Le conflit à l’ordre du jour : deuxième semaine d’avril

PrintFriendly and PDF

Jakilea

 

 

L’Assemblée Générale du Comité pour la défense des droits de l’homme en Pays Basque (CDDHPB) s’est tenue le 16 avril au Polo-Beyris. Le Comité est fier, à juste titre, de son bulletin trimestriel «Jakilea», et de ses activités en soutien aux militants. Comme chaque année, elle avait invité une personnalité pour évoquer les préoccupations du moment. Il s’agissait cette fois de l’universitaire Jean-Pierre Massias, venu faire l’état du règlement du conflit en Pays Basque. Témoin la veille au procès à Paris des dix membres de ETA, il a repris ici l’exposé fait devant les juges. Puis, constatant le blocage du processus, il pose la question : que faire ? D’un côté, l’Espagne a intérêt au statu quo, elle a «intégré» le conflit. De l’autre le gouvernement français, l’Union européenne font preuve d’inertie. ETA doit-elle céder ? Certainement, oui. Le relais a été pris par la mobilisation populaire. Mais il est à craindre que la libération des preso soit la dernière étape du processus. La remise des armes, enjeu symbolique, est devenue nécessaire. On peut autrement craindre une répression contre SORTU, lequel a peut-être atteint son zénith… ETA ne compte plus dans la problématique basque. Pour gagner, il faut abandonner toute violence.

L’intervenant ne s’est pas montré très optimiste. Les participants ont reçu le message. Le Comité est plus nécessaire que jamais.

 Victime du GAL

Près de trente ans après, l’assassin de Santi Brouard passe aux aveux. Dans une interview au journal «El Mundo» du 15 avril, Jose Luis Morcillo déclare être le responsable de la mort, le 20 novembre 1984, du pédiatre bilbaino, leader de Herri Batasuna. Il avait été abattu à coups de carabine à canon scié dans son cabinet médical. Le GAL avait revendiqué l’attentat.

Liberté en vue

La sentence est tombée le 11 avril pour Naia Lacroix. La jeune senpertar a été condamnée par le Tribunal Correctionnel de Paris à trois ans de prison, dont la moitié avec sursis, pour tentative d’attentat sur une résidence de la commune. Après sa longue détention provisoire, on espère sa sortie dans les semaines qui viennent.