Les bios veulent vendre ensemble par Maritxu Lopepe

Même si les produits bios ont le vent en poupe, les paysans bios doivent pour l’instant encore compter sur eux-mêmes pour promouvoir leurs pratiques, développer les installations, financer leurs structures de développement et organiser leurs circuits de commercialisation. C’est ce qu’a montré l’assemblée générale de BLE à Hélette.
De plus en plus de paysans choisissent la voie de l’agriculture biologique. En 2011, en Pays Basque et Béarn, 20 paysans se sont convertis à la bio tandis que 15 projets d’installation bio s’engageaient dans le parcours officiel d’installation. BLE ajoute que 18 projets de conversion sont également en cours.
En plus de son habituel travail de formation technique, l’association de développement de l’agriculture bio et durable s’est engagée depuis quelques mois dans l’accompagnement de paysans bios souhaitant s’organiser collectivement pour commercialiser leurs produits. C’est ainsi qu’a vu le jour Biozkaria, association de producteurs de viande bovine bio, que vient de se lancer Gero eta Bio, plateforme de maraîchers bios, et qu’une entreprise similaire est sur les rails pour les producteurs de plantes aromatiques et médicinales.

Vivre de son métier
Ces groupements visent surtout à structurer les producteurs pour pouvoir répondre à la demande des magasins (biocoop notamment) et de la restauration hors domicile (cantines scolaires, maisons de retraite, etc). L’association Biozkaria, née il y a un an, après six mois de gestation, regroupe 11 producteurs et a commencé à commercialiser à l’automne. L’association a remporté un appel d’offre, qui réunit six établissements scolaires (le lycée de Navarre et le collège La Citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port, les collèges publics d’Orthez, de Baigorri, de Saint-Palais et de Saint-Jean-de-Luz). La fourchette minimum de commande est de huit veaux et trois vaches par an.
Les producteurs ne souhaitent pas obtenir les appels d’offre à n’importe quel prix, car ils veulent vivre de leur métier.
Biozkaria s’organise en quatre groupes: le premier se charge de la prospection, le second du traitement de la commande jusqu’à l’arrivée à l’abattoir, le troisième veille à la qualité et choisit le producteur suivant un planning, le quatrième assure le suivi financier.
L’association est autonome dans son fonctionnement. BLE a assuré son lancement grâce à diverses formations et aide à l’organisation. C’est aussi le sens de l’accompagnement qui est proposé à Gero eta Bio. Comme en viande bovine, de plus en plus de maraîchers bios doivent se partager un débouché qui tend à se restreindre (marchés, AMAP) d’où la nécessité de s’intéresser aussi aux cantines scolaires ou à l’approvisionnement des magasins et supermarchés locaux. Gero eta Bio, fort d’une vingtaine de maraîchers, s’est organisé en quatre zones (Soule, Basse Navarre, BAB-Hasparren, Labourd sud) et chaque groupe s’organise sur son territoire. Le groupe fait ses premiers pas, la réflexion n’ayant démarré qu’en novembre dernier. Pour BLE, il est important que les produits bios soient dans les cantines et que la vente de produits se fasse à prix rémunérateur pour le producteur. En outre, qu’il s’agisse de Gero eta Bio ou de Biozkaria, les paysans proposent des animations et des visites de ferme en plus de leurs produits.

Préoccupation financière
Si les paysans bios s’organisent pour aller de l’avant, ils demeurent néanmoins inquiets pour le financement de BLE (l’association a terminé 2011 avec 11.000e de déficit). Les financements publics sont toujours plus difficiles à décrocher et y parvenir demande des efforts considérables pour monter des dossiers toujours plus complexes. Alors que dans le même temps, on entend qu’il faudra 20% d’agriculture bio dans cinq ans. Pour les soutiens individuels aux paysans bios, la complexité administrative est également au rendez-vous: bon nombre d’aides dépendent des plafonds minima ou sont gérés par des administrations différentes. A dépense publique égale, cela pourrait être beaucoup plus simple. Chaque année pour la PAC, il y a autant d’appels que de paysans qui déclarent, tellement c’est compliqué.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).