Le Beaufort : une réussite économique et territoriale

Lors de la dernière crise de surproduction, les coopératives ont décidé au sein de l’UPB le dégagement d’une quantité de lait vers la poudre pour diminuer l’offre ainsi que la mutualisation de son coût. Celui-ci a été financé par l’augmentation du prix de la plaque de caséine. La crise passée, l’UPB a décidé de maintenir le prix de la plaque de caséine de manière à ce que le syndicat puisse avoir des fonds et investir dans des opérations de communication et de promotion afin d’anticiper sur de nouvelles crises. Cet exemple montre que
la synergie est nécessaire entre les deux structures et qu’elle permet une bonne réactivité pour faire face aux situations difficiles. Avec un fromage de garde, la difficulté est d’anticiper sur les marchés. L’équilibre du système se rompt dès que la production ou les ventes varient de plus de 4%. Il arrive aussi que les ventes chutent suite à des augmentation de prix au niveau de la GMS.
Il est donc nécessaire que l’ODG puisse réguler et maîtriser son offre vis-à-vis du marché.

Le Beaufort, une communication
et des mesures pour renforcer
l’image de l’appellation
Actuellement, les troupeaux de vaches sont constitués à 50% de tarines et 50% d’abondances. Pour mieux coller à la réalité d’une image plus porteuse pour la commercialisation du produit, le syndicat encourage avec une prime la reconversion et le remplacement des vaches d’abondance par des tarines bien que ces dernières soient moins productives, dans l’objectif d’atteindre les 2/3 du troupeau en vaches tarines. Le renforcement de l’image et de la qualité du produit sont les éléments moteurs du développement du fromage Beaufort.

Le Beaufort, des paysans rémunérés
et un paysage entretenu
En 2010, le lait a été payé 630 e / la tonne soit prés du double que le lait servant à fabriquer des produits standards. Le lait d’alpage est payé jusqu’à 770 e / la tonne pour fabriquer le Beaufort d’été. Pendant les 110 jours d’alpage, les bergers qui traient les vaches et les déplacent quotidiennement sont rémunérés 120 à 150 e / jour, tandis que les fromagers peuvent percevoir jusqu’à 250 e / jour. Certes le travail est pénible et le rythme soutenu avec un réveil à 3h ou 4h du matin par tous les temps mais la valeur ajoutée permet de rémunérer correctement les paysans et les alpagistes. Ces derniers sont les garants de l’entretien de ces espaces d’altitude et génèrent une véritable économie montagnarde à base agricole qui sert de support au tourisme.

Le Beaufort: un exemple à méditer et à suivre?
Pour EHLG, il est clair que le pari fait dans les années 60 de miser sur la qualité plutôt que sur les volumes, celui de s’organiser collectivement et de se financer par l’activité économique plutôt que de dé-pendre des subventions est aujourd’hui un pari gagné. Il reste encore fragile face à la spéculation foncière et à la transmission d’un outil de travail en terme de capital à éventuellement racheter en particulier pour les hors cadre-familliaux.

Francis Poineau

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).