Rebondir

"A gauche, le président du Conseil général, Georges Labazée, ayant moqué notre manifestation du 1er juin, “2% de la population”" accompagné de Yolanda Barcina Présidente de la Communauté Forale de Navarre
A gauche, « le président du Conseil général, Georges Labazée, ayant moqué notre manifestation du 1er juin, “2% de la population” » accompagné de Yolanda Barcina Présidente de la Communauté Forale de Navarre

Il ne faut pas céder au blues de l’après manifestation en demi-teinte du 1er juin. Encore moins à l’épisode parlementaire cacophonique qui a suivi le dépôt au Sénat, avec l’amendement Espagnac pour la création d’un Pôle d’aménagement et de coopération Pays Basque et celui, purement formel, de Colette Capdevielle à l’Assemblée nationale sur une collectivité territoriale. N’entrons pas dans la chicailla juridique sur l’inconstitutionnalité de l’amendement Espagnac, mais relevons l’aspect positif de cette phase parlementaire: nos élues socialistes oeuvrent à contre-courant de leur formation politique en faveur d’une reconnaissance du Pays Basque qu’elles appréhendent dans la totalité du territoire d’Iparralde. Sans minimiser l’impact de ces interventions parlementaires, elles restent cependant anecdotiques dans l’élaboration d’une loi qui, contrairement à l’annonce présidentielle, ne décentralise rien mais ne fait qu’aménager le territoire en ajoutant le concept de métropole au mille-feuilles tant décrié. Plus positif encore, la fidélité publiquement réaffirmée par nos parlementaires socialistes à la formule institutionnelle spécifique conçue par les Conseils de développement et des élus.

Chacun est désormais bien convaincu de la valeur inestimable du large consensus portant notre projet équilibré et de la nécessité de continuer, sans dévier du chemin, à le promouvoir. Car c’est le fruit de décennies d’une lente prise de conscience collective parvenue, avec le soutien d’experts en droit public, à la co-signature de 105 maires –sur 158—, de tous nos parlementaires, de la majorité des présidents de nos intercommunalités, de nos conseillers généraux et régionaux et des acteurs économiques, sociaux et culturels de la société civile. Ce capital précieux nécessite aujourd’hui une adaptation urgente à la nouvelle donne par-dessus les turbulences récentes.

En premier lieu, fixer un objectif crédible, à notre portée, afin de remobiliser une opinion publique prise de doute. Il sera difficile d’être pris au sérieux par le gouvernement et le parlement si dans notre propre département des Pyrénées-Atlantiques nous ne parvenons pas à un modus vivendi avec les Béarnais afin d’obtenir une séparation à l’amiable, les convaincre de leur propre intérêt à entrer dans cette démarche. Déjà des élus Béarnais, deux parlementaires entre autres, y sont favorables.
Mettre en porte-à-faux l’hostilité du président du Conseil général, Georges Labazée, moquant notre manifestation du 1er juin, “2% de la population”, en recourant au test éminemment démocratique du suffrage universel. Fixons-nous un délai de deux ans pour dialoguer avec lui et les Béarnais hostiles. Comme en Alsace, une institution locale, telle un Conseil général, peut organiser un référendum, un scrutin officiel dans les mairies sur le thème de nos avenirs institutionnels réciproques. Nos conseillers généraux basques sont à même de porter cette revendication référendaire. Dans deux ans, il y a leur renouvellement selon la nouvelle loi paritaire. Cette échéance est proche et le référendum peut être une proposition majeure de la campagne électorale . Organisons-nous en conséquence. Certes le résultat de ce référendum n’aura pas force de loi, mais le pouvoir central, quel qu’il soit, ne pourra pas faire comme s’il n’existait pas.

Les dernières semaines, on le voit, sont loin d’être négatives. Tout en révélant la puissance du camp jacobin, malgré le capital de notre consensus basque, elles nous ont appris à mieux cerner les voies de passage pour inscrire notre projet dans la loi. D’abord, malgré nos impatiences, savoir gérer le temps car nous découvrons que l’acte III, dit de la décentralisation, n’en est qu’au premier de ses trois volets. Celui sur les territoires ne viendra à l’ordre du jour qu’après les municipales. La possibilité d’y inscrire le territoire Pays Basque sera encore dans le tempo. Dotons-nous d’ici là de tous nos nouveaux atouts.

On l’espérait fort, c’est arrivé : la LGV ne passera pas en Iparralde ! La commission Mobilité 21 habilitée par le pouvoir central à hiérarchiser les projets d’infrastructures lourdes, déclare que le tronçon Bordeaux-Hendaye n’est pas une priorité. Certes, il faut que le gouvernement face sien cet avis. Ce revirement est un camouflet aux “sachants” qui nous annonçaient inéluctable cette ligne, ainsi qu’à nos collectivités locales —Communauté d’agglomération Acba et Conseil général des PA— qui ont commencé à la financer. La crise économique est passée par là, tout comme la décision récente de supprimer le raccordement de l’Y basque à la frontière. Mais surtout, saluons la détermination, l’intelligence et la force d’entraînement des militants anti-LGV dont les figures de proue sont devenues de véritables techniciens redoutés des ingénieurs RFF-SNCF.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

Une réflexion sur « Rebondir »

  1. le grand Pau existe comme syndicat mixte, il tend a se rapprocher de Tarbes et Lourdes signifiant ainsi la fin du département . Reste la structure administrative etatique Dass, police ministère de l’agriculture . Mais ca bouge projet de suppression du RSA, dotation du ministére de l’agriculture en recul agenda 21 incluant l’agriculture paysanne. la conférence territoriale prévu par la loi sera un nouveau lieu pour exprimer notre besoin d’autonomie

Les commentaires sont fermés.