L’été des plaisirs

PrintFriendly and PDF

50 ans de peinture au Pays Basque

En Navarre, dans le magnifique cloître restauré
du monastère d’Urdax tous les reflets de la sculpture
et de la peinture basque contemporaine.

Urdax est devenu l’un des lieux d’attraction touristique des plus remarquables de la période estivale culturelle en Navarre. La proximité d’Urdax avec Saint-Jean-de-Luz, Biarritz, Donostia San-Sébastien, Elizondo-Baztan et Pampelune y contribue.
Ce petit village, en plus de proposer une visite de ses grottes, vous offre aussi le plaisir de voir un moulin en activité qui, en d’autres temps, fut l’une des premières centrales électriques de Navarre alimentant Urdax ainsi que le village avoisinant, Ainhoa.
L’ancien monastère royal d’Urdazubi-Urdax date du XIe siècle et fut une porte d’accès au vieux Royaume de Navarre. Eglise, Cloître et Musée contribuent au plaisir d’une visite envoûtante.
Ce monastère accueille depuis quelques an-nées une exposition d’art remarquable dont les protagonistes sont des peintres et des sculpteurs de renom: un réel intérêt pour les visiteurs!
Dans le cloître du monastère sont exposées les œuvres de 10 sculpteurs renommés: Thomas Fischer, François Marty, Edouard Solorzano, Aitor Mendizaval et Ramon Ruiz Cabestany, la source de leur inspiration étant l’humain. En dépoussiérant l’apprentissage de l’École Bas-que, Iñaki Ruiz d’Eguino aborde l’espace et la géométrie rigoureuse. Koldobika Jauregi sculpte la pierre. Juan Gorriti, Iñaki Olazabal et Tista sculptent le bois et les métaux, zinc, acier qui pour chacun vont de l’expressionisme, à l’Arte povera (art pauvre) jusqu’au minimalisme…
En peinture, nous trouverons les signatures contemporaines dont on pourrait dire qu’elles sont des classiques de l’École basque du siècle passé, José Luis Zumeta (le groupe Gaur) et Carmelo Ortiz de Elgea (le groupe Orain), ac-compagnés de Christine Etchevers, avec ses toiles de grand format, et Gonzalo Etxebarria le “vizcaíno-souletin” avec une palette picturale à la fois expressive et inquiétante.
La figuration renouvelée nous arrive des mains du baztanais José Mari Apezetxea (autre classique) et de Patxi Aranoa, adeptes de l’école néo-cubiste et cézanienne. Roger Bravard est un membre du “groupe des Sanzistes” créé à Lyon en 1945. Les régionalistes Michel Hacala, Irkus et Pier abordent avec des visions différentes les mœurs basques. Une vision de l’art actuel, frais, varié et significatif.
La couleur rouge des pierres du cloître caractérise le lieu et fait de cet espace réduit un écrin privilégié, noyé dans la nature.
L’art et la nature, un binôme qui attire le visiteur amoureux de beauté.
En 2011, plus de 10.000 personnes ont visité l’exposition . Cet été le monastère est ouvert de 11h à 20h tous les jours.

Fêtes de Bayonne

Le programme du Karrikaldi des Fêtes de Bayonne est proposé par les associations Ibaialde, Leinua, Orai Bat, Tuntuna, Trikili Trakala et Baionako Ikastolen Laguntzaileak.
Juste un mois avant les Fêtes de Bayonne, voilà un avant goût du Karrikaldi. Pour la 7éme année, cette animation qui se déroule du jeudi au dimanche soir, sera la porte d’entrée des Fêtes à la place Jacques Porte en présentant un programme qui sera le reflet de la culture basque actuelle.
Le point d’orgue sera le Dantzazpi à 19 heures, qui sera assuré par la Txaranga Leinua sauf le dimanche où celle d’Orai Bat qui prendra le relais. Aprés la danse le chant, avec le Baionan Kantuz de 20 heures, me-née par la Tuntuna sauf le samedi où les invités seront les chanteurs de Bidarten Kantuz. La soirée se terminera par le Karrikadantza, c’est-à-dire le bal trad avec trois groupes invités par le groupe Trikili Trakala de Macaye et qui viennent des Landes, d’Italie… bref de toute l’Europe.
Avant cette partie participative, Karrikaldi propose chaque aprés-midi un spectacle de danse et un concert. Le dimanche, le groupe de danse Elai Alai de Gernika se produira à 16h30 pour laisser le groupe Kostalde de Bidart et des alentours donner de la voix. Samedi, la compagnie Leinua de Saint-Pierre-d’Irube nous proposera son dernier spectacle et les jotas navarraises de Voces de Navarra d’Estella feront vibrer les murs du Chateau Vieux. Vendredi se déroulera le championnat des Makilari du Pays Basque Nord et les sœurs Etchart de Saint-Palais nous présenteront leur disque. Jeudi c’est aussi la journée des jeunes au Karrikaldi. L’école de la compagnie Leinua ouvrira le bal, et par la suite quatre jeunes des écoles de bertsu improviseront sur les sujets proposés par leur professeur Aimar Karrika. Côté musique, Zézé nous montrera comment il marie le son électronique avec celui des instruments traditionnels basques.
Durant les quatre jours l’odeur des talo des Ikastola de Bayonne embaumera le site et chacun trouvera dans leur stand la nourriture solide et liquide nécessaire. Enfin les géants d’Orai Bat feront une sortie avant le Dantzazpi pour former les cercles de danse.
Programme riche et populaire dans le plus bel esprit des Fêtes.

“Festival EHZ”

Léger fléchissement de fréquentation
d’un festival référence en Pays Basque.

Premier bilan de la 17ème édition du festival EHZ. Nous avons un regard positif des trois jours qui se sont écoulés. Il n’y pas eu de problème particulier et les animations, concerts et débats qui étaient organisés dans les différents endroits se sont très bien déroulés.

14.500 festivaliers
Cependant on ne peut pas nier qu’en ce qui concerne la fréquentation nous avons subi une légère baisse. D’après un compte rendu, environ 14.500 personnes étaient présentes pour l’édition 2012. La semaine prochaine nous entamerons une séance de réflexion afin de définir les causes de cette baisse mais également pour étudier de nouveaux axes et de nouvelles pistes pour les prochaines éditions.
Pour l’instant nous préférons faire un bilan sur les points positifs de cette édition. Tout d’abord le projet Sorgin a été un véritable succès. Nous avons pu observer, autant les bénévoles que les festivaliers, qu’ils étaient présents dans les différentes animations et concerts près à danser et à faire la fête. Les festivaliers étaient également nombreux à participer aux différents débats, interventions et ateliers présentés à Erregelu. Plus que jamais nous avons voulu faire de la réflexion un point clé du festival et c’est une des réussite les plus importantes de cette édition.

Nous ne les oublions pas
D’autre part, comme les années précédentes, toutes nos pensées vont à celles et ceux qui n’ont pu être présent pour le festival, en espérant que ce soit la dernière édition passée sans eux. Le lip dub que nous avons réalisé aujourd’hui a démontré une fois de plus que la revendication du rapprochement des prisonniers et réfugiés politiques basque a un large soutien.

Avec pour engagement
de continuer à travailler
Enfin, pour tous ceux qui croient que le festival se termine aujourd’hui, nous tenons à leur rappeler que le démontage commence dès ce soir. Durant toute la semaine nous nous emploierons à laisser Helette tel que nous l’avons trouvé. L’un des rendez-vous important de cette semaine sera le ramassage de mégots samedi.
En vue des prochaines années notre objectif est de continuer sur le même chemin; faire venir des groupes et des animations du monde et d’Euskal Herria tout en étant porte-parole des réalités locales.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video