Henri Etcheto et Falloux

Nouvelle loi sur l'enseignement : — Ce sont les instituteurs qui reçoivent la férule. Vêtus en ecclésiastiques, Alfred de Falloux et Charles de Montalembert s'apprêtent à bâtonner un instituteur. Caricature de la « petite loi sur l'instruction » ou loi Parieu, estampe de Charles Vernier, 1850.
Nouvelle loi sur l’enseignement : — Ce sont les instituteurs qui reçoivent la férule.
Vêtus en ecclésiastiques, Alfred de Falloux et Charles de Montalembert s’apprêtent à bâtonner un instituteur.
Caricature de la « petite loi sur l’instruction » ou loi Parieu, estampe de Charles Vernier, 1850.

Pour s’opposer à la réhabilitation des bâtiments du collège Estitxu Robles financée en partie sur des fonds municipaux, Henri Etcheto prend appui sur «la loi Falloux et les autres qui l’ont suivie», il soutient ainsi que la délibération municipale du 13 décembre 2018 «est manifestement entachée d’illégalité». La loi Falloux du 15 mars 1850 organise l’enseignement primaire et secondaire. Largement remaniée depuis, elle demeure l’étendard de ceux qui refusent le financement par les collectivités publiques des écoles basques.

Mais savent-ils qui fut son auteur, le comte Frédéric Alfred Pierre de Falloux du Coudray (1811-1886). Ministre de l’Instruction publique et des cultes, député influent de la droite la plus réactionnaire à l’assemblée nationale, il fut un adversaire acharné des Ateliers Nationaux, symbole de la fraternité républicaine et de la politique sociale à cette époque. Falloux obtient leur dissolution. Ce qui provoque l’insurrection ouvrière de fin juin 1848, écrasée dans le sang par le général Cavaignac. La répression est féroce : entre 3000 et 5000 tués, 1500 fusillés sans jugement, 25.000 arrestations, 11.000 prisonniers.

A Bayonne, le monument de la place Montaut rend hommage aux victimes de 1848.

La violence de l’insurrection de 1848 conduit les conservateurs à s’entendre avec les catholiques pour mettre en place un enseignement respectueux de l’ordre et de la propriété. C’est l’objet de la loi Falloux. Son but est de s’opposer à l’influence des Lumières et d’éduquer la jeunesse afin qu’elle respecte les hiérarchies sociales et ne remette pas en cause l’ordre établi. Il est aussi de garantir la présence du clergé catholique romain, de l’évêque ou ses délégués, dans l’enseignement public.

L’école sera surveillée : un simple rapport du maire ou du curé permet à l’évêque de muter un instituteur, au préfet de le révoquer.

Falloux a dit dans un de ses discours: «Le premier devoir du prêtre est d’enseigner aux pauvres la résignation». Et il résumait ainsi son programme politique : «Dieu dans l’éducation. Le pape à la tête de l’Eglise. L’Eglise à la tête de la civilisation».

Dans la législation française, aujourd’hui il ne reste plus grand-chose de cette loi que toute femme et homme de gauche, qualifiera d‘inique. Sauf un tout petit bout que le parlement refuse d’abroger. Celui qui permet d’interdire à une municipalité de financer de façon conséquente les bâtiments d’un collège Seaska.

Qu’un Henri Etcheto, élu PS et historien de surcroît, ose évoquer aujourd’hui le nom de Falloux, ose sans vergogne se servir de la loi Falloux pour étayer ses choix politiques, pose question. A Bayonne, de telles inconséquences ne laisseront pas indifférents les électeurs de gauche, comme les électeurs abertzale.

Retrouvez l’intégralité de cette délibération du 13 décembre 2018 ci-dessous (via la vidéo ou la retranscription des débats en PDF) :

Cliquer sur l'image pour revoir la vidéo de l'extrait concerné lors de la séance publique du jeudi 13 décembre 2018.
Cliquer sur l’image pour revoir la vidéo de l’extrait concerné lors de la séance publique du jeudi 13 décembre 2018.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).