BéatricePeyrucq

Au Hameau du Plantoun à BAYONNE, le laboratoire expérimenté in-situ du «mal-logement» !

Béatrice Peyrucq - Le mal-logement est un néologisme couramment employé pour définir soit la situation d'insalubrité ou de précarité de personnes dans le logement qu'elles occupent soit la situation de personnes qui aspirent à un logement.
Pendant les fêtes de Bayonne, à partir de 17 h, le samedi 27 juillet 2013, les squatteurs du Hameau de Plantoun nous accueilleront dans leur nouvelle maison pour parler de la situation du «mal-logement» et nous inviteront à rejoindre ou soutenir leurs luttes pour le droit au logement pour tous et toutes.

IbaiAgirrebarrena

Belaunaldi berriaren ardura

Ibai Agirrebarrena - Euskal Herria aberri zaharra dugu, batetik Euskara eta Euskal kulturan oinarritutako nazioa izango litzateke eta bestetik gure geroa elkarrekin eraiki edo erabakitzeko komunitate politikoa. Elkar elikatzen diren bi elementuez osaturik dugu Euskal Herria.
Gazteok osatzen dugun belaunaldi berriaren eginkizuna da urteetako zauriak (Ezkertiar eta Abertzaleen arteko zatiketak) ixtea, gure arteko saminak desagerraraztea eta horien ordez gure helburuekiko pausu sendoak emateko anbizioa eta gogoa piztea.
Ramuntxo-Garbisu1

Euskal Herria ne se construira par sur des aveuglements et des écrans noirs

Ramuntxo Garbisu - Ouvert depuis 2007, le portail francophone d'EITB a su restituer l’actualité permanente des grands dossiers liés à l'urgence environnementale et sociale, des enjeux culturels, de la défense de la politique linguistique basque et de la vie politique générale d'Iparralde.
Les déjà plus de 400 signataires de la pétition, demandent au groupe EITB de réfléchir aux conséquences de cette rupture de lien que le Sud et le Nord d’Euskal Herria souhaitent conserver au moment où le EITB a effectué des efforts financiers conséquents pour la TNT.
FabricFlipo

Nucléaire ou effet de serre, «Ni l’un, ni l’autre mon général !»

Tribune Libre - Fabrice Flipo - Le nucléaire a, dans notre pays, un effet de sidération extraordinaire. Nombre de nos concitoyens estiment en effet que sans nucléaire, on risque de revenir à la bougie. Discutez avec un passant : très vite, il vous demandera comment on continuera de soigner le cancer, sans le nucléaire.
Et pourtant il existe des pays où l’on dispose de toutes les commodités modernes, sans nucléaire ! Citons l’Autriche, par exemple. Tout se passe comme si, en France, on oubliait systématiquement 80% du problème ! Du coup, entre irradiés ou surchauffés, on nous somme de choisir. Un tel choix est absolument dénué de fondement, il faut le dire et le répéter.
  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video