Chemineau des Temps modernes

Axel Kahn, le penseur en chemin.
Axel Kahn, le penseur en chemin.

Le médecin généticien Axel Kahn s’est récemment arrêté à Hendaye. Je suis allée l’écouter. En 2013, le marcheur de grand chemin s’était mis en route en quête de beauté. Il y a trouvé aussi une France “périphérique” désillusionnée qui nous renvoie aux grands enjeux de notre société.

Diagonale nord-est/sud-ouest. Départ de Givet dans les Ardennes le 8 mai 2013, arrivée à Ascain le 1er août 2013. Quelque 2.000 kilomètres parcourus avec la foi du charbonnier. Axel Khan voulait rencontrer la beauté. Il l’a trouvée un peu partout sur le chemin, mais a eu deux grands coups de coeur. Le premier sur les crêtes du Forez, le second presque au bout du chemin, dans le massif d’Iparla. Le bout du chemin devait d’ailleurs lui réserver un vrai plaisir, l’image d’un Pays Basque “incroyablement pauvre du début du XXe devenu un pays d’un dynamisme extraordinaire”. Le médecin généticien, ex-président d’université parisienne, voulait toucher l’humain, il a croisé des centaines et des centaines de personnes, leur a parlé, les a écoutées. Il voulait vivre cette France qu’il pressentait. Il l’a finalement palpée sur une diagonale qui, expliquait-il dernièrement à Hendaye (1), traverse le “vide” sur des centaines de kilomètres. Il ajoutait aussi que “pour le chemineau le but ce n’est pas l’arrivée mais le chemin lui-même”, objet d’une sorte de carnet de route impressionniste.

La France périphérique

Celui-ci lui a permis de faire un constat sans appel, ayant d’ailleurs quelques similitudes avec celui présenté par le géographe Christophe Guilluy dans son dernier ouvrage (paru en septembre 2014) “La France périphérique(2). L’auteur y décrit ces territoires tellement éloignés au sens propre et figuré des métropoles vitrines (Ile-de-France et capitales régionales), ces petites et moyennes villes et ces villages ignorés des bassins d’emplois les plus dynamiques, souvent abandonnés à leur sort. Un tissu disparate où le géographe voit poindre de “nouvelles radicalités” (mouvement des Bonnets Rouges bretons par exemple), des initiatives (comme les Nouvelles Ruralités lancées par les présidents de conseils généraux de l’Allier, de la Creuse, du Cher, de la Nièvre) et des modèles alternatifs allant à l’encontre du modèle global mondialiste dont Axel Kahn a lui aussi mesuré les effets désastreux sur son chemin.

Faire sécession

Revenons sur les pas du médecin marcheur au fil des pays plongés dans la désillusion. Chômage, restructurations, friches industrielles. On en retrouve les  stigmates en Lorraine, Champagne, Ardennes, Aube, Meuse, Marne, Allier et l’on en passe. “Les populations assure-t-il, vivent dans la crainte de l’avenir. Victimes d’appauvrissement, beaucoup d’entre elles ont perdu la notion d’un avenir désirable, certaines font en quelque sorte sécession. J’appelle ainsi, la rupture d’une partie de la population avec la vie politique ordinaire, l’apparente rationalité de son discours et ceux qui le tiennent”. Pour finir le chemineau restera scotché sur les images de désolation du bassin de Decazeville. Elles l’habiteront pendant des jours. Après quoi comme un miracle, à partir de Figeac, tout changera pour plus  vivant et riant, moins désespéré. Cette sensation ne le quittera pratiquement plus dans le Grand Sud Ouest, jusqu’à Saint-Jean-de-Luz.

Les populations, assure Axel Khan,
vivent dans la crainte de l’avenir.
Victimes d’appauvrissement,
beaucoup d’entre elles ont perdu
la notion d’un avenir désirable,
certaines font en quelque sorte sécession.

Fierté d’être soi

Au Pays Basque l’attachement irrédentiste des Basques à leur pays lui saute aux yeux. Attitude qu’il devait retrouver un an plus tard en 2014 chez les Bretons en  particulier, lors de sa deuxième diagonale nord-ouest/sud-est parcourue de la Pointe du Raz à Menton. Ce qui peut faire la différence ? C’est à ses yeux un argument avant tout d’ordre culturel, tenant “à la fierté des populations d’être ce qu’elles sont, d’être insérées dans le territoire auxquelles elles appartiennent”. Une fierté qui au dire d’Axel Kahn est forcément “source d’engagement collectif au nom d’une cause partagée”. Voilà qui nous ramène bien sûr à des questions d’actualité politiques plus larges aussi conflictuelles que le redécoupage des régions (en fonction de quels véritables critères ?) et plus localement la mise en place d’une collectivité spécifique pour le Pays Basque à ce jour vainement revendiquée depuis des années. Un contexte dans lequel la région Bretagne historique et culturelle n’est pas près de voir le jour.

(1) Axel Kahn : conférence débat à la médiathèque d’Hendaye le 10 décembre dernier. “Pensées en chemin. Ma France des Ardennes au Pays Basque”. Editions Stock
(2) Christophe Guilluy : “La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires”. Editions Flammarion.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

Une réflexion sur « Chemineau des Temps modernes »

  1. Attention Mme Bordes, vous citez Guilluy mais ce monsieur est loin d’être clair dans son analyse du mal qui ronge les périphéries.
    voir notamment ce qu’en dit Raphaël Liogier sur bastamag http://www.bastamag.net/Raphael-Liogier-Ce-populisme-qui
    « Des gens qui sont supposés être des scientifiques disent des choses effroyables, le plus naturellement du monde. Christophe Guilluy (géographe et consultant auprès de collectivités locales, ndlr) affirme ainsi que, dans les périphéries, les petits Blancs des classes moyennes sont chassées par les « minorités ethnoculturelles ». Mais ce n’est pas parce qu’ils en sont chassés, c’est parce qu’ils préfèrent aller habiter dans des villes moyennes lorsque leur niveau de vie s’améliore ! Comme si c’était désirable de vivre dans cette périphérie… Mais on assène l’hypothèse de l’attaque. Ces analyses sont reprises par Eric Zemmour. Et on ne peut plus rien faire, cela infiltre l’ensemble du champ politique. »

    je vous recommande cette analyse qui démontre en quoi les thèses de Guilluy relèvent moins de la science que de l’idéologie, et qui porte aussi un éclairage intéressant sur les observation d’Axel Kahn pendant son périple http://www.laviedesidees.fr/Une-France-contre-l-autre.html

    agurrak

Les commentaires sont fermés.