Présidentielles

PrintFriendly and PDF

Abadie Jean-Marc, travailleur social, Baiona/Bayonne; Abeberry Jakes, conseiller municipal et communautaire, Biarritz; Arandia Aitor, conseiller municipal, Baiona/ Bayonne; Arbelbide Martxelin, retraitée de l’enseignement, Urketa/Urcuit; Arrizabalaga Jon, économiste, Urruña/Urrugne; Bacho Sauveur, maire, Arberatze/Aberats; Bergouignan Juliette, enseignante à l’IUT, Makea/Macaye; Berterretche Maixan, con-seillère municipale et communautaire, Ma-kea/Macaye; Betbeder Lucien, maire, Lekorne/Mendionde; Bisauta Martine, ad-jointe au maire, Baiona/Bayonne; Bussière Sophie, avocate, Angelu/Anglet; Camblong Haritza, professeur d’université, Hendaia/ Hendaye; Causse Bernard, enseignant retraité, Baiona/Bayonne; Cazaubon Jean-Marc, employé, Arrangoitze/Arcangues; Charriton Isabelle, conseillère en formation continue, Bidarte/Bidart; Charritton Piarres, euskaltzain/ académicien basque, Baiona/Bayonne; Cier Vianney, journaliste, Hiriburu/Saint-Pierre-d’Irube; Cordoba Iñaki, ouvrier, Baiona/Bayonne; Detchart Christian, technicien biomédical, Baiona/Bayonne; Duluc Philippe, enseignant, Baiona/ Bayonne; Duruty Ana, infirmière retraitée, Baiona/Bayonne; Espilondo Pierre, con-seiller municipal, Bidarte/Bidart; Etchepare Mattin, conseiller municipal, Lekorne/Mendionde; Etcheverry Maialen, adjointe au maire, Biarritz; Galant Jean-Michel, maire, président de la Communauté de communes Garazi-Baigorri, Azkarate/Ascarat; Garay Joseba, formateur, Maule/Mauleon; Goity Maite, artisan tapissier, Baiona/Bayonne; Guillemotonia Nicole, adjointe au maire, Hiriburu/Saint-Pierre-d’Irube; Harotzarene Daniel, formateur, Baiona/Bayonne; Heguiaphal Arno, retraité agricole, Sohüta/Chéraute; Ibañez Aña-Mari, maire, Behorlegi/ Behorleguy; Iriart Alain, maire, conseiller général, Hiriburu/Saint-Pierre-d’Irube; Irigoyen Patxi, ingénieur, Biarritz; Ithurbide Mikel, conseiller municipal, Angelu/Anglet; Maillard Jakes, consultant, Arrangoitze/ Arcangues; Mourguiart Irène, secrétaire de direction, Larressore; Noblia Claire, médecin retraitée, Biarritz; Pagola Manex, auteur compositeur, Urketa/Urcuit; Peillen Txomin, euskaltzain/académicien basque, Santa Grazi/Sainte-Engrâce; Phagaburu Gabi, agent commercial, Bunuze/Bunus; Poueyts Mi-chel, adjoint au maire, Biarritz; Rodriguez Nicolas, avocat, Baiona/Bayonne; Sainte-Marie Andde, syndicaliste paysan, Ostibarre/Lantabat; San Agustin Robert, préretraité, Biarritz; Sorraits Jean-Michel, conseiller municipal, Biarritz; Urreiztieta Miren, attachée commerciale, Hendaia/Hendaye; Viarouge Marc, gérant société, Kanbo/Cambo;
Berdoy Pierre, photographe, Biarritz; Biscay Fabienne, professeur de français, Barkoxe/Barcus; Botella Michel, consultant environnemental retraité, Baiona/Bayonne; Côme Jean Yves, informaticien en environnement, Baiona/Bayonne; Dauga Nicole, professeur des écoles retraitée, Boucau; Delmas Catherine, assistante sociale, retraitée, Milafranga/Villefranque; Esteban Mixel, journaliste, Baiona/Bayonne; Etcheverry Philippe, journaliste, Biarritz; Etchegoin Martine, auxilière de vie scolaire, Baiona/Bayonne; Gary Isabelle, infirmière, Aiherra/Ayherre; Hastaran Frantxoa, responsable projet, Maule/Mauleon; Hegoburu Daniel, secrétaire départemental EELV Pays Basque, Aiherra/ Ayherre; Ithurriague Jean-Marc, directeur général de PME, Lehuntze/Lahonce; Kratochvil Claude, Chevrier, Aintzila/Aincille; Labadie Lémière Isabelle, artisan, Baiona/Bayonne; Leiciagueçahar Alice, con-seillère régionale, Uharte Garazi/Uhart Cize; Leiciagueçahar Yves, ébéniste, Uh-arte Garazi/Uhart Cize; Lissar Jean, an-cien vice-président du Conseil régional, Itsasu/ Itxassou; Melendez Violette, Shiatsu-thérapeute, Lehuntze/Lahonce; Ofiara Tony, demandeur d’emploi, Kanbo/Cambo; Picard Felices Marie, libraire, Baiona/Bayonne; Rieu Jacques, informaticien, Bardoze/Bardos; Saint Martin Cécile, professeur, Uztaritze/Ustaritz.

Plus jacobin, tu meurs

Quel prestidigitateur! Il camoufle subtilement les idées qui fâchent! Au-delà de sa rhétorique sociale aujourd’hui bien rodée mais ce n’est pas le sujet de l’article, on pourrait assez facilement tomber dans son slogan «Prenez le Pouvoir!». Il a réussit à siphonner les voix de l’Extrême gauche, une partie des voix des écologistes et à cristalliser bon nombre de mécontentements. (…)
Mais que pense-t-il vraiment sur des sujets qui concernent de près ou de loin le Pays Bas-que?
Dans le précédent numéro d’Enbata, on a bien vu ce qu’il pense des langues régionales. Profondément et totalement contre! Bien en-tendu, c’est au non de l’égalité des citoyens devant la loi que les langues régionales ne méritent pas d’être pleinement reconnues. La France est une et indivisible!
Alors que l’Assemblée nationale a voté le 22 mai dernier à l’unanimité moins une voix, l’a-mendement pour inscrire dans la Constitution que «les langues régionales appartiennent au patrimoine national». Réaction de notre mystificateur: «C’est une réaction absurde et dangereuse et j’espère que le Sénat va revenir dessus». Et nous qui nous battons pour l’officialisation de l’euskara, nous n’en n’avons pas fini avec nos Jacobins. Il s’est même permis de faire pression sur Hollande pour le dissuader de signer la Charte européenne des langues régionales.
Mais il va bien plus loin. Le 27 mars 2012, dans un discours prononcé à Lille, il montre sa haine de tout ce qui est manifestement des réactions nationalitaires.
«en 2010, sur 84 attaques caractérisées de terroriste, il n’y en a aucune qui ait été perpétré au nom de la dite religion (musulmane) mais 84 l’ont été par des séparatistes, des nationalistes c’est-à-dire par l’extrême droite»…
Il n’est pas possible que nous acceptions si peu que ce soit que les régions aient en France un pouvoir réglementaire comme l’a annoncé François Hollande à Ajaccio…
Non, la France n’est pas une République Fédérale. Elle est une République Une et Indivisble….
Mais ils (les Français) ne sont pas prêts à accepter que l’on détricote le fondamental de la “Patrie Républicaine Une et Indivisible”.
Alors que dirait-il sur la création d’une Collectivité territoriale basque? Pauvre de nous!
Comme je vois autour de moi des abertzale bien naïfs qui sont prêts à se laisser séduire par les sirènes du candidat, les informer sur ce que pense vraiment notre démagogue, démasquer sa flagornerie me semblent indispensable. Au fait, avez-vous remarqué son changement d’attitude depuis qu’il est passé n°3? A lui aussi, le succès lui monte à la tête…

1) Voir Youtube «Mélenchon et les langues régionales».
Xurio

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video