Gouvernance

LGVAtlantique

En faisant l’autruche, nos élus locaux ont cru que leur engagement financier du réseau LGV n’était qu’un mauvais souvenir. Le réveil est terrible. Le secrétaire d’Etat aux Transports, le landais Alain Vidalies, constatant l’approche de la livraison de la ligne Tours-Bordeaux, fait ses comptes et appelle les 52 collectivités territoriales du grand Sud Ouest au respect du contrat passé en 2008. Pris en défaut, nos élus qui n’ont pour la plupart répondu que très partiellement aux premiers appels de fonds, se cherchent des excuses.

La dernière leur est fournie par le nouveau maire de Pau, François Bayrou, non impliqué dans la signature de la convention d’origine: pourquoi paierions-nous puisque les Landes en sont exonérés?

L’argument aurait pu être recevable lors des négociations, mais tout le monde a signé en connaissance de cause, sans pistolet sur la tempe. Pour ceux qui ont un peu de mémoire, c’est au contraire dans l’enthousiasme général, avec le sentiment que l’on adhérait au progrès, que les 52 présidents des collectivités territoriales du Sud Ouest ont signé le protocole de financement et que leurs assemblées respectives l’ont approuvé.

Tout était donc clair.

Les quelques opposants, dont j’étais avec trois collègues de l’Acba, étaient dénoncés comme archaïques. Tout était pourtant alors possible. N’a-t-on pas vu l’agglomération Sud-Pays-Basque, sollicitée pour 26 millions d’euros, refuser de participer à cette folie et en être effectivement exclue?

L’ambiance était à la conviction de participer au développement économique de ce pays. On voyait la gare de Bayonne destinée à accueillir trois millions de passagers par an, quitte à modifier, à grand renfort de travaux, son implantation et à créer une voie de dérivation pour que certains TGV quittent au nord la voie principale et la retrouvent au sud de Bayonne. Qui voudrait nous faire croire aujourd’hui à l’adhésion tiède de nos élus au projet LGV?

Certes, quand en octobre 2008, le préfet de région, M. Idrac, entouré des deux présidents des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, annonce à nos élus réunis à Bordeaux la grille de répartition financière, chacun est un peu k.o. Mais la part des collectivités territoriales dans l’ensemble du coût du projet, soit 14 milliards, leur paraît acceptable. D’autant, rapportent- ils à leurs assemblées respectives, qu’ils auront accès à des emprunts sur 40/50 ans. D’autant que la quote-part de chacun est divisée en deux parties, l’une concerne le financement du tronçon Tours- Bordeaux, l’autre celui Bordeaux-Espagne. Il s’agit d’engagements colossaux, à savoir pour ce qui concerne l’agglo BAB 65 millions d’euros et le département des PA 230 millions, mais clairement assumés.

Tout était sur la table, rien n’a changé. Comme prévu, la LGV arrivera demain à Bordeaux. Pourra-t-on ne pas respecter sa signature? Et après cet acte premier, que doit-on envisager pour l’acte II, Bordeaux-frontière, alors qu’il semble que ce projet de tronçon s’arrête pour le moment à Dax?

Dans la corbeille de mariage, l’Acba apportera donc à l’EPCI Pays Basque ce lourd engagement financier. Les élus de Larrau ou de Garazi seront dorénavant tout aussi engagés que ceux de Bayonne.

Dans l’actuelle phase de préfiguration, cet épisode peut être révélateur de la nécessité, non pas de relier vite le Pays Basque à l’extérieur, mais de relier rapidement entre elles les parties les plus extrêmes de notre territoire. Mettre en place une réflexion pour, par exemple, que la Soule soit à une heure de voiture de Bayonne par la création d’une voie rapide Mauléon-autoroute. Se donner quatre ou cinq ans pour qu’Iparralde soit parfaitement irrigué.

La cohésion politique dépend souvent des moyens de communication.

Par ailleurs, lorsqu’on sait la part prise par l’administration dans la gestion locale, il paraît évident de doter l’EPCI d’un directeur entièrement voué à la gouvernance du Pays Basque.

Il doit bien y avoir un énarque ou un polytechnicien, capable de parler d’égal à égal avec un préfet, pour remplir cette mission stratégique en ce moment particulier de notre destin commun.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).