Un choix, un droit

Unchoixundroit
Manifestation anti-IVG : entre 16 000 et 40 000 personnes défilent à Paris le 19 janvier 2014.

L’adoption d’un projet de loi anti-avortement par le gouvernement de Mariano Rajoy a sonné comme un terrible rappel de ce que les droits des femmes ne sont jamais acquis. A nouveau resurgit un passé peu glorieux où l’interruption de grossesse est soumise à un réel danger pour la vie de la mère, ou consécutive à un viol qu’il faudra prouver.

Les milieux conservateurs catholiques ne sont pas satisfaits parce qu’à leurs yeux, la future loi ne va pas assez loin, l’invocation possible de troubles psychologiques attestés par deux médecins, pourrait permettre encore des avortements légaux. Les quotidiens ABC et La Razon tout en y voyant des avancées positives, dénoncent un dispositif insuffisamment répressif. Les manifestations se multiplient dans l’état espagnol, et à nouveau les femmes vont descendre par milliers dans les rues pour défendre le droit à une maternité choisie.

Du « droit à la vie » au droit à une avortement clandestin

La Conférence épiscopale espagnole vient donc de marquer un point pour, disent les évêques, le droit à la vie. Ce “droit à la vie” sera en fait le droit à un avortement clandestin, comme il y a trente ans, quand on estimait à 100 000 par an, les interruptions de grossesse illicites. Pour d’autres femmes, plus fortunées le voyage vers la France ou l’Angleterre était la solution. A nouveau, le cycle de la débrouillardise, de l’angoisse, du risque va reprendre ses droits. L’objectif du “droit à la vie”, ne sera pas donc atteint, car de toute façon quand une femme ne veut pas d’enfant, elle met un terme à la grossesse quitte à mettre sa vie en danger. Et cela depuis des temps immémoriaux. La seule satisfaction de la Conférence épiscopale réside peut-être là au fond. Ces pécheresses après tout paieront le juste prix de l’acte qu’elles commettent, c’est une forme de morale qui a toujours séduit le monde catholique.

D’autres atteintes irréversibles au « droit à la vie »

Si l’Eglise savait se montrer irréprochable en matière de mœurs, on pourrait un tant soit peu comprendre sa position au sujet de l’avortement, mais l’Eglise a l’outrage à la pudeur très sélectif. Ces mêmes évêques ont couvert les pires dérives du clergé faisant preuve d’une mansuétude horriblement coupable pour les violeurs de petits enfants. Implacable quand il s’agit des femmes, la morale catholique est à géométrie variable quand il s’agit de poursuivre et de condamner des actes autrement plus graves qui constituent pourtant des atteintes irréversibles au “droit à la vie”. Car que devient-on après un viol perpétré par une personne adulte qui a autorité ? Ce sont des plaies qui ne se referment jamais, qui hantent la vie d’adulte, qui compromettent l’équilibre psychique, qui détériorent le rapport à l’autre… Et, dans combien de cas cela s’est-il achevé par un suicide ? D’autant que les rares qui ont tenté de le dénoncer se sont à chaque fois heurtés à ce mur de la honte, celui du silence de l’église bien-pensante ! Et là, on ne les entend pas les monsignori, les papes François, ou si peu… certes nous avons droit à de petites repentances sous la pression de l’opinion publique, mais juste du bout de la crosse, comme pour mettre un terme à un scandale des plus infâmes.

Choix de ne pas avoir recours à l’avortement

Un embryon de quelques semaines est à leurs yeux, un être humain à part entière et il doit donc bénéficier d’une protection absolue. Mais un gamin ou une gamine, bien réel et bien vivant n’a lui ou elle qu’un intérêt très relatif puisque l’on peut jouer avec sa vie, sans que cela n’entraîne de réaction de la part des mêmes. Dans cette Espagne des congrégations qui se lève actuellement pour priver les femmes du droit à disposer de leurs corps, combien ont fermé les yeux ou pire participé à ces pratiques lamentables ? Leurs petites victimes n’avaient aucun choix, quand les femmes catholiques ont celui de ne pas avoir recours à l’avortement si elles veulent être en phase avec la doctrine de leur église. Car il s’agit d’imposer ce qui relève d’une religion, à tout un pays, au nom d’une vision spirituelle qui ne concerne que ceux ou celles qui le veulent bien.

C’est la place des femmes qui est en cause

On croyait ce passé révolu, on imaginait naïvement que le fait religieux s’arrêtait à la porte des établissements de toutes les confessions, mais non, une fois encore leurs croyances envahissent nos espaces de liberté ! Les religions monothéistes ne s’organisent que pour ériger les droits des hommes de manière absolue et il n’est pas neutre que leur plus grande bataille soit celle de la procréation. Le droit de choisir le moment d’être mère donne aux femmes un pouvoir qui est insupportable à ces hommes en robes, un pouvoir qui conteste le système patriarcal qu’ils ont cultivé pendant des siècles. C’est donc la place des femmes qui est en cause, femmes qu’il convient de maintenir subalternes, et asservies… Il en va de l’ordre social, et de la prééminence masculine nécessaire selon eux à toute société humaine et dont leurs cercles entièrement masculinisés sont de tristes reflets !

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).