Victimes de la répression

Le gouvernement espagnol minimise le nombre de bénéficiaires de l’amnistie votée le 13 mars par le parlement. Ils ne seraient que 372. Le mouvement social Òmnium Cultural fait de la défense des victimes de la répression l’essentiel de son combat.
Au total et selon Òmnium Cultural, en huit ans, environ 4200 personnes ont été victimes de répressions diverses en Catalogne. (...)

Autonomie de la Guyane : un « moment historique » pour les autochtones

Le Congrès des élus a finalisé son projet d’autonomie en votant un pouvoir décisionnel pour la future Assemblée des peuples amérindiens. Le quotidien Le Monde du 16 avril sous la plume de Laurent Marot présente la revendication guyanaise et son contexte.
A n’en pas douter, tout cela fera écho aux lecteurs d’Iparralde où se posent les questions de notre évolution institutionnelle. (...)

Autonomie de la Corse : pour la constitutionnaliste Wanda Mastor, «le plus dur reste à faire»

Le 11 mars en soirée, la deuxième rencontre du processus de Beauvau s’est déroulée à Paris entre le ministre de l'Intérieur et les élus corses et a permis d'aboutir à un accord autour d'une proposition d'écriture constitutionnelle. Wanda Mastor, constitutionnaliste, professeure agrégée de droit public à l’Université de Corse et proche de Gilles Simeoni, relève les éléments importants actés au travers de ce texte. Mais elle avertit : le chemin est encore long avant que la Corse n’obtienne un statut d’autonomie. Wanda Mastor répond ici aux questions de Corse Net infos.
De leur côté, une partie des souverainistes corses rassemblés autour du nouveau parti Nazione, marque son rejet de ce processus et refuse d’y participer. Très affaiblie depuis les dernières élections territoriales, cette formation semble faire ses choix selon une logique de relance politique. Core in Fronte, autre formation souverainiste, tout en étant critique, participe au processus d’accession à l’autonomie. (...)

Au bout du tunnel, l’amnistie

Le parti de Carles Puigdemont Junts per Catalunya (JxCat) et le gouvernement espagnol sont parvenus à un accord sur l’amnistie des élus, cadres politiques et militants catalans exilés, condamnés ou poursuivis. La déclaration d’indépendance de 2017 leur a coûté cher. Entravés par le pouvoir judiciaire aux mains d’une droite nationaliste très remontée, un premier vote négatif devant le parlement et des mois de négociations ont été nécessaires pour parvenir à une loi d’amnistie générale. Mais rien n’est totalement acquis.
Carles Puigdemont va revenir de près de sept ans d’exil pour être candidat aux élections anticipées de son pays le 12 mai. (...)

Sortir des postures malsaines

François Alfonsi - Le député européen Français Alfonsi analyse en cette fin du mois de mars l’état d’avancement du projet de statut d’autonomie corse en cours de négociation.
La chemin est aussi étroit qu’escarpé entre les ultra-jacobins français qui sont vent debout et une partie des souverainistes corses (Nazione) qui rejettent le projet par « calcul politique pour l’échéance électorale d’après », selon l’eurodéputé proche du président de le Collectivité de corse Gilles Simeoni. (...)

Contre l’autonomie de la Corse, les Jacobins montent au créneau

Un concentré de nationalisme français et de jacobinisme. Seize personnalités parisiennes signent le 20 mars une tribune publiée dans le quotidien conservateur Le Figaro. Ils y dénoncent le projet de révision constitutionnelle relatif au statut d’autonomie de la Corse.
« La notion de communauté, désormais constitutionnalisée, inspirera d’autres revendications communautaristes, ethniques ou religieuses », telle est leur crainte principale. Ils redoutent que le projet de statut « voue les Corses à l’assignation communautaire, au repli identitaire et à l’omerta imposés par certains de leurs féodaux » (...)

« Vous êtes en train de capituler devant les séparatistes »

BIDEOA - Le sénateur Les Républicains (LR) Francis Spizner a ainsi interpellé le 13 mars le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, alors que venait d’être conclu un accord avec les élus de l’île concernant le futur statut d’autonomie de la Corse.
Ce texte « viole les principes républicains, (…) vous venez de déconstruire la République et d’ouvrir la boîte de Pandore. La République est une et indivisible et nous la défendrons», a lâché le sénateur lors de cette passe d’arme. (...)