“Le peuple catalan préfère se gouverner plutôt qu’être gouverné”

PrintFriendly and PDF
Le président du gouvernement Catalan Artur Mas annonçant la date du référendum (9/11/2014) et la question.De gauche à droite : Francesc Homs (CDC), Antoni Espalader (UDC), Jordi Turull (ca) (CDC), Joana Ortega (ca) (UDC), Artur Mas, Oriol Junqueras (ERC), Joan Herrera (ICV), David Fernàndez (ca) (CUP), Marta Rovira (ERC), Joan Mena (EUiA)

Le président du gouvernement Catalan Artur Mas annonçant la date du référendum (9/11/2014) et la question.De gauche à droite : Francesc Homs (CDC), Antoni Espalader (UDC), Jordi Turull (ca) (CDC), Joana Ortega (ca) (UDC), Artur Mas, Oriol Junqueras (ERC), Joan Herrera (ICV), David Fernàndez (ca) (CUP), Marta Rovira (ERC), Joan Mena (EUiA)

De 2009 à 2014, l’indépendantisme catalan ouvre la voie. Quelques dates importantes du premier référendum local sur l’indépendance de la Catalogne (le 13 septembre 2009) à l’accord historique du parlement catalan en faveur du scrutin référendaire du 9 novembre 2014.

13 septembre 2009 : la cité d’Arenys de Munt organise le premier référendum local sur l’indépendance de la Catalogne. Plus d’un tiers de la population y participe, 96% des votants se prononcent en faveur de l’indépendance. Dans les semaines qui suivent, des dizaines de municipalités lui emboitent le pas.
28 juin 2010 : après quatre ans de tergiversations, le Tribunal constitutionnel espagnol déclare hors la loi 14 articles du nouveau statut d’autonomie catalan et donne une interprétation restrictive de 27 autres articles. Il rabote un texte déjà vidé de son contenu par les Cortes, alors qu’il a été approuvé à une très large majorité par le parlement catalan et par référendum (74% en 2006).
10 avril 2011 : point final des référendums locaux, une consultation a lieu à Barcelone, le chef du gouvernement catalan Artur Mas et la plupart des membres de son gouvernement ont voté. Au total, un demi-millier de municipalités catalanes ont organisé des consultations, 900.000 personnes y ont participé.
25 juillet 2012 : le parlement autonome réclame à Madrid un pacte fiscal où la Generalitat (gouvernement catalan) collectera la totalité des impôts et disposera d’une agence fiscale propre.
11 septembre 2012 : la Diada (Aberri Eguna catalan) est convoquée par l’Assemblée nationale de Catalogne (ANC). Elle est placée sous le thème de la création d’un nouvel Etat indépendant en Europe.
20 septembre 2012 : Madrid rejette la demande catalane de pacte fiscal. Artur Mas, président de la Generalitat, quitte le bureau de Mariano Rajoy et annonce qu’il va prendre les décisions qui s’imposent. Cinq jours plus tard, il ouvre la porte à l’autodétermination et propose d’interroger le peuple catalan sur la création de son propre Etat.
25 septembre 2012 : après deux ans d’exercice du pouvoir, Artur Mas dissout le Parlament et annonce des élections pour le 25 novembre. Il désire capitaliser le mécontentement issu de l’attitude très négative de l’Espagne. Le leitmotiv de sa campagne : une consultation sur la souveraineté organisée avant 2016.
25 novembre 2012 : Artur Mas (CiU) n’obtient pas la majorité absolue qu’il escomptait. Il perd 12 sièges avec seulement 50 députés. Les indépendantistes républicains d’ERC deviennent la deuxième force politique du pays avec 21 députés. Le Parti socialiste chute : 20 élus.
19 décembre 2012 : Artur Mas et Oriol Junqueras (ERC) signent un pacte de législature qui prévoit une consultation référendaire pour 2014. CiU gouverne seul avec le soutien d’ERC dont aucun membre ne siège au gouvernement.
23 janvier 2013 : comme convenu, le parlement catalan approuve une déclaration de souveraineté qui présente la Catalogne en tant que “entité politique et juridique souveraine”. Le gouvernement espagnol présente un recours et le Tribunal constitutionnel annule la délibération.
12 février 2013 : la Generalitat crée un Conseil pour la transition nationale chargé d’explorer les voies légales permettant d’accéder à l’indépendance.
28 mai 2013 : un vif débat sur la formulation de la question référendaire agite CiU, le parti d’Artur Mas, ainsi que le Conseil pour la transition nationale.
26 juin 2013 : Artur Mas lance un Pacte national pour le droit de décider qui propose aux entreprises, aux syndicats et à l’ensemble de la société civile de s’impliquer dans la démarche souverainiste.
11 septembre 2013 : la Diada prend la forme d’une chaîne humaine de 400 km de long qui parcours la Catalogne de part en part et rassemble un million et demi de personnes autour du thème: “Catalunya, nou Estat d’Europa”.
16 septembre 2013 : les autorités européennes de Bruxelles affirment qu’une Catalogne indépendante signifierait son départ provisoire de l’Union européenne.
2 décembre 2013 : le leader d’ERC Homs exige que la consultation ait lieu en 2014. Le parti indépendantiste ERC fait pression sur CiU pour que la question posée porte bien sur l’indépendance. Il met dans la balance le soutien de son parti au gouvernement.
12 décembre 2013 : CiU, ERC, ICV et CUP se mettent d’accord sur la date du scrutin, le 9 novembre 2014 et sur le libellé de la question: “Voulez-vous que la Catalogne soit un Etat ? Si oui, voulez-vous que ce soit un Etat indépendant?”
1er janvier 2014 : pour les vœux du nouvel an, Artur Mas affirme que “le peuple catalan préfère se gouverner plutôt qu’être gouverné”.