Colère et incompréhension

ColèreParis et le Pays Basque ne parlent pas la même langue, d’où le refus de libérer Xistor et Lorentxa, entraînant notre colère. Le soutien de nos élus et de la société civile d’Iparralde sont les nouveaux leviers permettant d’obtenir la libération des presos.

La colère est le sentiment qui prédomine au sein du mouvement abertzale après que Xistor Aranburu et Lorentxa Beyrie se soient vu refuser leur libération conditionnelle.

Peut-être il y a- t-il à la base une incompréhension mutuelle entre le Pays Basque et le pouvoir parisien…

Les mots prononcés par Emmanuel Macron lors de sa visite en mai en Iparralde restent gravés dans nos mémoires : “Le Pays Basque est pour moi un exemple, quand je regarde ces dernières années de résolution d’un conflit et de sortie des armes. Le devoir de l’État est d’accompagner le mouvement (…) Nous ne devons pas faire bégayer l’histoire, il faut l’accompagner”.

Sûrement, une trop grande différence des cultures, mais pour nous les paroles prononcées ont une telle valeur (“hitza hitz”), qu’on a du mal à concevoir comment les actes peuvent en être aussi distants.

A la veille du G7, E. Macron a voulu faire des déclarations “apaisantes”.

A postériori, elles apparaissent comme relevant du registre habituel des responsables politiques de peu d’envergure qui est celui de l’hypocrisie et du cynisme.

D’un autre côté, le pouvoir parisien n’a pas compris, ou ne veut pas comprendre l’aspect le plus fondamental qui se joue avec la libération des prisonniers. Cette attitude qui consiste à vouloir “faire payer jusqu’au bout” leur trajectoire de lutte à des militants comme Xistor et Lorentxa est ancrée dans une vision revancharde du passé.

Le pouvoir parisien n’a pas compris,
ou ne veut pas comprendre
l’aspect le plus fondamental
qui se joue avec la libération des prisonniers.
Cette attitude
qui consiste à vouloir “faire payer jusqu’au bout”.

La fin unilatérale de la lutte armée en Pays Basque s’incrit, elle, dans l’avenir. Elle constitue un pari en faveur d’un débouché démocratique pour les luttes d’émancipation de nos Peuples. Et il ne s’agit pas que du Pays Basque, mais aussi de la Catalogne, de la Corse, de l’Irlande… Car ce qui se joue ici doit être resitué dans un contexte européen au sein duquel les accords de paix en Irlande du Nord en 1998, le référendum d’autodétermination de 2014 en Ecosse ont été porteurs d’un énorme espoir, et ont rendu crédible le pari en faveur de processus démocratiques.

Refuser de libérer les prisonniers, c’est refuser d’ouvrir une nouvelle page de l’Histoire (avec un grand “H”).

Refuser de libérer les prisonniers, c’est refuser de concrétiser dans les actes ce qui a été entériné dans le discours, c’est-à-dire l’existence d’un conflit en Euskal Herri et la nécessité de sa résolution démocratique.

Avec la colère, ce refus est aussi source d’inquiétude, parce que si nous n’arrivons pas à libérer les prisonniers pour ouvrir pleinement cette nouvelle page de l’Histoire, et offrir de nouvelles perspectives démocratiques aux revendications légitimes d’autodétermination de nos Peuples, je ne sais pas comment la génération de nos enfants “métabolisera” le pari fait par leurs aînés dans la phase actuelle.

Au sens premier du terme, comme au sens figuré, il semble bien que les Basques et le pouvoir parisien ne parlent pas la même “langue”…

Par contre, au niveau d’Iparralde, il y a une très large compréhension, tant de la part des responsables politiques, que des acteurs de la société civile, de ce qui se joue avec la libération des prisonniers. Nous devons en être reconnaissants, et cette compréhension constitue le ressort qui doit nous permettre de dépasser le sentiment de colère que suscite, à chaud, le refus de libérer Xistor et Lorentxa.

L’adhésion massive de la société d’Iparralde à la résolution du conflit en Pays Basque doit être le point d’ancrage de l’activation de nouveaux leviers de mobilisations nécessaires pour construire le rapport de force qui nous fera gagner la bataille de la libération des prisonniers.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).