L’euskara a besoin de l’immersion

PQVNL

Collectif Pour Que Vivent Nos Langues et Euskal Konfederazioa

Depuis sa création à l’automne 2019 face au danger représenté par les réformes, de l’actuel ministre de l’Education nationale, le collectif d’associations de promotion des langues régionales Pour Que Vivent Nos Langues a mené plusieurs actions publiques (rassemblement le 30 novembre 2019 à Paris, renouvelé sur tous les territoires le 10 octobre 2020, et ce jour-là à Bayonne par une chaîne humaine qui a rencontré un grand succès).

En parallèle à ces actions unitaires de nos associations, le travail de l’Assemblée nationale et du Sénat a débouché, pour la première fois depuis 1951 (loi Deixonne), sur l’adoption le 8 avril, à une très large majorité transpartisane, de la loi sur la protection patrimoniale des langues régionales et leur promotion déposée par le député Paul Molac. Ce vote, arraché contre l’opposition farouche du ministre Blanquer, a suscité un immense espoir et des débats publics d’une ampleur et d’une qualité sans précédent.

Or, juste avant la date où elle aurait dû être promulguée, 61 députés ont saisi le conseil constitutionnel contre cette loi. Au moment où nous lançons cet appel, nous ignorons ce que sera le résultat de cette peu glorieuse manoeuvre, à l’origine de laquelle se trouve le même ministre.

Le collectif PQVNL organise une journée d’action le 29 mai, qui se démultipliera en nombreux rassemblements à travers la France, afin de dénoncer les attaques que subit l’enseignement des langues régionales, mais aussi pour manifester la diversité, la vitalité, et la présence évidente de ces langues dans les territoires.

Au Pays basque aussi nous nous rassemblerons, car l’enseignement de l’euskara se heurte à de nombreux obstacles, dans les différentes filières, dans le primaire comme dans le secondaire.

Plusieurs rendez-vous sont organisés dans les jours qui viennent, où parents et élèves manifesteront leur désaccord : 

  • Cette année encore, il est interdit de composer en langue basque aux examens. Au Brevet lors des épreuves de sciences, par décision du gouvernement. Pour cette raison, dans les 4 collèges de Seaska, des chaînes humaines sont organisées demain mercredi 19 mai à 12h15 à Baiona, Kanbo, Larzabale et Ziburu.
  • Au Bac également, les élèves ne pourront pas passer l’examen de Philo en euskara ni le grand oral. Afin de dénoncer cette discrimination un rendez-vous est prévu devant la Sous- Préfecture de Bayonne le vendredi 21 à 10 heures avec l’initiative « Jo Pilota ! ». 
  • Dans l’enseignement bilingue public, l’Education nationale fait obstacle au développement des enseignements en basque : pour la rentrée prochaine, l’inspecteur d’académie à Pau refuse l’ouverture de tels enseignements de sport à Endarra (Anglet) et de physique à la Citadelle (St Jean Pied de Port). Ainsi, un rassemblement est organisé au rond-point du Jai-alai à Garazi le 26 mai à 12 heures, avec les parents, élèves et enseignants. 
  • Les classes maternelles en immersion se multiplient dans les écoles bilingues depuis quelques années. A la rentrée prochaine, les écoles d’Ayherre (école privée), Idaux- Mendy, Larrau, Arrossa-Ossès (écoles publiques) souhaitent l’ouverture de maternelles en immersion. De même, des écoles qui pratiquent déjà l’immersion souhaitent l’étendre à la 3e année de maternelle. Le gouvernement a bien montré son opposition au principe de l’immersion, et nous savons qu’il faudra se battre pour obtenir des avancées. Dans le cadre de la journée d’action organisée par le collectif PQVNL le 29 mai, un grand rassemblement est organisé à Bayonne ce jour-là à 16 heures, sous le thème « Euskarak murgiltzea behar du / L’euskara a besoin de l’immersion ».

Le vote de la loi du 8 avril a montré qu’il existait une véritable volonté de transmettre et de sauvegarder nos langues. Nous aussi devons faire entendre que nous voulons scolariser nos enfants en basque, dans un système d’enseignement complet et cohérent, avec des pédagogies et des moyens à la hauteur de ces enjeux.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

Une réflexion sur « L’euskara a besoin de l’immersion »

  1. premier rendez-vous 29 Mai 2021
    Il s’agit de protester
    deuxième rendez-vous 20 et 27 Juin 2021
    troisième rendez-vous Mai 2022
    Il s’agit de sanctionner, d’éliminer qui ne convient pas ! Il y en a marre de pleurnicher « tous pourris, tous pareils ». Il faut se réveiller et renouveler nos représentantes et représentants; mettre du sang nouveau dans notre république riche de plusieurs langues.

Les commentaires sont fermés.