Respecter les limites historiques

PrintFriendly and PDF

Le débat sur la réforme de la carte de l’intercommunalité agite le monde politique. Quelle est votre position?
Max Brisson: Le regroupement de communes est une nécessité absolue, car il permet de créer des ensembles de décision politique qui correspondent aux besoins des citoyens, de traiter les besoins des gens à la bonne échelle. Ces regroupements doivent tenir compte des réalités économiques et sociales des bassins de vie. Mais aussi de l’histoire qui a façonné les cultures et les pratiques politiques. Lorsque ce principe n’est pas respecté, c’est l’échec assuré.

Quel périmètre défendez-vous pour l’agglo de Bayonne?
M. B.: Je suis d’accord avec Jean Grenet sur sa position d’élargissement aux communes pour lesquelles il y a à la fois une histoire commune et une continuité urbaine, c’est-à-dire celles des CdeC Nive-Adour, Errobi (Ar-cangues, Ahetze, Bassussarry, Jatxou et Ustaritz) et les communes d’Arbonne et Briscous. En revanche, je suis opposé à l’intégration des communes de Tarnos et du Seignanx, pour des questions d’histoire et de pratiques politiques issues de cette histoire. Il faut respecter les limites historiques du Labourd.

Que prônez-vous?
M. B.: La création d’un pôle métropolitain pour aller plus loin. La loi permet d’en créer un ici. Il permettrait de traiter, à l’échelle des intercommunalités regroupées, les questions
de développement économique d’aménagement du territoire, du port de Bayonne, de coopération transfrontalière, d’enseignement supérieur par exemple.

Quel en serait son périmètre?
M. B.: À mes yeux, trois options peuvent servir de base au débat: un pôle qui regrouperait la Côte basque, le Labourd, le Seignanx et même au-delà, ce qui réglerait les questions de coopération avec le sud des Landes. Seconde possibilité, le Pays Basque dans son entier, jusqu’à la Soule, mais seulement le Pays Basque, ce qui règle la question de la représentativité du Pays Basque. Troisième option, le Pays Basque en son entier, et le sud des Landes, pour créer une entité politique et économique d’un poids réel dans l’es-pace européen.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video