Le changement, c’est pour quand ? Oui à la pollutaxe !

PrintFriendly and PDF

CamionsEn suspendant l’écotaxe, le gouvernement a une nouvelle fois cédé aux exigences des lobbys industriels et routiers qui sont pourtant les premiers responsables de la crise sociale et écologique actuelle. En effet, cette suspension fait suite à l’autorisation de circulation des poids lourds à 44 tonnes accordée en compensation anticipée à l’écotaxe !

Cette écotaxe (ou plutôt cette pollutaxe) est pourtant plus nécessaire que jamais, en effet :

  • C’est une mesure écologique. Le transport routier est responsable de 25 % des émissions des gaz à effet de serre,principales causes du dérèglement climatique en cours. Une telle mesure permettrait de favoriser le report modal vers des moyens de transports moins polluants (ferroviaire, fluvial) en faisant payer aux transports routiers une partie des coûts externes actuellement supportés par la collectivité (l’usure des routes entretenues par les Conseils Généraux, les coûts engendrés par les accidents et la pollution),
  • C’est une mesure sociale. Accroître le coût du transport routier aiderait à relocaliser une partie de la production et à diminuer ainsi l’hémorragie d’emplois dont nous souffrons aujourd’hui (exemple des porcs bretons élevés en Bretagne puis transportés vivants jusqu’en Allemagne pour y être abattus et transformés). La pollutaxe doit en outre permettre de créer des emplois de proximité et non délocalisables dans les alternatives au transport routier.
  • C’est une mesure de bon sens. Avec la raréfaction du pétrole, le prix du transport routier ne cessera pas d’augmenter. Il faut dès à présent inciter à financer les alternatives au fret routier et à diminuer les transports inutiles ou indécents (exemple des crevettes pêchées au Danemark, décortiquées au Maroc puis revenant au Danemark pour y être préparées).

La pollutaxe doit être appliquée le plus vite possible, en corrigeant ses défauts les plus criants. Par exemple l’exonération du transport sur autoroutes payantes qui exempte de fait les transports longue distance. Ou encore le partenariat public privé permettant la levée de la taxe par un consortium privé qui empocherait ainsi 20 % des rentrées attendues.

Les recettes de cette pollutaxe doivent être intégralement affectées à l’entretien des infrastructures existantes et au financement d’une politique de transition écologique dans le domaine des transports. Les modes alternatifs au routier représentent aujourd’hui seulement 11% du trafic de marchandises en France contre 30 % en Allemagne. Sur la côte basque, le fret SNCF employait 320 cheminots en 2004 et n’en compte plus que 120 en 2013. Et la direction compte poursuivre les suppressions de postes !

Aujourd’hui, seuls les lobbies productivistes parviennent à se faire entendre dans ce dossier et risquent de gagner la bataille, si nous ne faisons rien. Ce serait là une très mauvaise nouvelle, tant pour l’emploi que pour l’environnement.

Il est temps que les partisans d’une transition sociale et écologique donnions à notre tour de la voix et défendions l’intérêt de l’ensemble de la population, et l’avenir de nos enfants que l’immobilisme actuel compromet gravement.

Le changement, c’est pour quand ?

Peio Dufau et Jérome Teillary (Délégués CGT au Fret SNCF Bayonne et Hendaye), Nicole Etchegoyhen et Txetx Etcheverry (Membres de la Coordination du mouvement Urgence Climatique Justice Sociale Bizi !)