Europar hauteskundeen bezpera honetan, EHBAI-ek nahi du iharduki atzoko hauteskundeetaz / En ce lendemain d’élection européenne, EH Bai souhaite donner sa lecture des résultats du scrutin.

PrintFriendly and PDF

Lehenik EHBAI pozik agertzen da Herriek Erabaki zerrendak eskuratu dituen emaitzetaz, nun Elorri Arin bere kide bat aurkezten zen. Euskal Herrian gehien boz bildu duen zerrenda, Bruselerat igortzen duelarik diputatu bat Josu Juaristi. EHBAI-entzat, europar hauteskunde hauetan aurkezteko manera hoberena kausitu du, Josu Juaristi izanen baita euro-diputatu bakarra ordezkatuko duena bi aldeak, Hego ta Iparraldea, egiazko aurreirudikatzailea Europako populuentzat ez eta nazio-estatuena. Emaitza honi, gehitzen badugu mezu berdintsua ekartzen duten Irlanda, Katalunia bai eta Eskozia, Europako beste ikus-molde baten aurrerapena.

EHBAI pozik agertzen da, Grezian, Syrisaren garaipenaz, europako zerrenda batek guttitan arrakasta duena, Europako neo-liberal politikaren aurkakoa dena. Zeren modelo honengatik, oinarritzen dena logika batean, merkatu librearen, finantza irabaziak eta berekoikeria nazionalen gainean, nun europar biztanleak krisi egoera batetarat eramaiten dituen. Politika publiko horiek ditutze, neo-liberal kutsu berekoak direnak, eramaiten hautesleak etsipenera Europari bizkar emanez eta masiboki ez bozkatzera joanez edo orain muturreko boto baten hautatzera, Europa guzian eta bereziki frantses estatuan.

EHBAI-entzat, eskuin-muturreko emendatze masibo horrek histen ditu hauteskunde hauek, bereziki frantses estatuan. Ipar Euskal Herrian, FNaren emaitza, arranguratsua da ere, orain arte marjinala zelarik. Europan diren indar politikoak dira hobendunak. Zerrenda gehienak, Europako proiektu batetik urrun ziren, aldi berean federalak eta sozialak, nazional mailako interesak kondutan hartuz, zenbait aldiz pertsonalak (M. Alliot-Marie azkenean, karrera bukatzeko irabazi du bere aulkia). Adibide bat erakusten duena Europari buruzko atxikimendua, departamenduko prefekturaren disfuntzioa, nun hautesle anitzek, bozkak aintzin ez duten eskuratu etxen paper ofizialak ; holako hutsekin nola ez ohartu ze bide baden egiteko Europa altxatzeko behar duen lekurat.

En ce lendemain d’élection européenne, EH Bai souhaite donner sa lecture des résultats du scrutin.

Tout d’abord, EH Bai exprime sa grande satisfaction devant le résultat obtenu par la liste Herriek Erabaki, dans laquelle figurait une de ses membres, Elorri Arin. Liste ayant récolté le plus de suffrages sur l’ensemble du Pays Basque, elle envoie en outre un député à Bruxelles, en la personne de Josu Juaristi. Aux yeux d’EH Bai, cette manière d’aborder les élections européennes se révèle être la plus cohérente puisque Josu Juaristi sera le seul eurodéputé représentant une liste « transfrontalière », élu des Basques du nord et du sud, véritable préfiguration de l’Europe des peuples et non des Etats-nations prônée par le mouvement abertzale. Si l’on ajoute à ce résultat ceux de mouvements de philosophie similaire en Irlande, Catalogne ou encore Ecosse, cette autre idée de l’Europe révèle sa progression.

EH Bai se réjouit également de constater la victoire du Syrisa en Grèce, trop rare succès d’une liste européenne partageant sa vision d’une Europe opposée aux dérives néo-libérales actuelles. Car c’est bien ce modèle fondé sur les logiques de marché libre, de profits financiers et d’égoïsmes nationaux, qui enlise les populations européennes dans la crise. Et ce sont bien ces politiques publiques exactement du même jus néolibéral qui les désespèrent au point de tourner le dos à l’idée même d’Europe et de s’abstenir en masse, ou même désormais de choisir un vote extrême, dans toute l’Europe et notamment dans l’Etat français.

Pour EH Bai, cette progression massive des populismes d’extrême-droite ternit cette élection, en particulier dans l’Etat français. Le score du FN au Pays Basque même est lui aussi inquiétant, alors qu’il était encore marginal jusqu’ici. La faute en incombe à ce que les forces politiques en présence ont fait de l’Europe. La plupart des listes étaient à mille lieux d’un projet européen à la fois fédéral et social, et ne nourrissaient que des intérêts d’échelle nationale, voire même personnels (M. Alliot-Marie y a finalement gagné son strapontin de fin de carrière). Là réside le désaveu massif qui entoure l’idée européenne. Un symbole de ce manque de considération pour l’Europe réside d’ailleurs peut-être dans le sidérant dysfonctionnement survenu à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, qui fait que nombre d’électeur/trice-s n’ont pas même reçu les professions de foi à domicile avant le vote ; comment ne pas voir dans cette incroyable bévue le chemin qui reste encore à accomplir pour hisser l’Europe à la hauteur de son enjeu ?