La farce en Marche au Pays basque

PrintFriendly and PDF
Jean-Sébastien Mora
Jean-Sébastien Mora
D'autres articles

DBfFxd1V0AA8L_1.jpg large

Le parti d’Emmanuel Macron arrive largement en tête à l’issue du scrutin de dimanche, et ce en dépit du fait que deux de ses candidats, Florence Lasserre-David et Vincent Bru, sont des transfuges du MoDem, des professionnels de la politique, voire même des cumulards notoires. Profondément décourageant.

« On en venait à rire, on ne disait plus quel crime ! mais quelle farce » se souvient Victor Hugo, lors du coup d’État du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte. La farce, ce genre grotesque de théâtre, a pris en 2017 une forme politique inédite avec le marketing, les sondages, le battage médiatique et l’absence de contenu programmatique du camp Macron. Or si le ridicule ne tue pas les personnes, il peut terrasser les institutions. Localement la négation la plus flagrante du politique restera le résultat de Florence Lasserre-David, qui arrive largement en tête de ce premier tour avec 37,11% des suffrages exprimés sur la 5ème circonscription. Loin derrière elle, la socialiste et députée sortante Colette Capdevielle atteint 13,24%, se qualifiant de justesse pour le second tour.

Le premier acte de la farce réside dans le fait que l’entrée de la « société civile » dans les institutions était la carte de visite des candidats d’En marche ! Or Florence Lasserre, salariée chez EDF, est une cumularde notoire en politique, à la fois Conseillère permanente à l’EPCI Pays basque, Adjointe à la ville d’Anglet et Conseillère départemental pour le canton Bayonne-1. A ce titre, Florence Lasserre est aussi administratrice du SDIS, Syndicat Départemental d’Incendie et de Secours (CASDIS) ou encore administratrice de la MVC Polo Beyris… (En effet, la plupart des élus ont des places dans des structures semi-publiques, sans que cette information ne soit communiquée ou facilement accessible, notamment le montant des indemnités associées). Et pour ceux qui douteraient encore sur le fait que Florence Lasserre-David est plutôt une professionnelle de la politique : elle fut autrefois la présidente départementale des jeunes UDF et l’assistante parlementaire de son père. Oui, parce que Florence Lasserre-David est surtout la fille de Jean-Jacques Lasserre, figure politique incontournable, « copain comme cochon avec Bayrou » selon le Canard enchaîné et autre figure locale du cumul, à la fois Sénateur et président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques.

Ainsi, il y a dans ce résultat des législatives quelque chose d’amère et de profondément injuste : alors que la gauche abertzale occupe le terrain, fait de la méta-politique et porte de nombreuses initiatives de transformation progressiste de la société (GFA, Eusko, EHZ, ELB, EHLG, Bizi !, aide aux réfugiés … ), la candidate d’EH-Bai, Laurence Hardouin n’obtient que 5,66% des voix dans la 5ème circonscription. Bien sûr on peut aussi reprocher à la députée sortante Colette Capdevielle sa fidélité au gouvernement Hollande, notamment le fait qu’elle n’ait pas rejoint les frondeurs. Pour autant, Capdevielle qui n’a qu’un seul réel mandat, a montré qu’elle était capable localement d’adopter des innovations comme la remise de sa réserve parlementaire par des jurys citoyens. Mais surtout, elle est une des députée les plus assidues et les plus actives du parlement, ayant signé une série de lois pour lequel le caractère de gauche et progressiste est indéniable : lutte contre l’accaparement des terres agricoles, réforme de la prescription de la délinquance économique et financière, reconnaissance du syndrome d’épuisement en tant que maladie professionnelle, renforcement de la liberté, de l’indépendance et du pluralisme des médias…

On ne peut pas en dire autant de Florence Lasserre-David, dont le manque d’assiduité est régulièrement pointé par ses opposants, voire même ses collaborateurs : elle était absente encore récemment lors du vote du premier budget de l’EPCI.

Les faux « nouveaux » candidats

Le deuxième acte de la farce d’En Marche ! au Pays basque, c’est le transfuge MoDem et le manque de cohérence dans la trajectoire de ses candidats. Mars 2017, avant d’être investie par En Marche ! Florence Lasserre-David s’est affichée aux cotés de François Fillon lors de son meeting de Biarritz. Et c’est avec l’étiquette MoDem, et non En Marche !, qu’elle a officiellement déposé sa candidature aux législatives , même si la mention au Parti de François Bayrou n’apparaît pas sur son affiche de campagne. Allez comprendre ? Le secrétaire général de la République En Marche!, Richard Ferrand, a démenti, le 13 mai, tout accord d’appareil avec le MoDem pour les législatives. Or dans les faits c’est un secret de Polichinelle : Florence Lasserre-David a été placée par François Bayrou, tout comme dans la 6e circonscription Vincent Bru,Conseiller départemental et maire de Cambo, arrivé en tête lui aussi avec 38,94 % des voix. A l’image de Lasserre-David, le parcours de Bru transpire les calculs politiciens et le manque de cohérence idéologique : celui-ci est par exemple l’ancien suppléant de Michèle Alliot-Marie lors des législatives de 2012. Offusquée, la référente départementale d’En marche, Nathalie Niel avait d’ailleurs saisi, courant mai et sans succès, la commission d’éthique pour demander le retrait de sa candidature : «Vincent Bru n’a jamais participé à une seule réunion d’En marche ces derniers mois. Et il n’est pas adhérent chez nous», s’énervait la représentante du mouvement. Enfin, en présentant le 11 mai la première liste de candidats, Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement, avait pourtant annoncé « le retour définitif des citoyens au cœur de notre vie politique ».
Selon une enquête des Décodeurs du Monde,  ce ne sont pas 50% mais à peine 34% des candidats investis par le parti de l’actuel président qui n’ont jamais été en contact avec le monde politique. Car il faut s’entendre sur ce qu’on appelle un « nouveau » en politique : si on enlève de cette somme les candidats ayant déjà gravité dans la sphère politique, qu’ils aient été candidats malheureux ou membres de cabinets d’élus, on retombe à environ un tiers de réels « nouveaux » candidats.

Une prophétie médiatique auto-réalisante

Le dernier acte de la farce se déroule sous les projecteurs des médias. Le succès d’Emmanuel Macron, un candidat inconnu du public il y a trois ans ne s’explique pas seulement par la décomposition du système politique français. « Le président a en effet trouvé dans les médias un solide point d’appui. Son histoire ressemble à un rêve d’éditorialiste » commente la journaliste Marie Bénilde dans le Monde diplomatique de mai 2017. Localement, on peut dire aussi que Florence Lasserre-David a profité d’un appui journalistique indéniable. Le 2 juin, la Semaine du Pays Basque lui consacre un entretien aussi fleuve que promotionnel. On y lit ainsi que la candidate aux législatives a envie « simplement participer à ce renouveau et à cette recomposition » qu’incarne Macron. Quand il est question d’une cumularde, fille de Sénateur et placée par l’actuel garde des sceaux, le mot « renouveau » prête aisément à sourire.

La bienveillance semblait aussi de rigueur à Sud-Ouest, tout particulièrement dans ce dernier papier du vendredi 9 juin. « Trois candidates pour la 5ème circonscriptions » titrait le quotidien, en affichant la députée socialiste sortante Colette Capdevielle, la LR Caroline Oustalet et bien sûr Florence Lasserre-David. Personnalisation à outrance de la politique, absence d’enjeu programmatique, la candidate d’EH Bai, Laurence Hardouin, a aussi été largement méprisé dans cette présentation théâtrale. Loin des feux médiatique également, Jérémy Farge pour la France insoumise, obtient contre toute attente le score remarquable de 10,46% des voix. Et « contre toute attente » car à l’inverse, Sud-Ouest s’interrogeait encore, photo à l’appui, si le candidat frontiste Jean-Michel Iratchet pouvait améliorer ses résultats, participant ainsi toujours plus à la normalisation et à la banalisation de l’extrême-droite (au final, avec 7,15% des voix, le FN conserve son score, rien de plus). Bien entendu dans le traitement médiatique de cette campagne, l’enjeu du cumul, d’une gouvernance par ordonnance, de la transition écologique ou encore le Bayrougate ont à peine été évoqués dans les questions aux candidats. Quelle farce !

14 Commentaires

  1. mouesca
    Publié le 12/06/2017 à 18:49 | Permalien

    Lorsque l’on vide un bocal de ses cornichons , il faut aussi changer le vinaigre.Or celui-ci , n’ayant pas été changé depuis très longtemps , nous allons encore une fois ressentir très fort l’aigre.

    • Denis Eschbach
      Publié le 12/06/2017 à 19:02 | Permalien

      Moi, j’aurais voulu changer de bocal, et passer en sixième.
      Le clone du cornichon Holland ne me plait pas non plus.
      Mais le pire de tout, pire que le capitalisme, c’est l’immense connerie du peuple.
      Quand pourrai-je me faire naturaliser basque ?
      Toutes mes amitiés

  2. Xavier
    Publié le 12/06/2017 à 21:25 | Permalien

    Effectivement c’est avec une certaine amertume que l’on peut constater les 1ers dégats. Pour tout ceux qui s’intéressent, de près ou d’un peu plus loin, à toutes les personnes qui ont fait et font aujourd’hui progresser le pays basque sur des valeurs de solidarité, de culture, d’environnement, de paix, de lutte contre toutes les discriminations… il n’y a pas photo pour la mouvance de la gauche Abertzale… et des députées PS sortantes Mesdames Allaux et Capdevielle. Jakes Abeberri l’a bien souligné dans un dernier article d’Enbata en leur rendant hommage. Dur dur pour ces 2 personnalités dont le passé aurait pu, aurait dû, jouait en leur faveur. Que neni, n’importe quel candidat estampillé « Macron », même en dernière minute, même en étant lui-même un habitué de la politique et ses travers, est sur les rails de la victoire. Monde cruel? Serions nous un peu con? C’est vrai qu’on est pas aidé par les médias et que le niveau d’abstention est hallucinant. Et après on peut se pleindre…
    Mais les avancées sur le territoire sont concrètes et encourageantes, comme c’est bien rappelé ici. Contre vents et marées, même macronisé, cela ne s’arrêtera pas. Au niveau de la politique nationale et ses nombreuses répercutions locales, cela me fait davantage trembler.

  3. Jon Snow
    Publié le 12/06/2017 à 21:27 | Permalien

    Pathétique, la candidate MoDem Florence Lasserre refuse le débat du second tour. Pff….est-elle capable de quelque chose au moins ?

    • Alex
      Publié le 13/06/2017 à 16:16 | Permalien

      Modem tendance Fillon, non?

      Bref, vu ce que Colette Capdevielle a fait pour le Pays Basque il ne reste plus qu’elle pour qui voter.
      Elle et Sylviane Alaux ont été les deux meilleures députées du PB depuis longtemps. Je n’aurai aucune hésitation à voter pour elle.

  4. Peyres
    Publié le 13/06/2017 à 10:09 | Permalien

    Très bon article il reflète bien la triste réalité politique actuelle. En marche est une farce de mauvais gout en plus

  5. Yon
    Publié le 13/06/2017 à 12:29 | Permalien

    Bon article, M Mora n oubliez pas que le pays basque ne se limite pas a la 5eme circonscription, en dehors de Baiona, un monde existe…dommage que vous ny fassiez pas allusion…

  6. Espaze Gérard
    Publié le 13/06/2017 à 15:08 | Permalien

    Florence Lasserre s’est inscrite sous l’étiquette Modem : l’argent public ira dans les caisses du Modem
    Elle a fait campagne sous l’étiquette LREM : c’est plus porteur…….

    • Alex
      Publié le 13/06/2017 à 16:10 | Permalien

      Vue sur une photo : elle était aux premiers rangs du meeting de Fillon à Biarritz.

  7. durand
    Publié le 14/06/2017 à 10:36 | Permalien

    Bonjour à tous et dslée
    (=  sinistre constat de la réalité d’une démocrasseuse. ..un totalitarisme mâle  qui utilise ses femelles archaïques contre sa propre profession de foi au vu et au su de tous les « citoyens » complices, effectivement une sacrée farce!…sans foi ni loi, foie de coyote et renégat !

    …Donc rien d’étonnant, un système ne se transmute pas en démocratie en qqs mois …seule une propagande  dirigée par un banquier royal stratège  a pu « nous » le faire gober !  Et là il a bien nettoyé dans toutes les directions, le monstrueux bambin, surfant sur l’individualisme clivant promu par SA/NOTRE société marchande (M/B), pour naviguer solo et sans entrave, ne nous laissant d’autre voie que de ramer dans son étrave en râlant …un bon despote juste en alignement logique sur la couleur planétaire,  vous avez bien entendu, allias Jupiter! MOINS BUNGABUNGA QUE SES CONSORTS MAIS AUSSI ARCHAIQUE et très très très « intelligent »‘ :  Ne pas en douter 1 sec sous peine de MORT !

    Décidément, quoiqu’on dise, le sd du mâle alpha reste encore …très masculin (((=

    Allez fair play on a mal joué, on perd !

    Continuer à surveiller et booster répartition des « RetP » et Parité, inaccessibles étoiles…probablement jumelles ! 

  8. durand
    Publié le 14/06/2017 à 10:52 | Permalien

    Bonjour à tous et dslée
    (=  sinistre constat de la réalité d’une démocrasseuse. ..un totalitarisme mâle  qui utilise ses femelles archaïques contre sa propre profession de foi au vu et au su de tous les « citoyens » complices, effectivement une sacrée farce!…sans foi ni loi, foie de coyote et renégat !

    …Donc rien d’étonnant, un système ne se transmute pas en démocratie en qqs mois …seule une propagande  dirigée par un banquier royal stratège  a pu « nous » le faire gober !  Et là il a bien nettoyé dans toutes les directions, le monstrueux bambin, surfant sur l’individualisme clivant promu par SA/NOTRE société marchande (M/B), pour naviguer solo et sans entrave, ne nous laissant d’autre voie que de ramer dans son étrave en râlant …un bon despote juste en alignement logique sur la couleur planétaire,  vous avez bien entendu, allias Jupiter! MOINS BUNGABUNGA QUE SES CONSORTS MAIS AUSSI ARCHAIQUE et très très très « intelligent »‘ :  Ne pas en douter 1 sec sous peine de MORT !

    Décidément, quoiqu’on dise, le sd du mâle alpha reste encore …très masculin (((=

    Allez fair play! On a mal joué, on perd !

    Continuer à surveiller et booster Répartition des « Richesses et Pouvoirs » et Parité, inaccessibles étoiles…probablement jumelles ! 

  9. ELHUYAR Paula
    Publié le 14/06/2017 à 16:05 | Permalien

    La démocratie n’est-elle pas justement le choix qui est fait par le peuple français de choisir son candidat ou de s’abstenir. Je pense qu’il s’agit d’une révolution en douceur mais pour certains la pilule est amère !
    Cela demande réflexion. Depuis le temps que les partis politiques se bagarrent entre eux et piétinent et ne tiennent aucun compte du peuple français et que rien n’avance, prenez le train en marche pour apporter vos compétences au lieu de vous lamenter.

    • durand
      Publié le 14/06/2017 à 22:23 | Permalien

      Bonsoir Paula
      ..effectivement un parti unique se bagarre moins …et encore((= par contre pour la pop pas souvent terrible, du moins sur cette planète ! cf qqs exemples à votre disposition
      Mais pas de pb, si régressent les inégalités nettement (de Répartition des Richesses et des Pouvoirs ) et progresse vraiment la Parité cad que pousse une democratie pdt le règne de ce merveilleux parti unique alors nous serons qqunes/uns à manger notre chapeau et à t’embrasser de bonheur …donc

      à suivre =)

  10. GÉRARD
    Publié le 15/06/2017 à 09:49 | Permalien

    Je suis d’accord avec jean-Sébastien et Alex : il faut sauver le soldat capdevieille,…
    il faut voter pour Colette
    Allez voter…. Forcez-vous…. merci

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Connect with Facebook

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>