Navarre une et unie

PrintFriendly and PDF
Antton Curutcharry
Antton Curutcharry
D'autres articles
Uxue Barkos, Joseba Asiron et Jean-Michel Coscarrat à Baigorri lors de Nafarroaren Eguna 2016.

Uxue Barkos, Joseba Asiron et Jean-Michel Coscarrat à Baigorri lors de Nafarroaren Eguna 2016.

Le 24 avril, avait lieu dans les rues de Baigorri, Nafarraoren Eguna, comme chaque dernier dimanche du mois depuis 38 ans. Le programme de cette journée, préparé par Basaizea, avait pour objectif de célébrer la Navarre dans toutes ses dimensions : culturelle, historique, politique et par-dessus tout, sans-frontière. La présence, pour la première fois de l’Histoire de Nafarroaren Eguna, de la présidente du gouvernement foral de Navarre, Uxue Barkos, et du maire de la capitale Iruña, Joseba Asiron, donnait un relief particulier à la cérémonie.

Cette année, le thème de Nafarroaren Eguna, un brin provocateur, était “Separatismorik ez ! Nafarroa bat, eta bakarra !” (“Pas de séparatisme, la Navarre une, et unie !”). Basaizea souhaitait, par ce message fort, rappeler que c’est bien du fait d’une conquête militaire brutale que les actuelles Basse et Haute Navarre furent séparées puis incorporées dans deux États distincts… qui donc sont les séparatistes, interrogeaient-ils !

Quelques semaines avant, une table ronde entre élus navarrais était organisée. Le sujet : une Navarre unie est-elle envisageable ? Daniel Olçomendy, maire d’Izura expliquait que la coopération entre les deux Navarres prenait de plus en plus un tour institutionnel, du fait des projets portés ensemble à travers les programmes européens (comme le fait sa commune avec Iruña). Beñat Arrabit, président de la Communauté de Communes de Baigorri-Garazi ajoutait que le temps était venu de renforcer ce travail en commun. Son parti, EAJ-PNB a d’ailleurs engagé un rapprochement entre ses instances navarraises des deux côtés des Pyrénées. Quant à la conseillère régionale Alice Leiciagueçahar, elle soulignait le joli clin d’oeil que peut être la création d’une école transfrontalière comme celle qui regroupe les enfants d’Arnegi et de Luzaide. Elle ajoutait qu’un travail commun sur l’agriculture dont elle a la charge sur le plan régional, était fortement souhaité. Les représentants navarrais étaient sur la même longueur d’ondes.

Soutien officiel

Les élus présents ce soir-là se retrouvaient le dimanche 24, dans la salle municipale de Baigorri ornée de drapeaux navarrais (sans chaînes !). Le maire, Jean-Michel Coscarat, avait décidé que cette année, un soutien officiel devait être apporté à Basaizea. Il avait pour cela invité à Baigorri les élus de toutes les Navarres, de Bidache à Tudela ! Les représentants des vallées de Baztan, Erro et Esteribar, mais aussi les maires des capitales provinciales de Navarre : Iruña, Lizarra, le conseil de Tafalla, des députés du parlement navarrais, côtoyaient des élus  d’Amikuze, d’Arberu, d’Oztibarre, d’Ortzaize, de Garazi, de Baigorri, des conseillers départementaux et régionaux et le président d’Udalbiltza. Une centaine d’élus pour célébrer la  fraternité navarraise. La présence, pour la première fois de l’Histoire de Nafarroaren Eguna, de la présidente du gouvernement foral de Navarre, Uxue Barkos, et du maire de la capitale  Iruña, Joseba Asiron, donnait un relief particulier à la cérémonie. Quel symbole puissant, quel chemin parcouru par les deux Navarres, il y a peu encore, si conservatrices ! Les forces du changement célébraient ensemble, au coeur de la fête populaire, et en basque, l’envie partagée de voir renaître la Navarre unie ! Le traditionnel aurresku cédait la place à “Euskaldunak-Sorginak”, danse navarraise donnée des deux côtés des Pyrénées, Erramun Marticorena chantait quelques vers d’Émile Larre, puis vinrent les discours de Coscarat, Asiron et Barkos.
Référence au passé, au présent et à l’avenir partagé, au besoin de se retrouver et de réfléchir à un futur commun, tous parlèrent d’une même voix. Ces mots, très applaudis, raisonnaient sur le fronton de l’église ou, peu de temps après, les gaita donnaient Larrain dantza… Nafarroaren Eguna 2016, est, sans nul doute, à inscrire dans les annales ! Biba Basaizea, atxik Baigorri eta Gora Nafarroa !

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video