Le linge d’un pays qui n’existe pas

Le Pays Basque aux yeux de Phoscao
Le Pays Basque aux yeux de Phoscao

Histoires d’IGP

Les derniers rebondissements judiciaires de l’indication géographique protégée « linge basque » illustrent l’incohérence des décideurs et l’absence cruelle d’institution basque d’Iparralde, à même de définir ce qu’est un produit basque et ce qui ne l’est pas. L’enjeu économique est considérable. En Hegoalde, autre chanson avec la bagarre pour la création d’une IGP vinicole de la Rioja alavaise.

La cour d’appel de Bordeaux a confirmé le 15 octobre un arrêt qui clarifie en droit français la notion de « linge basque » définie par une Indication géographique (IG) que protège l’Institut national de protection industrielle (INPI) dont le siège est à Courbevoie, près de Paris. Le quotidien Sud Ouest rapportant cette décision nous apprend que seules trois entreprises auront désormais le droit de se présenter comme fabricant du « linge basque » : Tissage Moutet situé à Orthez, Tissages Lartigue d’Oloron et enfin Lartigue 1910, dont les ateliers sont à Bidos (près d’Oloron) et fraîchement installés depuis 2012 à Ascain. Ouf, on a eu chaud, pour un peu, aucun de ces fabricants ne se serait trouvé en Iparralde.
Les arguments des juges bordelais surprennent par leur incohérence (1). Le savoir faire du tissage constitue l’essence du vrai linge basque à l’origine de sa réputation. A croire qu’il est toujours fabriqué sur des métiers à tisser tel qu’on peut les admirer au Musée Basque de Bayonne ou au San Telmo de Donostia. Que la culture du lin ait depuis longtemps disparu du Pays Basque, peu importe, le cadre réglementaire des IG « n’exige pas que les matières premières utilisées pour le confection des produits visés proviennent impérativement de la zone géographique concernée ». L’important pour la cour d’appel de Bordeaux est que, pour qu’il soit basque, ce linge soit fabriqué dans les Pyrénées-Atlantiques, donc en l’espèce hors du Pays Basque, en Béarn. On dit que les Français sont fâchés avec la géographie. Leurs magistrats tout particulièrement ! Et si les fabricants du linge basque faisaient un effort pour s’exprimer en euskara, si l’étiquetage devrait être en basque… cela n’a même pas effleuré les juges bordelais.

Quant aux autres entreprises qui produisent du linge basque hors IG, leurs ateliers sont loin du Zazpiak bat : dans la vallée du Rhône, en Ariège ou au Portugal. Le logique d’attribution du précieux label fonctionne comme le quotidien Sud Ouest : à la page portant la rubrique Pays Basque, on nous parle des stations de ski béarnaises. Ou comme l’IGP Jambon de Bayonne, les cochons élevés dans les départements de Haute-Vienne, d’Aveyron ou de l’Aude, auront le droit de porter l’étiquette Bayonne, quant à ceux qui viennent de Zugarramurdi, qu’ils aillent se faire voir ailleurs. Jakes Abeberry s’étonnait que la grande usine à jambon de l’IGP s’installe dans la Béarn profond, à Arzacq. Il apostropha le maire de Bayonne Jean Grenet qui avait laisser filer loin de sa ville les créations d’emplois : « Ce jambon devrait s’appeler le Jambon d’Arzacq !»

Merci bwana, y’a bon le mot basque à toutes les sauces

La logique pyrénées-atlantiquaine a toujours le dessus. Ils s’en foutent que « ma province proteste », comme le clama notre député Dominique Joseph Garat il y a 232 ans (2). Et l’écrivaine Itxaro Borda d’ajouter dans un livre, que dans bien des domaines, c’est toujours du 100 % basque ! En tordant le coup à la géographie et à l’histoire, merci bwana, y a bon le mot « basque » à toutes les sauces, ça fait vendre coco. …

Le débat est récurrent. Il y a quelques années, il fut question de définir entre la CCI et quelques partenaires le contenu d’un cluster agroalimentaire propre au Pays Basque. Cela donna lieu dans ces colonnes à un échange sans concession entre Michel Berhocoirigoin et un producteur de charcuterie bien connu en Iparralde : pour ce dernier, le qualificatif basque suffisait afin de définir une charcuterie simplement transformée dans nos trois provinces, peu importe l’origine de ses composants. A l’inverse, selon le dirigeant syndicaliste, il fallait que le produit soit fabriqué de A à Z en Iparralde, de la naissance du cochon à sa mise en boîtes ou son affinage. Élémentaire mon cher Watson, et pas la même chanson en termes d’activité économique et d’emplois. Dans le but d’embobiner le consommateur, nous sommes toujours dans la logique de l’écran de fumée, du pseudo label qui ne veut rien dire. Le consommateur, cochon de payant, n’est pas si bête, il se méfie de plus en plus.

Vignoble Rioja, un et indivisible

Sur fond d’enjeux économiques, le scénario est tout autre en Hegoalde. Il y a une dizaine d’années, le gouvernement autonome basque obtint que seuls les 400 producteurs basques de vin Txakoli puissent bénéficier de l’AOC du même nom. Il se heurta aux producteurs de « Chacoli » situés dans les régions de Castilla-Léon, Burgos et Cantabrie, avec en back ground un PP grimpant aux rideaux et la question nationale basque.

Errioxa

Le débat reprend de plus belle en novembre 2021 autour du vin de Rioja dont l’AOC fut créée en 1925, réactualisée en 1991 et qui représente 15.000 viticulteurs. Les producteurs basques de la province d’Araba, soutenus par le gouvernement de Gasteiz, souhaitent ne plus être noyés dans l’immense AOC Rioja, qui s’étend sur la Communauté autonome de Rioja, la province de Burgos, la Commuanauté forale de Navarre et la Communauté autonome basque. Ils veulent obtenir une AOC spécifique Rioja alavaise (Errioxa Arabarra), à coup de recours auprès des tribunaux et sur fond de vote du budget de l’État espagnol. L’organisation interprofessionnelle de vin de Rioja redoute de se faire lâcher par Madrid sous la pression d’un PNV qui monnaye ses voix au socialiste Pedro Sanchez désireux de faire adopter le budget de l’État ou la moindre loi. Le leader du PP Pablo Casado s’empare de l’étendard de l’unicité de l’AOC, contre les prétentions séparatistes d’un PNV qui dans d’autres domaines aussi, « se bildumise ». Au nom de «l’indivisibilité du vignoble et pour en finir avec un révisionnisme absurde sur le plan historique», Pablo Casado parcourt les vignes, objets de sa fureur.

L’affaire se négocie maintenant au ministère espagnol de l’agriculture, elle est loin d’être finie. Vu d’Orthez ou de Courbevoie, le Pays Basque est élastique, extensible à l’infini. Et à Burgos ou Logroño, le Pays Basque n’est bon que dépecé ou associé à la Castille, une vision qui plairait aux créateurs du département des Basses-Pyrénées en 1790. Quant aux indigènes qui rouspètent, ils sont marqués de deux sceaux infamants, l’égoïsme économique et le repliement identitaire. Aujourd’hui l’étiquette basque, être ou se dire basque, ça rapporte de l’oseille, et on nous somme de partager le gâteau. Nous voilà loin de l’apostrophe hier ressassée dans les rues de Bayonne : « T’es con ou t’es basque ? »

(1) Au pays de Descartes, le droit est très tordu. Aussi illogique que de pondre une circulaire qui autorise l’enseignement en immersion mais qui est anticonstitutionnelle
(2) Ikus https://www.enbata.info/articles/opinion/ma-province-proteste/

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

2 réflexions sur « Le linge d’un pays qui n’existe pas »

  1. C’est notre époque où la forme l’emporte sur le fond. Paraître sans être.
    Si nos locaux ne réagissent pas, je vois mal l’avenir des produits « made in euskadi ».
    Un ami agriculteur autochtone me décrivait un stand du salon de l’agriculture à Paname : bérets rouges (déjà la caricature), drapeaux basques couvrant l’étal, jambon basque, chichons basques, etc.. et origine… Tarbes dans les Hautes Pyrénées ! Et le paristar n’y voit rien.
    Vu de Paris ou de Bordeaux c’est la même chose, ils ne connaissent rien des terroirs et de leurs cultures, pour chez nous ce sont les fêtes de Bayonne, point barre, pour le reste circulez…
    Désolant.

    1. Bien d’accord avec vous, sans compter les espadrilles…. A Baiona, Kanbo etc…’ la maison de l’espadrille fait le plein. Jamais ils disent que leurs couvre-pieds étaient fabriqués dans les Landes…et j’en passe

Les commentaires sont fermés.