Le CEF et la quatrième voie

Zone humide en danger.

Des projets d’aménagement sur Mouguerre et désormais Lahonce soulèvent des problèmes d’ordre environnementaux et climatiques mais également — et immédiatement — sur le plan démocratique. Reproduirait-on à l’échelle locale ce que l’on reproche à l’État jacobin ?

Les douze derniers hectares de zones humides à Mouguerre

Je vais vous raconter une histoire. Elle n’est pas des plus spectaculaires à première vue, parlant de couloirs, de réunions, de services techniques, de règlements, de décisions en catimini, d’opacité. Mais elle parle aussi d’eau, de sécheresse, d’inondations, de climat. Elle parle de nombreuses espèces animales plus fragiles et intrigantes les unes que les autres, de plantes remarquables, de patrimoine génétique si riche qu’il contient les germes de l’adaptation de la vie face à un monde en pleine mutation. Elle parle d’avenir, donc. Elle parle des barthes.

C’est donc l’histoire d’un projet né en 1988, celui du Centre européen de fret de Mouguerre. Cette année-là, d’un coup de crayon sur une carte, est dessinée une zone de 100 hectares sur les barthes de Mouguerre et de Lahonce, destinée à de l’activité essentiellement logistique et ferroviaire. Mais le projet a vu trop grand et sur ces 100 hectares, 88 sont actuellement remblayés, tous n’étant pas encore utilisés. Il reste également une belle zone humide de douze hectares sur le CEF à Mouguerre. Et le maire de la commune veut l’artificialiser en totalité, même si cela doit coûter en aménagement et remblaiement douze millions d’euros aux collectivités, et qu’il y a juste à côté dix hectares de friches industrielles, propriété de la CAPB. Mais ça, c’est une autre histoire. Je reviens à la mienne.

De surprise en surprise

La SEPA – aménageur du site – dépose un permis d’aménager pour les douze hectares. La CAPB et le maire se refusent à organiser toute concertation préalable avec les habitants pour discuter de l’opportunité du projet, alors que les deux s’étaient engagés à le faire par une délibération du conseil communautaire (approbation de la révision du PLU de Mouguerre en 2023). Le préfet, dans une sagesse toute juridique, limite strictement son autorisation de destruction des habitats des 58 espèces protégées présentes sur le site aux seuls projets ferroviaires. Car détruire des barthes se doit de justifier d’une « raison impérative d’intérêt public majeur » .

Le dépôt du permis d’aménager s’accompagne de la nécessité réglementaire pour le maire d’organiser une « participation du public par voie électronique » , PPVE pour les intimes, démarrant le 1er décembre. Aucune réunion explicative par les élus de la commune ou par la CAPB (les associations en font une qui rassemble 150 personnes). Trente-deux documents sont mis en ligne, plus de 1.600 pages à lire pour se forger un avis et émettre des propositions (uniquement par internet), le tout en un mois. Le public est très fort, on le sait. On s’aperçoit donc que le futur remblaiement va faire monter les inondations de plus de dix centimètres à Lahonce en cas de crue de l’Adour par rapport à l’état actuel de remblaiement. On s’aperçoit aussi que les projets ferroviaires (et notamment l’arrivée de Brittany ferries) peuvent se dérouler sur les 88 hectares déjà remblayés (et pas encore utilisés) dans une première phase. On découvre enfin que malgré la restriction du préfet, la SEPA, avec l’appui de la CAPB, persiste à vouloir construire pour 16,6 millions d’euros un bâtiment au profit d’une holding américaine qui n’a rien à voir avec le ferroviaire : ENOVIS (ex DJO) sur plus de trois hectares. Mais surprise, deux documents sont mis tardivement en ligne lors de la PPVE. On s’aperçoit alors que des techniciens (dont ceux de la CAPB) ont pris leurs crayons (et leurs ordinateurs, génération oblige) pour tracer une nouvelle route qui serait nécessaire en cas de travaux de LGV. Cette route aurait dû passer sur l’emplacement d’ENOVIS mais du coup, elle passe sur les barthes de Lahonce, touchées à leur tour, dans un « espace naturel sensible » : c’est la quatrième voie d’un nouveau rond-point créé tout exprès pour ENOVIS.

Le respect de la parole donnée

Le conseil municipal de Lahonce est alerté par les associations. Par l’intermédiaire de son maire, il poste en ligne une contribution votée à l’unanimité, s’indignant de ne pas avoir été prévenu de cette possibilité de route, déclarant ne pas donner son accord (que personne ne lui demande par ailleurs), et demandant au maire de Mouguerre une prolongation de la PPVE. Silence radio de ce dernier, et la PPVE s’arrête comme prévu le 2 janvier au soir où, tel le carrosse de Cendrillon, à 23h59, tout disparaît : contributions et documents mis en ligne.

Il y aura sans nul doute d’autres épisodes à cette histoire… On espère que le maire de Mouguerre et la CAPB reviendront à la raison et n’imposeront pas la présence injustifiable d’ENOVIS sur des zones humides. Permettront- ils aux élus de la CAPB de faire respecter leur parole sur la concertation ? La CAPB va-t-elle réparer le dysfonctionnement qui permet à ses services de détenir des documents concernant Lahonce sans les partager avec les élus concernés, ni solliciter leur accord ? On peut l’espérer, car telle n’est pas la CAPB dont on a pu rêver. On peut reprocher à l’Etat d’imposer ses vues aux élus locaux et au territoire, il ne faudrait pas que cette même dérive gagne les couloirs de la CAPB.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).