Collectivité territoriale à statut particulier : le pas de l’auto-affirmation d’ Iparralde

Après des mois d’un travail qui s’est voulu le plus rigoureux possible, la dynamique de réflexion de fond enclenchée par le Conseil de développement a débouché sur la requête d’une Collectivité territoriale à statut particulier pour le Pays Basque Nord approuvée à la quasi unanimité des présents à l’Assemblée générale du Conseil des élus du 24 no-vembre dernier. C’est un pas très important dans la trajectoire politique d’Iparralde. Tout d’abord, cette décision clôt une phase qui s’est ouverte en 1993 par les réflexions de Pays Basque 2010 et la mise en forme d’un premier schéma d’aménagement et de développement pour Iparralde. Jusqu’à peu, le Conseil de développement et le Conseil des élus qui étaient issus de cette démarche de Pays Basque 2010 ont servi à alimenter le statut-quo établi sur une absence de véritable cadre politique propre à Iparralde. Parmi maints épisodes en se remémorera notamment celui de la crise de 2003-2004 suite à laquelle Patxi Noblia avait été «débarqué» du conseil de direction du Conseil de développement. Maintenant enfin, ces outils se positionnent pour la sortie du statuquo en réclamant à leur tour une reconnaissance institutionnelle d’Iparralde. Il est vrai, la demande d’une Collectivité territoriale n’a rien de révolutionnaire, et en tant qu’abertzale, je reste convaincu que le concept d’autonomie est plus porteur à beaucoup d’égards, même en termes de pédagogie vis-à-vis de la population. Mais le dépassement de la notion de département nous fait sortir du registre d’un cadre standard pour entériner une mouture institutionnelle qui, par son caractère spécifique, affirme en tant que tel l’existence d’une réalité différenciée du Pays Basque appelant des réponses distinctes. Parmi plusieurs autres facteurs, tout le monde s’accordera pour dire que le con-texte politique global a fortement contribué à ce résultat. Le fait qu’aux lendemains de la Conférence de paix d’Aiete et de l’annonce de la fin de plus de quarante ans d’activité armée d’ETA, la dynamique du débat politique en Iparralde débouche sur l’affirmation d’un cadre précis de reconnaissance politique spécifique revêt une valeur historique extrêmement forte. Cela est d’autant plus vrai que le précédent est double: l’affirmation de ce cadre de reconnaissance politique repose sur un niveau de consensus dont je ne connais personnellement pas beaucoup d’autre antécédent. Car, dans l’histoire contemporaine, il y a-t-il un autre exemple de positionnement politique collectif fort en Iparralde qui ait rassemblé l’ensemble du spectre politique lo-cal, droite gauche confondues, abertzale inclus? Ainsi, l’équation de la donne politique est aujourd’hui posée en des termes on ne peut plus clairs. Elle oppose le Pays Basque qui demande d’une seule voix un cadre de reconnaissance politique bien défini au pouvoir parisien auquel il appartient de répondre à cette demande. Evidemment, la partie est loin d’être gagnée, surtout quand on prend en compte les déclarations qui nous parviennent ces derniers temps des sphères dirigeantes parisiennes. Mais nous avons franchi un pas qui apparaît d’autant plus significatif quand on le considère d’un point de vue large qui est celui de la dynamique des processus d’émancipation. Ces derniers supposent de passer successivement par trois étapes: l’auto-affirmation, l’auto-organisation et en-fin l’autodétermination. Je pense qu’Iparralde vient de franchir collectivement la première étape. A court terme, il nous faut continuer à travailler, rester mobilisés et contribuer à socialiser auprès de la population ce concept de Collectivité territoriale à statut particulier de sorte à faire bouger les lignes du débat au niveau du gouvernement français. Pour autant, si dans le cadre de l’acte III de la décentralisation, l’Etat français se refuse finalement à oc-troyer un véritable cadre institutionnel propre à Iparralde, une réflexion de fond devra alors s’ouvrir sur la façon de poursuivre notre combat, et me semble-t-il, une des perspectives consistera à se demander comment nous pourrions passer à la deuxième étape du processus d’émancipation.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).