L’été de toutes les “musclagnes”

Musclagne

Vous allez bien vous ? Car pour ma part je me sens un peu perdue ! L’été est finissant, enfin sur le calendrier, car pour la météorologie actuelle il semble commencer maintenant ridiculisant tous les météorologistes qui, depuis le printemps, nous prédisaient des canicules d’enfer pour juillet et août. Des phénomènes extraordinaires ont bien eu lieu, mais de façon localisée, violente et inattendue, tout ce que nous réserve le changement climatique de ce siècle.

Comme si cela ne suffisait pas nous devons faire face à une nouvelle vague de Covid agrémentée d’un passe sanitaire qui met le feu aux poudres, alimentant de folles rumeurs qui nous amuseraient si elles ne traduisaient pas une sombre altération de la pensée… Et je prends un risque parce que, s’émouvoir de certaines aberrations captées ici ou là, me confinera dans les rangs de la pensée unique tant le droit de dire n’importe quoi semble devenu inaliénable !

Convenons qu’il est difficile de s’y retrouver déjà dans les personnalités qui président à ces mouvements mouvants : de Philippot à Dupont-Aignant en passant par Francis Lalanne ou Bigard, on a l’impression d’un théâtre des variétés qui aurait mal tourné. La pandémie existe ou est contestée, le vaccin nous inocule une puce qui fait de nous des moutons ou plus simplement de l’eau salée, l’étendue des possibles donne une idée de l’infini ! Et bien sûr des traitements ont été trouvés, ils sont efficaces mais des méchants, mal identifiés mais suggérés, ont décidé d’en priver l’Humanité au nom de profits juteux dont ils pourraient bénéficier…

Et, surprise de cet été de la “musclagne”, l’évêque du coin s’est fendu d’un long texte qui sous couvert de répondre à l’angoisse de ses ouailles, instille le plus pur des venins à chaque coin de phrase. Pour rassurer, merci ! On sort de cette lecture abasourdi, en questionnement et on se prend à se féliciter de n’être point catho tant le pasteur s’ingénie à effrayer les brebis… Sommes- nous devenus fous ? Le doute, l’angoisse, la contestation constante de tout ce qui permet à une société de fonctionner, sont-ils les nouveaux paramètres de notre existence collective ? On se proclame “résistant.e” avec une facilité déconcertante, les mots perdent tout leur sens et l’apogée est atteinte quand ils se confondent avec des comparaisons qui, dans l’Histoire contemporaine, ont laissé de très douloureuses traces. Non, non tout n’est pas égal à tout ! Si la critique est légitime, le débat sain, on ne peut, comme il est de règle maintenant, se prévaloir des théories les plus fumeuses au nom de la liberté d’expression, tout en clamant que l’on vit en dictature… A m’en donné, faut savoir ce que l’on dit, car élever la voix ne donne pas forcément raison. On peut aussi au passage, admirer la prudence de Sioux de nombre de personnages politiques habituellement peu avares de commentaires plus ou moins pertinents et qui, au cas d’espèce, font preuve d’une rare réserve. Ne jamais insulter l’avenir semble la règle …

Comme si cet été ne nous avait pas apporté assez de drames, nous assistons impuissants au retour triomphant des Talibans en Afghanistan avec tout ce que cela suppose d’horreurs au nom d’un Islam radical et violent ! Le désordre géopolitique qui s’en suivra est déjà acté, pour autant, après 20 ans d’occupation, il était évident que le piège s’était depuis longtemps refermé sur les troupes internationales présentes sur ce territoire.

Alors nous savons, nous comprenons, que dans les jours, les semaines, les mois qui viennent, nous appendrons les souffrances infinies de ce peuple martyr et qu’au premier rang de ces victimes, seront comme toujours les Femmes. Encore un sujet sur lequel les tentations les plus hasardeuses vont se faire jour… Les mêmes, qui refusent de voir que lorsque les religions prennent le pas sur la raison et les Lumières, toutes les libertés sont en danger et notamment celles des Femmes, vont nous asséner les conseils les plus spécieux sur ce qu’il convient de faire ou pas. Et ça craint !

Déjà de nombreux élus se disent prêts à accueillir des réfugiés afghans… A priori cela semble généreux mais des réfugiés en perdition, nous en recevons tous les jours dans l’Hexagone et des maires accueillants il n’y a pas pléthores ! Des paroles aux actes, il y a toujours un gouffre et cette démagogie politicienne est usante à la longue…

Tout fout l’camp et même (pour finir sur un propos plus léger)… en rugby où certains n’ont plus de boussole et confondent l’extrême Sud-Ouest avec le Nord ! Vous suivez toujours ? Encore une drôle de … “musclagne” mais, seulement, celle-là, peut prêter à sourire !

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

2 réflexions sur « L’été de toutes les “musclagnes” »

  1. Bonjour, votre article me rassure un peu, je ne suis apparament pas le seul à être mal à l’aise avec cette « liberté individuelle à tout prix » clamée au mépris des décisions, bonnes ou moins bonnes peu être on peut en discuter, prises pour l’intérêt commun, mal à l’aise avec la couverture médiatique démesurée accordée à une minorité, et avec le silence pré électoral des politiques. Notre société va-t-elle subir une forme de tyrannie, exercée par le cri des minorités ? Merci

Les commentaires sont fermés.