Kanbo, stopper l’urbanisation galopante

PrintFriendly and PDF

Nahi dugun HerriaArgitxu Hiriart-Urruty, infirmière, mènera la liste abertzale Nahi dugun herria de Kanbo. Elle répond aux questions d’Enbata. 

C’est la première fois qu’une liste animée par les abertzale se présente aux municipales de Kanbo, comment cette démarche s’est-elle construite ?
Il s’est développé ces dernières années à Kanbo une réelle dynamique abertzale et il est donc naturel de nous engager dans ces élections municipales et communautaires en proposant un projet qui s’appuie sur une autre vision de l’avenir et de notre village
Par ailleurs, il n’est pas du tout normal qu’une ville de 6.500 habitants soit dirigée sans discontinuer et sans opposition par une seule mouvance de droite. Aux dernières élections municipales de 2008 la liste de Vincent Bru était la seule à se présenter et elle avait obtenu les voix de 53% des inscrits (près de la moitié des kanboar n’avaient pas voté pour lui).
Nous pensons légitimement que d’autres idées et projets, notamment abertzale et de gauche, ont largement leur place pour participer à la vie de notre commune et doivent donc être proposés à la population qui avait largement voté à gauche en 2012.
La démocratie sera également gagnante, harri batez bi xori, puisque les kanboar auront le choix entre plusieurs listes et que, quelle que soit l’issue du scrutin, une opposition sera enfin présente au conseil municipal. Et d’autre part nous n’oublions pas l’échec du tandem Alliot-Marie-Bru lors des dernières législatives de 2012.

Au-delà du socle commun défini par Bil Gaiten, quels sont les principaux axes programmatiques de votre liste ?
En tant qu’abertzale de gauche nous défendons l’officialisation de la langue basque, l’avancée du processus de paix en cours et le retour des preso à domicile.
Nous nous inscrivons dans la revendication d’une institution spécifique du Pays Basque Nord.
Notre liste pour Kanbo veut donner la priorité au lien social et la qualité de vie; cela passe par la mise en place d’une démocratie participative avec une transparence totale des dossiers. Nous voulons également associer les jeunes à la vie de la commune en créant des comités ou un conseil municipal des jeunes.
La gestion du foncier est également essentielle; notre projet est de stopper l’urbanisation galopante qui transforme notre commune en ville dortoir et favorise la surenchère du prix du logement.
Notre liste sera très vigilante sur le maintien de l’activité économique.
Nous voulons développer les infrastructures culturelles et en particulier ré-ancrer Kanbo dans le patrimoine basque.
Pour le volet social, après une étude actualisée de la situation existante, l’action communale ira au plus près des besoins de la population . Et bien sûr nous nous inscrivons dans une démarche de transition écologique à tous les niveaux.

Pensez-vous valoriser l’intercommunalité et quel rôle Kanbo peut-il y jouer ?
De par leurs compétences les intercommunalités ont de plus en plus de pouvoir et il est primordial que la voix et les idées des abertzale de gauche s’y fassent entendre. Nous porterons notre projet sur les sujets relatifs à la vie économique, l’euskara, l’environnement, la culture et le logement à la communauté de communes Errobi qui en a les compétences et bien sûr, nous espérons la constitution d’un groupe fort entre élus abertzale intercommunaux.

Un commentaire

  1. Publié le 25/02/2014 à 15:22 | Permalien

    Kanbo edo Kambo?

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video