« Le centralisme : un grand danger pour l’avenir des territoires »

PrintFriendly and PDF

JRE-photo couleur libre de droits-640

Jusqu’à la mobilisation du 1er juin à Bayonne en faveur d’une collectivité territoriale, Enbata.info propose, chaque semaine, une rencontre avec les différents promoteurs de ce projet…

Jean René Etchégaray, 1er Adjoint au Maire (UDI-MODEM) de Bayonne, membre du groupe moteur BATERA et Président du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de l’agglomération de Bayonne et Sud Landes.

Enbata.info : Alors qu’on vit une crise multiple (économique, sociale, écologique, etc.) sans précédent, pourquoi vous mobilisez-vous pour une Collectivité Territoriale ?

Jean René Etchégaray : «Notre mobilisation pour une Collectivité territoriale spécifique au Pays Basque ne signifie pas que l’on oublie la crise que vit actuellement la France et l’Europe. Bien au contraire, la réponse que l’on propose à l’échelle du Pays Basque, à l’heure de la mondialisation, est particulièrement pertinente dans un contexte de crise. La France comme d’autre pays européens ont beaucoup trop nié les forces et le potentiel des territoires, du nôtre en particulier. Le local, autant que le national, est apte à porter des réponses au défi écologique. Nous savons maintenant que, sans l’implication des acteurs locaux, une loi pas plus qu’un plan ne parviendra pas à des résultats tangibles. Ici, au Pays Basque, le Conseil des Elus et le Conseil de Développement ont mis en oeuvre une démarche de planification sur les questions d’environnement ; les SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale) de leur côté s’emploient également à intégrer dans le projet d’urbanisme du Pays Basque le défi énergétique et climatique. En matière économique et sociale, l’échelle du Pays Basque n’est pas moins convaincante. On se souviendra que, historiquement, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne a préexisté à celle de Pau. Une façon de dire que, déjà au XIXe siècle, on imaginait de concevoir l’économie et l’industrie dans les limites historiques de ce Pays. Les emplois de notre bassin de vie avec toutes ses implications sociales sont également directement attachés à ce territoire et à nul autre. Il suffit de voir les résultats des travaux du Conseil des Elus (Pays Basque 2020) sur la marque territoriale, menés en association avec la CCI de Bayonne-Pays Basque, pour se convaincre de la cohérence d’un projet Pays Basque et de la nécessité d’une reconnaissance institutionnelle.  Aussi, malgré la crise et peut-être à cause d’elle, notre Pays doit prendre son destin en main et apporter sa part de réponse à tous les défis de notre temps.»

Enbata.info : Comment montrez-vous ou expliquez-vous  à la population l’intérêt et l’urgence de cette revendication ? Bref, quel angle chaque citoyen pourrait utiliser pour aborder le sujet avec « ses voisins » ?

Jean René Etchégaray : «L’intérêt de cette revendication est pour nous une question de pédagogie. Il nous faut avant tout prendre le temps d’expliquer à chacun que la collectivité est l’affaire de tous. Quand on nous annonce la suppression de la CCI Bayonne Pays Basque et la création d’une grande Chambre régionale, quand on nous dit que l’Etablissement public foncier local Pays Basque pourrait lui aussi devenir un Etablissement national avec une antenne régionale, quand on sait que la même menace a pesé sur la Caisse d’Allocations Familiales de Bayonne et que l’URSSAF a déjà perdu son positionnement à Bayonne, il faut prendre conscience que c’est du quotidien de nos vies dont il s’agit et en même temps de la reconnaissance institutionnelle du Pays Basque. En clair, il faut expliquer à tous les voisins que leur propre devenir est plus facile à imaginer lorsque les décisions sont prises au plus près d’eux. La tendance naturelle de la France au centralisme est un très grand danger pour l’avenir de tous les territoires.»

Enbata.info : Pourquoi et comment êtes-vous arrivés à travailler ensemble via une Coordination Territoriale ?

Jean René Etchégaray : «La coordination s’est imposée comme une évidence. Le Biltzar des Maires, la CCI de Bayonne-Pays Basque, le Conseil des Elus, le Conseil de développement comme la plateforme BATERA ont fait le même constat, chacun avec leur légitimité propre. Il était évident pour tous que le travail mené par « PAYS BASQUE 2020″, conjointement par les élus et la société civile, ne pouvait se poursuivre sous la forme d’une association de la loi de 1901. La création d’une collectivité territoriale spécifique Pays Basque a été étudiée par un collège de juristes qui ont validé le choix politique du Conseil des Elus.»

Enbata.info : Pourquoi se mobiliser le 1er juin ? L’idée c’est de contourner le fatalisme du type « Comme on ne peut attendre le miracle sur la Collectivité Territoriale », la mobilisation ne risque-t-elle pas de paraître « une course pour une vaine chimère »"

Jean René Etchégaray :«Cette mobilisation doit être une réussite. Pour tous ceux qui défendent ce projet pour le Pays Basque, il est urgent d’interpeler le Gouvernement et nos représentants. D’abord pour rappeler sans cesse les promesses. Déjà en 1981 on nous promettait un département « Pays Basque » et plus récemment on s’engageait à réformer la constitution pour rendre possible la ratification de la Charte des langues régionales. Il est temps de dire à tous ceux qui nous gouvernent que la reconnaissance institutionnelle du Pays Basque C’EST MAINTENANT. Tous ceux qui défendent comme nous la collectivité territoriale seront bienvenus le 1er juin prochain.»

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video