Ma banque, la changer ou en changer

PrintFriendly and PDF

Illustration1-StophAlphaCoalLes Amis de la Terre viennent de publier le guide éco-citoyen Climat : comment choisir ma banque ? et dressent un classement des banques françaises selon les impacts de leurs activités. Le diagnostic est sévère pour ces banques : leurs soutiens à l’énergie fossile la plus émettrice de CO2 ont triplé entre 2005 et 2013, contredisant leurs engagements à lutter contre le changement climatique et l’impératif de réduction des investissements dans les énergies fossiles. En 2014 Bizi! en lien avec Les Amis de la Terre et Attac, a mené une mobilisation non-violente, déterminée et victorieuse pour le retrait de la Société Générale du projet climaticide Alpha Coal. On peut donc changer la banque. D’autre part, il existe au Pays Basque, de nombreuses alternatives et initiatives dans la finance responsable (Herrikoa, Clefe, Cleje, I-Ener, Lurzaindia). On peut aussi changer de banque.

La modification profonde et durable de notre planète, et en particulier du climat, du fait de l’activité humaine amène de nombreux scientifiques à considérer que nous sommes entrés dans une nouvelle ère géologique, qualifiées d’anthropocène. L’ère où l’influence de l’humain sur le système terrestre est devenue prédominante. Les sociétés humaines, dont l’histoire courte se trouve aujourd’hui inextricablement liée à l’histoire longue de la planète Terre, font alors face à des difficultés et des défis considérables : c’est leur pérennité même qui est aujourd’hui menacée par un modèle de développement insoutenable.

Où va mon argent ?

Quand vous déposez votre argent à la banque, il est entreposé avec l’argent de tous les autres clients. Les banques utilisent cet argent en le réinjectant dans l’économie pour faire des prêts, financer les activités des entreprises et des particuliers, etc. Elles sélectionnent les projets et entreprises qu’elles soutiennent, en fonction de leurs objectifs de rentabilité et à la hauteur de leurs obligations de sécurité. En effet, les banques ne peuvent pas prêter la totalité de leurs ressources : des conditions de réserve les obligent à détenir un niveau de fonds propres minimum par sécurité. Ces conditions varient de 3 à 10 % du montant total des dépôts suivant le pays.

Comment fonctionnent les banques ?

Les banques fonctionnent comme n’importe quelle entreprise excepté qu’elles fournissent à leurs clients non pas des biens matériels mais de l’argent, sous forme de prêts, de services financiers, etc. Outre leurs activités de banque de détail que chacun connaît, les principaux établissements bancaires exercent aussi des activités de banques de financement et d’investissement en direction des grandes entreprises et des gros investisseurs, ainsi que de la gestion d’actifs.

Illustration1-UneChangerlaoudebanqueQue font les banques de notre argent ?

Les banques utilisent leurs ressources financières, essentiellement constituées des dépôts de leurs clients et de leurs actionnaires, pour financer l’économie locale, les multinationales, les Etats et les autres banques ainsi que pour spéculer sur les marchés dérivés. Avoir un compte est indispensable pour recevoir les prestations sociales (allocations familiales, RSA, sécurité sociale, etc.) et 99 % des habitants de l’Hexagone en ont un.

Investissements à hauts risques climatiques et sociaux

Présentes aux quatre coins du globe de par leurs activités de financement et d’investissement, les banques françaises sont impliquées dans de nombreux projets controversés ayant un très lourd impact sur le climat. Energies fossiles, nucléaire et grands barrages, les banques françaises soutiennent à l’étranger de nombreux projets énergétiques qu’elles ne pourraient appuyer en France en raison des risques légaux ou de réputation. Car à l’étranger, en particulier dans les pays moins développés, la législation environnementale est plus faible qu’en France ou dans l’Union européenne. Les normes internationales – qui devraient être appliquées lorsqu’elles sont plus exigeantes que les lois locales – sont quant à elles très lacunaires et peu contraignantes, notamment en matière climatique.

Votre banque est-elle climaticide ?

Les Amis de la Terre appellent les clients des grandes banques françaises notamment de la BNP Paribas, de la Société Générale, du Crédit agricole, à interpeller leur banque sur ses soutiens aux énergies fossiles, et à se joindre à la mobilisation lancée via le site www.financeresponsable.org. En 2014, Bizi ! a participé à la campagne Stop Alpha Coal pour arrêter ce projet désastreux d’extraction et d’exportation d’Australie de charbon qui émettrait en 30 ans environ 1,8 milliards de tonnes de CO2 un des gaz à effet de serre responsable du dérèglement climatique en voie d’accélération dramatique. La campagne victorieuse contre ce projet de la Société Générale, menée de concert avec les Amis de la Terre et Attac a donné un coup d’arrêt à un projet qui ouvrirait en outre la voie à d’autres projets similaires dans le même bassin, et constituerait ainsi le détonateur d’une des principales bombes climatiques de la planète. Si votre banque ne change pas ses pratiques, des alternatives aux banques climaticides existent. Parmi elles, changer de banque pour une banque éthique !

Changer de banque, c’est facile !

Il est totalement gratuit de fermer un compte courant ou un livret réglementé et les banques françaises proposent un service d’aide à la mobilité bancaire à tous leurs nouveaux clients. Les Amis de la Terre ont rassemblé ci-dessous les démarches à suivre pour fermer votre compte et en ouvrir un autre ailleurs :
Commencez par ouvrir un compte dans la banque que vous avez choisie.
Transférer sur votre nouveau compte tous les mouvements automatiques : prélèvements et ordres de virements permanents.
Restituez vos chéquiers et carte bleue à la banque que vous quittez.
Assurez-vous que tous les chèques que vous avez émis au cours des derniers mois ont été débités du compte que vous voulez fermer.
Demandez la clôture de l’ancien compte par lettre en indiquant les raisons qui ont motivé votre décision et envoyez-en une copie par mail aux Amis de la Terre ou à Bizi! qui la transmettront à la direction de votre ancienne banque.

Illustration2-Votrebanqueestelleclimaticide

Herrikoa, un élan collectif en faveur de l’emploi
Herrikoa est un outil financier de capitalinvestissement solidaire de proximité, indépendant des réseaux bancaires et dont l’action s’inscrit dans une mission d’intérêt général. Ses missions consistent à mobiliser l’épargne populaire de proximité et à apporter cette épargne dans les fonds propres des petites et moyennes entreprises implantées en Pays Basque. Herrikoa aide ainsi à la création, à la transmission et à la consolidation et au développement d’entreprises, tout en favorisant la création et la sauvegarde d’emplois pérennes en Pays Basque. Solidarité et efficacité, un élan collectif en faveur de l’emploi. http://herrikoa.com

Le CLEFE ou le Club Local d’Epargne pour les Femmes qui Entreprennent
Le CLEFE est un club d’épargne qui rassemble de 5 à 15 personnes environ (femmes ou hommes). Chaque membre du CLEFE épargne pendant 12 mois au moins, une somme qui va de 15 à 50 euros par mois. Les membres du CLEFE se réunissent plusieurs fois pendant l’année, choisissent parmi eux une gérante ou un gérant et cherchent à prendre contact avec des porteuses de projet d’entreprise. Au bout d’un an, ou parfois plus, si les membres en décident ainsi, l’argent est prêté à une créatrice d’entreprise sans exigence d’apport personnel ou de caution : il sert à financer des besoins en fonds de roulement ou des besoins de trésorerie et peut jouer ainsi un effet de levier auprès des institutions financières classiques. Les membres du CLEFE choisissent ensemble la personne à qui ils vont prêter leur épargne, en fonction de critères variés: cohérence et faisabilité du projet, proximité, intérêt pour le développement local, désir de promouvoir tel ou tel type d’activité intéressante sur le plan social ou écologique, désir d’aider une personne en grande difficulté… www.hemenherrikoa.org/financements-deproximite

CLEJ ou des fonds d’épargne solidaire mis à disposition de jeunes créateurs d’activité
Un CLEJ est une association loi 1901 composée d’épargnants qui ont décidé de soutenir les jeunes porteurs de projets économiques. Pendant un an, chaque adhérent/cotisant verse 5€/mois. Il récupère cette somme sans intérêt après 3 à 5 ans. L’argent récolté est prêté à taux 0 à de jeunes entrepreneurs (18-35 ans) qui ont décidé de créer ou de développer une activité sur le territoire. Après quelques mois d’activité, les entrepreneurs remboursent au CLEJ les sommes prêtées. Une fois tous les prêts remboursés, les cotisants retrouvent leur épargne. Tout comme le CLEFE, le CLEJ a un rôle conseil et représente un complément aux autres dispositifs existants. Voir Azia (Soule) et Euskaldun Gazteria (Basse-Navarre).

I-ENER ou l’Energie citoyenne et solidaire
Créée en octobre 2014, la SAS I-ENER est une société de production d’énergie citoyenne qui vise l’appropriation citoyenne de l’énergie en Pays Basque par le développement des énergies renouvelables. I-ENER offre dès aujourd’hui la possibilité aux habitants de se regrouper et de mutualiser leurs ressources économiques dans le but de financer des projets locaux d’énergies renouvelables. http://i-ener.eus

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video