Coup d’oeil sur 2015

PrintFriendly and PDF
Retour2015

Supermarchés ouverts le 25 décembre. Comment diable a-t-on pu faire les achats pendant 2015 ans? Il y a 3.000 ans la Bible exigeait le repos, même pour l’âne, le jour dédié à Yawhé! Notre civilisation a fait des progrès depuis cette époque lointaine: la rentabilité nous place juste en dessous des ânes.

L’année 2015 étant bien terminée, nous pouvons jeter un coup d’oeil en arrière. Personne n’a oublié ce début avec des attentats et les manifs monstres qui ont suivi. Non pour protester en faveur de la liberté de presse comme les lobbies journalistiques l’ont fait croire, mais parce que le peuple a eu peur pour sa vie : une vingtaine de  morts, c’est quelque chose, et le droit à la vie est un bien plus précieux et universel que celui de faire des caricatures. Les attentats de novembre laissant 129 morts, sont venus confirmer que le peuple avait senti juste.

Le regard partisan de certains journalistes s’est encore manifesté récemment après la manif qui a suivi l’action contre une mosquée de Corse. On y criait “Fora arabi” ce qui veut dire “les arabes dehors”. Un commentateur parlait à la radio de slogan  islamophobe. Il y a des millions d’arabes qui ne sont pas musulmans, mais chrétiens. Les victimes de djihadistes sont bien plus nombreux chez les musulmans que chez les chrétiens. Ici même, Mustapha et Ahmed ne comptent-ils pas parmi les victimes du 7 janvier? Il est faux de mettre dans le même sac arabes, musulmans et terroristes. Quant à ceux qui commettent des attentats ou vont d’ici faire la guerre en Syrie (un tiers de jeunes filles!) une bonne partie sont des Français dits “de souche.

J’ai parlé avec quelques-uns des 50 réfugiés si bien accueillis au VVF de Baigorri. Pas de terroriste parmi eux. Certains assistaient à la messe de Noël au milieu des Baigorriar qui méritent nos chaleureuses félicitations.

On compte chez nous 27 VVF, vides en hiver. Baigorri a été le seul à ouvrir ses portes. Et je ne parle pas de ces centaines d’autres sur la côte atlantique entre Calais et Baigorri, tous fermés en hiver, alors que des centaines de femmes et d’enfants pataugent
dans la boue et gèlent sous la tente. Ils ont également eu droit près de Calais, à la messe de Noël dans une « chapelle » construite de tôles rouillées et de toiles de tente déchirées. Elle ressemblait bien plus à l’étable de Béthléem que nos crèches éclairées à l’électricité.

Là-bas, autrefois comme ici aujourd’hui, “il n’y avait pas de place pour eux”. Un grand bravo donc à Baigorri.

Terrorisme? Cet été à Vallauris, le roi d’Arabie a obtenu que l’on exclue de sa garde, les policières femmes. En reconnaissance pour son  financement d’organisations terroristes? Son représentant a été nommé président du Conseil des Droits de l’homme par l’ONU. Sic!

Noël ! Oui, vous savez la nouvelle : cette année, Casino et Carrefour seront ouverts ce jour-là. Parmi les élus qui l’ont décidé, certains assisteront pieusement à la messe, tandis que maman sera derrière les caisses, loin de ses enfants. Noël pour eux aussi?

Comment diable a-t-on pu faire les achats pendant 2015 ans? Il y a 3.000 ans la Bible exigeait le repos, même pour l’âne, le jour dédié à Yawhé! Notre civilisation a fait des progrès depuis cette époque lointaine: la rentabilité nous place juste en dessous des
ânes.

Le monde de la finance me rappelle que des jeunes de Bizi! ont été convoqués au commissariat en attendant le tribunal, pour avoir emprunté des sièges à la HSBC: ils seront rendus dès que la banque aura rapatrié ses avoirs des paradis fiscaux. Ce qui ne  saurait tarder. Comment se fait-il que les responsables de cette banque n’aient pas aussi été convoqués pour avoir volé des centaines de millions à un Etat au bord de la faillite?

Ce qui s’est passé à Air France est du même calibre. Des syndicalistes convoqués au tribunal pour avoir déchiré la chemise d’un DRH. Pas très joli pour des délégués syndicaux! Mais le patron de la compagnie qui met à la rue 4.000 salariés n’est pas inquiété. Quantité négligeable pour la justice française?

Terminons par trois bonnes nouvelles.

Les jeunes des ikastola ont récidivé: 100% de réussite au bac une fois de plus, au grand dam des anciens de l’ENA qui n’en peuvent mais. Et avec quel brio! Aucun n’a eu besoin de l’oral de rattrapage. Pas étonnant que l’effectif de Seaska ait augmenté cette année encore de 10% : 360 enfants de plus! J’en connais un qui a passé une nuit blanche en lisant Enbata au-delà des mers.

Deuxième edelweiss de l’hiver : les abertzale ont fait 17,5% aux élections. La majorité absolue dans une dizaine de villages. Les mairies d’Ustaritz et de Baigorri entre autres. Qui en aurait rêvé, il y a seulement cinq ans? Qui rêvait, il y a cinq ans encore, que les trois quarts de nos communes voteraient pour la territorialité? Le vent a tourné. Quant au Sud, qui aurait soupçonné, il y a à peine quelques mois, que la gauche abertzale tomberait de sept à deux députés. Là aussi il y a de quoi réfléchir sérieusement.

J’aurais dû aussi parler de la fameuse encyclique du Pape, mais depuis trois ans qu’il fait la une de médias et mérite les louanges unanimes, quel changement avez-vous remarqué autour de vous. Il est “la voix qui crie dans le désert”. Que nous sommes. A part les BIZIphiles sans doute.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video