Txetx Etcheverry

Txetx Etcheverry

Animateur de la Fondation Manu Robles-Arangiz en Pays Basque nord, impliqué dans différentes alternatives sociales et écologiques locales et dynamiques de construction nationale basque.

Rigueur intellectuelle plutôt que procès d’intention

« Quelle mouche l’a piqué ? » , me suis-je demandé quand j’ai découvert la tribune libre que le maire de Bidart Emmanuel Alzuri a envoyée à toute la presse du Pays Basque nord pour fustiger ma chronique « Vivre et se loger au Pays » , tenue dans les derniers numéros de la revue Enbata.

Je n’y faisais qu’analyser la spéculation immobilière et foncière en Iparralde, et y formuler des propositions stratégiques pour la contrer. (...)


Propositions face à la crise du logement

Vivre et se loger au Pays (II) - Suite de l'analyse de l’aménagement du territoire en cours d’adoption à la Communauté Pays Basque, avec un regard sur la mobilisation d’une résistance populaire alternative.

Face à la main invisible du marché, il nous faut activer le bras de fer de la mobilisation populaire. Il nous faut, notamment, répondre à la pression des résidences secondaires et au phénomène de l’habitat vacant.(...)


Vivre et se loger au Pays

Année décisive pour la “mère des batailles en termes d’aménagement du territoire”, 2020 devrait voir l’adoption du premier Plan local de l’habitat englobant l’ensemble du Pays Basque nord.

Voici une réflexion stratégique sur la crise du logement et du foncier en Iparralde, ses conséquences pour la population locale, et les pistes pour la maîtriser.


Vivre et se loger au Pays (I)

Année décisive pour la “mère des batailles en termes d'aménagement du territoire”, 2020 devrait voir l'adoption du premier Plan local de l'habitat englobant l'ensemble du Pays Basque nord.

Voici une réflexion stratégique sur la crise du logement et du foncier en Iparralde, ses conséquences pour la population locale, et les pistes pour la maîtriser. (...)


État d’urgence… climatique

Il y a 5 ans, la COP21 se concluait sur l’Accord de Paris dont le contenu ne permettait aucunement d’atteindre ses objectifs. La pression citoyenne pour redoubler d’efforts devenait alors vitale et le Pays Basque nord a largement apporté sa contribution à la construction d’un mouvement climat de plus en plus présent.

Pour autant, les trajectoires actuelles restent catastrophiques et l’attitude des dirigeants actuels, de Trump à Arosteguy, prépare tout simplement un enfer à court terme pour l’humanité. (...)


Le Surf Park ne doit pas se faire

Le projet porté à Saint-Jean-de-Luz est l’exact contraire des projets qu’il faut aujourd’hui développer.

La mairie ou la mobilisation populaire devront bien le stopper. (...)


Un nouveau mouvement en Iparralde

Ce samedi 10 octobre à Bayonne se tiendra l'assemblée générale fondatrice d'un nouveau mouvement, qui agira avec et au sein des milieux et quartiers populaires du Pays Basque nord, et travaillera à leur organisation collective. Il s’agira de défendre les droits et besoins fondamentaux des citoyen·nes des classes populaires dans leur cadre de vie et environnement quotidien, hors monde du travail, (logement, quartier, accès à l'emploi, transports, écoles, administration, banques et services, consommation, santé, environnement etc.), au sein d’une organisation de masse abertzale s’inscrivant radicalement dans une perspective de justice sociale et écologique.

Utilisant des répertoires d'action et de mobilisation inspirés de ceux du mouvement abertzale, de ceux des mouvements ouvrier ou altermondialiste, et du « community organizing », il visera à changer et améliorer la vie des gens des milieux populaires, et pas seulement au niveau matériel. L'objectif est également de reconquérir une reconnaissance, un respect ; de reconstruire un tissu social, des solidarités actives et un projet culturel populaire, une vraie place dans la vie démocratique locale et globale, ainsi qu'une (re)connexion avec la société basque. (...)


Pre.s.o.s, 19 septembre : faire monter la pression

"Le ministère de la justice pourrait et devrait adresser au parquet une circulaire actant que le contexte politique a fondamentalement changé avec le désarmement puis la dissolution de l’organisation ETA, et que les réquisitions du ministère public doivent tenir compte de ce changement de contexte. Or, il ne le fait pas."

Tant que le gouvernement ne fait pas en sorte que “l’Etat accompagne le mouvement de résolution du conflit et de sortie des armes en Pays Basque”, nous n’avons d’autre choix que de renforcer et de multiplier la mobilisation pour la libération des prisonniers politiques basques. Les initiatives doivent se succéder sans répit et doivent monter en puissance et en détermination. Nous ne pouvons pas attendre qu’il y ait un mort en prison pour créer la tension et le rapport de forces suffisants pour débloquer la situation. Le samedi 19 septembre notamment, nous devons nous mobiliser massivement pour lancer un nouveau cycle de pression, dont le niveau et la détermination devra monter crescendo lors de l’année à venir. (...)


Un abertzale à la présidence de la CAPB ?

A Bayonne, les abertzale de gauche ont voté en masse pour faire barrage à leur adversaire le plus déterminé Henri Etcheto. Ce dernier est décidément une véritable machine à faire perdre son camp, de plus de 1000 voix cette fois-ci contre à peine 26 voix de différence il y a 6 ans. La liste abertzale – Front de gauche qui s'était en 2014 maintenue au second tour avait récolté 1574 voix (il y avait à l'époque moins d'électeurs mais une participation nettement plus élevée).

C'est justement parce qu'on s'attendait à un résultat beaucoup plus serré que beaucoup ont été étonnés, voir choqués, par la déclaration de candidature d'Alain Iriart à la présidence de la Communauté d'agglomération Pays Basque (CAPB), trois jours avant ce scrutin décisif. Le maire de Saint Pierre d'Irube, membre d'EH Bai, prenait ainsi le risque de faire élire Henri Etcheto à la tête de la ville-capitale du Pays Basque. (...)