Ces nègres du Niger

PrintFriendly and PDF

NigerLa fièvre étant tombée on peut parler plus sereinement de ces 17 assassinats de Paris et des trois tueurs, morts eux aussi, tous aussi Français les uns que les autres, produits de l’école française, qui les a éduqués dans les valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité, et donc laïcité.

Si la France profonde s’est soulevée, ce n’est pas d’abord pour le droit à la liberté d’expression, mais pour celui à la vie : 17 assassinats, il y a de quoi être saisi et les Français ont eu peur pour leur sécurité, pour leur vie. La vie est notre bien suprême, celui sans lequel aucun autre n’existe.

Le gouvernement ne s’y est pas trompé qui ne cesse depuis, de prendre des mesures, pour assurer la sécurité des citoyens.

J’étais moi-même à la manif de Bayonne: usant et abusant de cette liberté, je la revendique aussi pour Charlie et les autres, même si je ne suis pas d’accord quand ils blessent les plus faibles, les laissés pour compte de notre société de repus.

Mais je sais que cette liberté est un luxe de privilégiés auquel ne  peut rêver la majorité des terriens. La plupart n’a même pas idée de son existence. Par contre, tous tiennent à leur vie, y compris les plus pauvres des analphabètes. J’ai été choqué par certaines réactions.

Le samedi 17, il y a eu les émeutes du Niger, églises catholiques et protestantes réduites en cendre.

Et surtout dix morts qui ont donné l’impression de n’être que des épiphénomènes secondaires pour la presse française. Ce n’était que des nègres !

Donneurs de leçons. On s’est crû autorisé à faire la leçon au président du Niger, présent à la manif de Paris huit jours plus tôt.

Ce Nigérien, dit-on, se doit de faire comprendre là-bas quelles sont les valeurs de la République, ce qu’est la laïcité. De quels moyens dispose le Niger pour remplir cette mission lorsque 80% de la population est analphabète? Que leur premier souci en se levant c’est de manger ? Ils vivent avec 690€/an contre 25.000 pour la moyenne des Français. Soixante fois plus !

La France, 5eme pays le plus riche du monde, a-t-elle réussi à inculquer ces mêmes valeurs aux assassins de Paris? Aux 1.400 Français engagés djihadistes dont des dizaines sont “Français de souche” (!), souvent formatés dans les corps d’élite de l’armée française ? Parmi les recrues de Lunel (6 morts et 20 djihadistes), la fille d’un pilote de ligne et le fils unique d’un ingénieur et d’une psychologue.

Une des trois valeurs suprêmes de la République étant l’égalité, où est l’égalité entre le Nigérien et le Français ?

Les services de renseignements français, parmi les plus efficaces au monde, n’ont-ils pas entendu parler de ce vieux camion refusé par Veritas et refilé au Niger, parti bondé de Niamey vers Lampedusa, rêvant du paradis européen ? Panne au milieu du Sahara : 53 négrillons, 37 négresses et 8 nègres morts de soif ! Qui a dit quoi parmi les donneurs de leçons du monde dit civilisé ? Ce n’était que des nègres.

Restons entre “Français de souche” : où est l’égalité, plus de deux siècles après la Révolution quand il n’y a que 13% de femmes dans les Conseils généraux ? Et là-bas, ils devraient être tout suite au top niveau ?

Oui, je suis pour la liberté de la presse. Mais quand il faut choisir entre les dix morts du Niger et une caricature, c’est la caricature que je sacrifie. Même quand les morts ne sont que des nègres.

Si Enbata imprime une caricature de Hollande en train de se torcher le cul avec un drapeau français il sera cité au tribunal en comparution immédiate.

Si Madrid représente Telesforo de Monzon faisant la même chose avec un ikurriña ou si une caricature tourne en ridicules nos prisonniers, je ne conseillerais pas à l’artiste de s’aventurer la nuit dans Ikatz Kalea de  Donostia.

Le vivre ensemble demande le respect de certains symboles, des cimetières, des lieux de culte, juifs, musulmans ou chrétiens, etc.

Un commentaire

  1. Bakartxo
    Publié le 30/03/2015 à 17:32 | Permalien

    « Oui, je suis pour la liberté de la presse. Mais quand il faut choisir entre les dix morts du Niger et une caricature, c’est la caricature que je sacrifie. Même quand les morts ne sont que des nègres. » diozu, baina karicaturari uko egiteak ez situ hilak eragozten, alderantziz, ez baitira karikaturak hiltzaileak, ezbada, gogo mehartasuna eta autoelikatzen da.

    « Le vivre ensemble demande le respect de certains symboles, des cimetières, des lieux de culte, juifs, musulmans ou chrétiens, etc. »
    Le vivre ensemble demande le respect des autres; pas plus les lieux de culte que les autres lieux, et dire que il y a des gens qui utilisent la religion comme excuse pour ne pas respecter même la vie des autres n’est pas du tout un manque de respect, mais un acte responsable et courageux.
    La responsabilité des assassinats en Niger est des assassins et non des caricaturistes, qui ont payé de leurs vies leur engagement en faveur de la liberté.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video