Communauté Pays Basque Nord

Les 10 intercommunalités actuelles avant la loi NOTRe
Les 10 intercommunalités actuelles avant la loi NOTRe

Après un périple de deux ans, la loi fixant la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (loi NOTRe) a été validée le 16 juillet par l’Assemblée Nationale et par le Sénat. Retenons-en quelques idées simples. Le Big Bang institutionnel et territorial annoncé par le gouvernement n’a pas eu lieu, mais il faut mesurer la portée dans le temps des évolutions actées dans ce texte. Un mouvement de réforme territoriale est amorcé qui va changer le visage institutionnel de la France, permettant des évolutions différenciées. Si les Conseils départementaux sauvent leur peau, leur effacement, plus lent que prévu, semble enclenché. Du côté du bloc communal (communes et intercommunalités), les intercommunalités montent en puissance, se voyant attribuer de nouvelles compétences. Le fait même de les contraindre à une “taille minimale” de 15 000 habitants (sauf exceptions) les transforme et oblige les élus de nombreux territoires à regarder au-delà de leur champ de vision actuel : il va falloir fusionner pour parvenir au seuil démographique légal.

Consensus sur la collectivité territoriale

C’est l’une des raisons qui a poussé les élus des 8 communautés de communes et des 2 communautés d’agglomération du Pays Basque à se réunir : comment, avec qui fusionner ? Faut-il fusionner ? Questions délicates, qui avaient suscité, entre 2011 et 2013, avant même l’impératif légal, des remous, notamment chez les élus de Basse Navarre. La question, cette fois, est d’une autre dimension car le mouvement de réforme engagé en France arrive, en Pays Basque Nord, au moment où la revendication institutionnelle pour structurer notre territoire est au plus haut. Le consensus autour de la collectivité territoriale à statut spécifique a contraint le gouvernement à sortir du bois pour faire une proposition qui n’est, bien entendu, pas celle que nous revendiquions, mais celle d’une intercommunalité unique. Bref, on ne fusionnerait pas à 2 ou 3, mais à 10 :  d’Hendaye à Barcus, de la petite interco d’Oztibarre-Iholdi (3 750 habitants), à la grosse agglo bayonnaise (122 900 habitants). Tout le Pays Basque Nord réuni en un seul et unique EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale). La proposition gouvernementale suscite des doutes et des interrogations, mais elle prend un relief inédit : l’Etat propose aux Basques, pour la première fois de leur histoire, de se structurer au sein d’une entité unique, reconnue par lui et promue à un bel avenir puisqu’il a même été question, un temps, dans la loi, d’élire les représentants des EPCI au suffrage universel direct. Le Pays Basque Nord reconnu, une seule gouvernance pour 158 communes, un budget propre et des compétences propres ! Ne manque que le suffrage universel et l’EPCI deviendrait de facto une collectivité territoriale.

Le Conseil des élus s’empare de la proposition.  Aidé des experts du cabinet Acadie et des juristes universitaires Gourdou et Massias, il se met au travail pour lancer la réflexion commune. Entre décembre 2014 et juillet 2015, les élus des 10 intercommunalités et du Conseil des élus se retrouvent à Bayonne et à Hasparren pour plancher sur le sujet. Participer aux rencontres d’Hasparren durant ce premier semestre 2015 nous a permis, pour la première fois, d’envisager concrètement ce que serait une entité unique. De réfléchir sur l’exercice des compétences, sur la proximité, la solidarité entre Côte et Intérieur, les finances et la fiscalité, sur les relations entre une entité unique Pays Basque et les communes.

Un Pays Basque uni
peut devenir une communauté urbaine :
plus puissante, plus intégrée.
Sa voix porterait dans l’immense nouvelle région.
Là se trouve bien la clé.

Une communauté urbaine puissante

Au vu de l’assistance (présence, à chaque fois sauf la première, des élus des 10 EPCI du Pays Basque), il est difficile de démentir l’intérêt porté par les élus à ce travail. Ils ont été au rendez-vous. Même les plus sceptiques furent assidus. Qu’il y ait aujourd’hui, de la part de certains collègues, notamment dans l’Acba, des doutes et des craintes sur la constitution concrète de la Communauté Pays Basque Nord, cela est tout à fait concevable.

L’EPCI unique pour le Pays Basque Nord n’est ni la solution parfaite, ni celle que l’on attendait. La structuration à 158 sera compliquée, longue et difficile, personne ne peut le nier. Mais que ces élus dubitatifs ne rejoignent pas le mouvement général qui s’engage est difficilement envisageable si l’on se pose la question différemment : quelle est l’alternative sérieuse ? Structurer le Pays Basque en 3 ou 4 EPCI qui seraient fédérés autour d’un grand syndicat intercommunal ? Serait-ce plus simple que “le monstre” que l’on créerait avec un EPCI unique ? Plus efficace, plus lisible ? Cela répondrait-il à la revendication institutionnelle ? Un syndicat n’a pas de compétence propre et fait uniquement ce que les EPCI adhérents veulent bien lui laisser faire. Ne s’agirait-il pas alors d’une solution pour enterrer la revendication institutionnelle ? Que deviendraient les  nouveaux grands EPCI ruraux : beaucoup de communes, aucun poids démographique…

Un Pays Basque uni peut devenir une communauté urbaine : plus puissante, plus intégrée. Sa voix porterait dans l’immense nouvelle région. Là se trouve bien la clé. Et une partie de la solution est entre les mains des 5 communes de l’Acba, car nombre d’élus de petites et moyennes communes ont déjà intégré le fait que le panorama actuel allait changer, certains sièges disparaître et que le Pays Basque avait tout à gagner en se structurant en une seule entité. L’agglomération capitale doit assumer le rôle historique qui lui est dévolu et prendre à bras le corps la part qui lui incombe dans la constitution de notre future maison commune, la  Communauté Pays Basque Nord.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).