Biarritz, un 3ème Airbnb frauduleux occupé par Alda

PrintFriendly and PDF

AldaUne

Action d’Alda au Victoria Surf : Jamais 2 sans 3 !

Devant le refus d’Airbnb de respecter sur Biarritz la loi interdisant le maintien des annonces de meublés de tourisme sans numéro d’enregistrement, Alda est repassé à l’action ce lundi 8 novembre. Le mouvement de défense des milieux populaires a entamé l’occupation illimitée d’un nouvel Airbnb, sa troisième occupation en 7 semaines. Alda n’entend pas relâcher la pression jusqu’à ce que Airbnb se régularise enfin, et jusqu’à ce qu’une mesure de compensation ferme vienne protéger le parc locatif à l’année, qui permet aux secteurs les moins riches de la population de pouvoir continuer à vivre et se loger au pays.

Airbnb partout, logement nulle part !

Le logement occupé par Alda n’a pas été choisi au hasard. Situé au 21 ter, avenue Edouard VII dans la résidence Victoria Surf, à 2 pas de la mairie de Biarritz et du commissariat de police, tout le monde peut vérifier aisément que son annonce n’affiche aucun numéro d’enregistrement.

AlaEk (1)

Son hôte, Margaux, gère 5 meublés de tourisme, 2 sur Biarritz et 3 sur Bayonne, tous sans numéro d’enregistrement affiché. L’un d’entre eux n’est autre que le logement occupé par Alda en juin dernier au 14, rue des Tonneliers à Bayonne, passé Airbnb en février 2021 après que sa propriétaire a fait partir les locataires à l’année, un jeune couple de Bayonnais qui y vivait jusqu’en janvier dernier. Alda avait fait constater son illégalité totale (ni enregistrement ni autorisation de changement d’usage, délits passibles de 50 000 euros d’amende) et la mairie de Bayonne avait adressé en août une mise en demeure à son propriétaire. Pourtant cet appartement entier continue d’être loué en toute illégalité sur Airbnb aujourd’hui encore, et toujours sans numéro d’enregistrement.

AlaEk (2)

En finir avec la loi de la jungle

« Il faut mettre fin à ces milliers de cas de fraude au grand jour que s’autorisent les plateformes de type Airbnb en Pays Basque. Nous ne pouvons plus accepter qu’Airbnb, comme sa direction France l’a encore réaffirmé ce jeudi 4 novembre à Alda, assume de continuer à violer sciemment la loi sur la commune de Biarritz. » affirme Xebax Christy, porte-parole d’Alda. Cette dernière concentre un tiers des annonces actives de tout Iparralde, ce qui explique grandement la pénurie totale de logement pour les gens voulant vivre et travailler sur Biarritz.

Stop impunité !

Alda demande des comptes à Airbnb, au propriétaire et à la gestionnaire du logement occupé. Est-il enregistré, oui ou non ? S’il l’est, pourquoi le numéro n’apparaît pas sur l’annonce publiée par Airbnb, ce qui constitue une infraction passible de 12 500 euros d’amende ? Pourquoi Airbnb et la gestionnaire se permettent-ils de continuer à louer le logement du 14, rue des Tonneliers à Bayonne qui a fait l’objet d’une mise en demeure ?

Alda demande à la ville de Biarritz de poursuivre la plateforme Airbnb devant les tribunaux pour ses violations répétées et délibérées de la loi. Quelle autre catégorie d’entreprises ou de citoyens pourrait ainsi violer la loi délibérément, au vu et au su de toutes et de tous, et systématiquement depuis 2017 déjà, sans faire l’objet d’une seule procédure judiciaire à son encontre ? Comment les gens d’en-bas, les citoyens normaux pourrions-nous accepter un tel 2 poids 2 mesures ?

Alda demande à la population de répondre massivement présente à l’appel, lancé par cent personnalités et plus de trente organisations diverses, à la grande manifestation pour le logement qui aura lieu le samedi 20 novembre à 15H00 à Bayonne. « Il est temps de se mobiliser pour exiger des décisions urgentes et fermes pour stopper la crise du logement en Pays Basque, telles qu’une mesure de compensation très contraignante visant à protéger le parc locatif à l’année, qui permet aux secteurs les moins riches de la population de pouvoir continuer à vivre et se loger au pays. » conclut Ainize Butron, porte-parole d’Alda.

AldaEkintza1

Alda donne ainsi rendez-vous à toutes celles et ceux qui le souhaitent le lundi 8 novembre à 12h, pour partager un apéro et discuter ensemble de la suite des événements et de cette occupation (pour plus de détails : 07 77 88 89 23)

3 Commentaires

  1. Ibantxo
    Publié le 08/11/2021 à 19:02 | Permalien

    Une simple question me tarabuste, pourquoi ALDA ne lève t’il les lièvres d’RBNB que sur Biarritz?
    Le tourisme et le balnearisme ont toujours fait parti de l’ADN de Biarritz mais que Bayonne en soit arrivé au même point de prostitution de l’habitat, là est le vrai scandale. Le scandale c’est d’avoir laissé ce maire adoré de certains abertzale vendre la ville aux investisseurs, de laisser place libre au marché souverain. Nous connaissons tous des exemples d’appartements familiaux saucissonnés en 2 ou 3 studio réservés à la location saisonnière.

    • Antton
      Publié le 08/11/2021 à 22:56 | Permalien

      La première occupation d’Alda était à Bayonne, chez la même proprio que l’appart de cette semaine. C’est écrit dans l’article.

  2. Jakes LAFITTE
    Publié le 10/11/2021 à 17:30 | Permalien

    Amsterdameko herriko etxeak hotel berrien eraikitzea eta AIR BNB ri oztopoak ematea erabaki du. Horixe jakin dut gaur EITB Ahoz Aho saila ikusten ari nintzelarik. Hori litzateke eredu on bat Euskal Herriko Hiri Elkargoa antzeko gauza egin dezan Iparraldean. Baita mendian ibiltzean, borda batzuk ikusi ditut ere, AIR BNB aren « kudeaketa »ren pean daudenak. Halako jokabide zikinak bukatu behar dituzte Biarritzen Euskal Herri osoan, baita mundu guztian ere.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video