicats, élus, médias…

 

Malheureusement trente ans plus tard le CDDHPB et JAKILEA en sont encore à dénoncer des violations de droits les plus élémentaires ! Et il en sera question lors de la « fête » des 30 ans qui aura lieu samedi 27 septembre à partir de 16h à la MVC du Polo Beyris de Bayonne.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Connect with Facebook

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>