Egunez egun…

PrintFriendly and PDF

Septembre : 150 chaises “Orria” de la coopérative d’Itxassou Alki s’installent dans la salle ovale du pavillon Richelieu à la Bibliothèque nationale de Paris, les lecteurs de l’exemplaire unique du Linguae vasconum primitiae (1545) sont ravis, l’écrivain Bernat Etxepare aussi.

1er septembre : à Espelette, suite à la surfréquentation touristique en montagne, la municipalité se mobilise contre l’usage des motos et des chiens en liberté.

1er septembre : après un an de mobilisation des parents et du maire de Larrau, la rentrée de l’école maternelle publique se fait en immersion en euskara.

2 septembre : soutenue par l’Office public de la lanque basque, la CAPB lance la campagne en faveur de l’apprentissage de l’euskara “Vivez le Pays Basque en V.O.”, proposée par cinq organismes de formation (AEK, Adixkideak d’Urrugne, Angeluko ikasleak et Elealdi à Anglet, et Jakinola à Bayonne).

3 septembre : le tribunal correctionnel de Paris condamne Enrique Lopez à trois ans de prison dont un ferme et Nathalie Chasseriaux à dix huit mois avec sursis, des armes avaient été découvertes en 2015 dans leur appartement biarrot.

5 septembre : la maire LR de Biarritz inaugure la rue au nom de son homologue Bernard Marie qui, dans un tract électoral avait qualifié de suppôt du terrorisme notre directeur de publication Jakes Abeberry.

5 septembre : rentrée positive pour Seaska avec des effectifs en hausse, de beaux bâtiments à Ziburu, mais de grosses inquiétudes pour le développement de l’ikastola de Briscous et une circulaire du Rectorat qui vient limiter l’enseignement bilingue à 50% du temps dans les collèges.

7 septembre : l’INSEE publie un rapport sur les résidences secondaires le long du littoral aquitain et souligne leur importance sur la Côte basque, source de grandes tensions sur le marché de l’immobilier et de situations caricaturales.

9 septembre : l’ex-militante d’ETA Iratxe Sorzabal est définitivement transférée de Réau (Seine-et-Marne) en France, à la prison d’Estramera près de Madrid, version franco-espagnole du processus de paix.

9 septembre : l’Union des loueurs de meublés de tourisme présente un recours en référé contre la nouvelle délibération de la CAPB du 9 juillet, sur la mesure de compensation visant à limiter ces locations commerciales.

10 septembre : le syndicat agricole ELB fête à Ispoure les 40 ans de son existence.

10 septembre : le groupe luzien d’opposition municipale Herri Berri relève l’illégalité du dépôt sur un site de Senpere, de boues en partie polluées, provenant du chantier du parking Foch.

12 septembre : la municipalité d’Espelette veut préempter un immeuble de 600 m² et se dispute avec un investisseur privé qui veut l’acheter pour 900.000 euros. Ce dernier, propriétaire de 12 boutiques en Iparralde voudrait faire du logement social(?).

13 septembre : Lurzaindia lance à Urt une nouvelle campagne de collecte de fonds pour la protection du foncier agricole et l’installation de jeunes fermiers respectueux des principes de l’agriculture paysanne.

14 septembre : une délégation de Seaska, de l’OPLB et de parlementaires est reçue au ministère de l’Education nationale sur la question de l’usage de l’euskara aux épreuves du brevet et du baccalauréat, le “changement de ton” ministériel laisse augurer d’une porte de sortie favorable.

14 setembre : Euskaltzaindia et Sü Azia publient un livre en hommage à Allande Socarros (1957-2021), militant abertzale et écrivain souletin.

16 septembre : la Cour d’appel de Pau désavoue une vingtaine de sociétés propriétaires et donne raison à la CAPB qui avait décidé une première fois une mesure de compensation pour limiter le nombre des meublés de tourisme sur 24 communes du Pays Basque.

19 septembre : jusqu’au 25 septembre, débute le festival Mintzalasai dans plusieurs cités d’Iparralde pour, non pas seulement chanter, mais déguster, ramer, méditer, danser en euskara, c’est-à-dire développer le maximum d’activités dans notre langue.

19 septembre : disparition à l’âge de 96 ans d’Aña Mouesca, mère de Gabi et militante historique en faveur de presos, dès la création d’Ahaideak.

21 septembre: au conseil municipal d’Anglet, l’élue LFI Sandra Pereira- Ostanel tacle à nouveau la CAPB où “l’intérêt de l’ensemble des citoyens a été écrasé par une petite partie, plus passionnée par la reconnaissance de particularismes locaux que par le bien-être général”.

22 septembre : créée en 1981 dans le sillage d’Izan, la coopérative de fabrication de meubles Alki, en pleine expansion, construit de nouveaux ateliers à Larressore.

22 septembre : suite à une série d’intenses mobilisations, la cour d’appel de Paris accepte de libérer Jon Parot et Jakes Esnal détenus depuis 32 ans, à partir de la mi-octobre ils seront assignés à résidence et porteront un bracelet électronique.

22 septembre : un habitant de Senpere révèle que dans sa cité, une maison vendue à un agent immobilier 730.000 euros le 3 septembre, est proposée 12 jours plus tard par le même agent à 1.250.000 euros.

23 septembre : au cours d’une nouvelle mobilisation, Lurzaindia et ELB demandent à la SAFER de préempter partiellement les terres de la propriété Berrueta à Arbonne, remise en vente pour trois millions d’euros. Mais le vendeur ne vend que la nue-propriété ce qui empêche l’opération.

24 septembre : le Conseil communautaire de la CAPB décide de minorer la taxe foncière pour les souscripteurs de baux réels solidaires et favorise la culture bio en exonérant de taxe les terrains non bâtis exploités pour la première fois selon ce mode de production.

24 septembre : l’association Ainhoa beti, avec le soutien de Bizi! et du CADE, mesure et s’attaque à l’énorme pollution de particules fines qui envahit l’air du village du fait de la surfréquentation automobile en direction de Dancharia,

24 septembre : suite à la libération de Jon Parot et de Jakes Esnal, le président de la CAPB Jean-René Etchegaray salue la mémoire de Mixel Berhocoirigoin, Mizel Bergouignan et Michel Tubiana qui “ont tant oeuvré en faveur de la paix en Pays Basque”.

24 septembre : Alda organise une vente aux enchères parodique de vrais baux frauduleux devant le Musée Basque de Bayonne.

24 septembre : le Glisseguna, manifestation des ikastolas associant euskara, surf, danse et musique, tient sa 19e édition à la Barre d’Angelu.

25 septembre : Bizi! organise une Vélorution en faveur des mobilités douces à Saint-Jean-de-Luz, cité qui accuse un retard certain en la matière, et réclame davantage de voies cyclables sécurisées.

25 septembre : à Hazparne, Ezkia ikastola donne le coup d’envoi de son 50e anniversaire autour du thème “Haizeak barrea Ezki lorea, lau haizetara, euskara gurea”, elle est passée de 6 élèves en 1972 à 150 aujourd’hui.

26 septembre : incarcéré depuis 1990 à Cadix (Andalousie), puis récemment dans la province de Léon, le Bayonnais Unai Parot, membre du commando Argala, est désormais en Pays Basque, au centre pénitentiaire de Zaballa en Araba.

27 septembre : avec banderoles en bord de route, les parents d’élèves de Briscous manifestent à nouveau contre le seul maire du Pays Basque qui met des bâtons dans les roues de l’extension de l’ikastola du village que Seaska veut construire à ses frais.

27 septembre : avec banderoles en bord de route, les parents d’élèves de Briscous manifestent à nouveau contre le seul maire du Pays Basque qui met des bâtons dans les roues de l’extension de l’ikastola du village que Seaska veut construire à ses frais.

27 septembre : le Comité de lutte contre les baux frauduleux en Pays Basque se réunit pour la première fois à Bayonne, piloté par le souspréfet et le procureur de la République, c’est une première dans l’État français.

28 septembre: une délégation d’Olentzeroren Lagunak s’envole pour l’Argentine afin de présenter le personnage mythique basque à notre diaspora de l’Euskal Etxe de Macachin, un riche programme culturel est prévu et un film sera réalisé sur cette rencontre inédite.

29 septembre : le maire d’Irun Antonio Santano dénonce les énormes bouchons et ralentissements dus aux contrôles policiers français à la frontière et à la fermeture d’un pont, comme en 1962 Enbata dénonçait “le mur de la honte”.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video