Ça va faire mal…

"Il n'y a pas de Planète B" (au Sommet Onusien sur le Climat à Copenhague en 2009)
« Il n’y a pas de Planète B » (au Sommet Onusien sur le Climat à Copenhague en 2009)

Entre deux actions, le travail de propositions sur les alternatives au tout voiture, la rédaction et la diffusion d’une «boite à outils» programmatique pour les candidat-e-s aux municipales de 2014, des conférences dans les lycées et les collèges etc., Bizi ! prend le temps de mener en son sein des débats de fond, sur les stratégies, sur les valeurs fondant son combat et la société qu’il entend contribuer à construire.

Ces débats de fond sont importants, car ils permettent d’orienter l’action et le travail quotidien du mouvement, et sont un des instruments de formation de ses jeunes militant-e-s. Depuis pas mal de mois déjà, c’est le thème de la démesure, de l’illimitation (l’hybris) qui est creusé au sein de l’association altermondialiste basque.

Le capitalisme repose sur l’absence de limites

Alors que l’éducation des enfants -partout à travers la planète- consiste justement à poser des limites, le système capitaliste qui façonne nos sociétés et nos vies quotidiennes est tout entier construit sur l’absence de limites.

Sur le plan économique, si la croissance vient à s’arrêter, il est comme un cycliste qui arrête de pédaler et tombe de son vélo: crise, chômage, récession, faillites, pauvreté. L’économie capitaliste ne sait pas fonctionner sans croissance illimitée, ce qui va poser un énorme problème dans un monde aux ressources limitées et aux capacités d’absorption de déchets tout aussi limitées. Cela va d’autant plus nous poser problème que les générations actuelles sont justement les premières à toucher les limites de la biosphère, de ces capacités de production et d’absorption de la planète terre.

MurEcologique

Toujours plus

L’action de Bizi chez Ferrari ou son travail pour populariser la notion de revenu maximum autorisé viennent rappeler un constat et affirmer une évidence.

Le constat: cette illimitation sur laquelle se construit le capitalisme (et qui pousse à la dérégulation des systèmes politiques et sociaux encadrant le marché) produit des situations scandaleuses. Le nombre de milliardaires a explosé en 25 ans, passant de 125 à 1226 en 2012, qui accumulent à eux seuls 4.600 milliards de dollars. Les 100 personnes les plus riches du monde ont gagné 240 milliards de dollars en 2012 alors même que la communauté internationale n’arrive pas à trouver les dizaines de milliards nécessaires à éradiquer tel fléau ou à lutter contre tel phénomène affectant des centaines de millions de personnes.

L’évidence: quel que soit son mérite, son travail, sa prise de responsabilité, au nom de quoi donnerait-on le droit à une personne de pouvoir consommer dix mille fois plus de ressources de la planète ou de rejeter dix mille fois plus de CO2 ou d’autres types de déchets que n’importe quel autre être humain? Quel argument peut venir justifier cela? Vu sous l’angle écologique, la question d’un revenu maximum autorisé s’impose de manière évidente.

Du plus riche au plus pauvre, la consommation ostentatoire, la création de besoins que nous ne ressentions pas avant que l’industrie et la pub ne s’en mêlent, l’obsolescence programmée des objets qui nous entourent nous font vivre dans le gaspillage permanent, dans le “toujours plus”, source de frustration morale permanente (et de frustration physique  pour les exclus chaque fois plus nombreux du partage).

Toujours plus loin et plus vite

L’organisation de nos sociétés, l’aménagement du territoire, le déroulement de nos journées sont soumises à la même dictature du toujours plus, toujours plus vite, toujours plus loin.

Bayonne est à 5 heures de Paris, c’est trop, il faudrait le mettre à 3 heures en construisant une voie nouvelle LGV? Il faudrait rendre banal quelque chose qui ne l’est pas: faire plus de 1.500 kilomètres? Il faudrait pouvoir faire de telles distances quasi-quotidiennement, ou à chaque fois que l’on en a l’envie?

Au contraire, dans un monde qui est au bout de ses possibilités (on le voit aux premiers signes forts de dérèglement climatique, à la crise exceptionnelle de la biodiversité, à l’état des océans, des sols…), il nous faut réapprendre que faire 1.500 kilomètres, ce n’est pas rien en terme de coût écologique, en terme de quantité d’énergie consommée, en terme d’aménagement du territoire et de bien d’autres choses encore. Il nous faut réapprendre à ne pas considérer le voyage comme une contrainte à passer le plus vite possible, mais comme une occasion de lire, de travailler, de rencontrer des gens, de discuter ou de rêver.

 Etalement urbain, multiplication des grands centres commerciaux,
nouvel aéroport de Notre Dame des Landes, LGV,
extraction des gaz de schiste:
on oublie qu’on ne peut pas continuer à consommer
plus que ce que l’on a,
à polluer plus que ce que la terre peut absorber.

Ca va faire mal

Les mêmes qui parlent de développement durable, de l’impossibilité de continuer à consommer l’équivalent de trois planètes alors que nous n’en n’avons qu’une, font et disent tout autre chose quand il s’agit de décisions concrètes, locales, quotidiennes. Etalement urbain, multiplication des grands centres commerciaux, nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes, LGV, extraction des gaz de schiste: on oublie qu’on ne peut pas continuer à consommer plus que ce que l’on a, à polluer plus que ce que la terre peut absorber. On ne parle plus que de compétitivité: si ce n’est pas nous, ce sera la région d’à côté qui le fera, et on préfère quand même que ce soit eux qui se retrouvent au chômage que nous, non? Le manque total d’imagination, de recul d’avec la pensée unique est en train de nous faire foncer vers le mur. Et ça va faire mal! D’ailleurs on commence déjà à le sentir, non ?

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).