Unescori tokiko hizkuntzentzat babesleku kulturala galdegiteko mobilizazioa / Demande d’asile culturel pour les langues territoriales

PrintFriendly and PDF

UndroitUneLoi!(En français plus bas)

« Collectif du 31 mars » 1 kolektiboak elkarretaratze bat antolatuko du maiatzaren 15ean, 11:00etan, Parisen, Unescoko egoitzaren atarian, babesleku kulturala galdegiteko.

Izan ere, kontuan hartuz frantses Estatuak lurralde hizkuntzetako hiztunak sistematikoki diskriminatzen dituela eta gure hizkuntzei mota desberdinetako trabak ezartzen dizkiela (aipamenik ez Peillon hezkuntza legean, Eurokartaren berreste eza, ikastola bezalako eskolek dituzten zailtasunak egoitzak finantzatzeko…), hizkuntza desberdinetako ordezkariek testu bat irakurriko dute babeslekua ofizialki galdegiteko, ikusiz frantses Estatuak deus ez duela egiten gure hizkuntzen alde, hurbileko aktualitateak erakutsi digun bezala.

Bestalde, Unescokoei hitzordu bat eskatua izan zaie ere, gure kezken eta gure hizkuntzen errealitatearen berri emateko.

Prentsa guzia gomitatzen dugu hitzordu horretara hurbiltzera. Anartean, eta xehetasun gehiagorentzat, telefono zenbaki honetara dei dezakezue : 06.08.41.47.66 (Hur). Parisen elkar ikusiko dugulakoan…

Anem Òc! (Okzitania), Conseil Culturel de Bretagne (Bretainia), Culture et Bilinguisme d’Alsace et de Moselle/René Schickele-Gesellschaft (Alsazia), Euskal Konfederazioa, La Federació (Katalunia), Lofis, Tikouti, Association des Enseignants certifiés de Créole (AECCR), Parlemu Corsu (Korsika), FLAREP, Fédération des Langues Régionales dans l’Enseignement Public, ESKOLIM, EBLUL France

 

Le « Collectif du 31 mars » 1 organise un rassemblement le mercredi 15 mai à 11h00, à Paris, sur le parvis de l’Unesco pour demander l’asile culturel pour les langues territoriales.

En effet, tenant compte que l’Etat français discrimine systématiquement les locuteurs des langues territoriales et qu’il ne cesse de mettre à ces dernières toutes sorte sd’entraves (pas de mention des langues territoriales dans la Loi Peillon sur l’éducation, non ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, difficultés pour les établissements scolaires pratiquant le modèle immersif (Seaska-ikastola) d’obtenir des financements publics pour les locaux…), des représentants de chaque langue liront un texte pour demander officiellement à l’Unesco l’asile culturel pour nos langues, vu que la France, comme nous l’a encore démontré l’actualité récente, ne fait rien pour oeuvrer à leur sauvegarde et à leur plein développement.

Une demande de rendez-vous a par ailleurs été faite à l’Unesco pour lui faire part de nos inquiétudes et de la situation de nos langues.

Nous invitions l’ensemble des médias à nous rejoindre sur le parvis de l’Unesco. Pour plus d’informations, vous pouvez appeler le 06.08.41.47.66 (Hur).

Milesker et au 15 mai!

Anem Òc! (Okzitania), Conseil Culturel de Bretagne (Bretainia), Culture et Bilinguisme d’Alsace et de Moselle/René Schickele-Gesellschaft (Alsazia), Euskal Konfederazioa, La Federació (Katalunia), Lofis, Tikouti, Association des Enseignants certifiés de Créole (AECCR), Parlemu Corsu (Korsika), FLAREP, Fédération des Langues Régionales dans l’Enseignement Public, ESKOLIM, EBLUL France