Egunez egun…

PrintFriendly and PDF

PresoIheslariak

Août

4 août : à l’appel de sept collectifs féministes, une cinquantaine de personnes manifestent devant la mairie de Bayonne pour dénoncer les violences faites aux femmes durant la 90e édition des fêtes.

5 août : une ancienne cache d’ETA contenant des retardateurs, des détonateurs et du nitrate d’ammonium, est découverte dans un endroit reculé, près d’Accous en Béarn.

5 août : la France livre à l’Espagne la prisonnière de guerre Itziar Moreno Martinez, elle passe de la prison de Rennes à celle d’Alcalá près de Madrid, pour y être à nouveau “jugée”.

7 août : à l’appel d’Etxerat, 80 personnes manifestent sur la plage d’Hendaye et distribuent des tracts en faveur des prisonniers politiques basques.

9 août : en Garazi, le collectif Herribiltza inverse des panneaux de signalisation bilingues pour donner la prééminence à la version en euskara.

11 août : Le Figaro diffuse une interview d’Isabelle Schmitz faisant état d’un entretien-fleuve paru en juillet dans le Figaro-Histoire et passé inaperçu, du journaliste espagnol de droite, Pio Moa, qui impute à la gauche la responsabilité de la guerre civile d’Espagne.

13 août : Peio Etcheverry-Ainchart, élu abertzale de Donibane Lohizune et collaborateur d’Enbata annonce son retrait de la vie politique pour des raisons professionnelles.

13 août : 150 personnes du collectif anti-spéculation de Soule manifestent à Mauléon en faisant le tour des agences immobilières de la cité.

17 août : après une important mobilisation publique, la mairie d’Ascarat, via l’EPFL, achète deux maisons dont Harizpea et 31 hectares de terres agricoles à un prix raisonnable, coupant ainsi court à la spéculation.

18 août : le directeur de l’immigration du gouvernement basque Xabier Legarreta accuse la police française de “pratiquer des contrôles sélectifs et racistes” sur les migrants qui franchissent la frontière à Irun, favorisant la mafia des passeurs qui leur fait emprunter “des voies dangereuses où certains risquent leur vie et parfois en meurent”.

18 août : un riverain baptise “Leiba pasaia, chemin Leiba” une voie d’Hendaye où eut lieu en 1980, au Bar hendayais tenu par la famille Leiba, un attentat des escadrons de la mort du Batallón vasco español qui fit deux victimes, avant que, quatre ans plus tard, Jean Pierre Leiba fut assassiné par le GAL.

22 août : la guerre n’étant pas finie, l’État français livre le prisonnier politique basque Garikoitz Aspiazu “Txeroki” aux juges de l’Audiencia nacional pour être “jugé” sur un attentat qu’il aurait commis il y a 20 ans.

26 août : le préfet Eric Spitz annonce à Bunus, la création d’un comité territorial de lutte contre les baux frauduleux qui réunira les services de l’État concernés et le parquet de Bayonne pour “envisager des procédures pénales, administratives et fiscales” contre les fraudeurs, Alda s’en réjouit.

26 août : la police expulse un groupe de migrants réfugiés dans l’église d’Urrugne, le maire abertzale Filipe Aramendi le déplore, la fédération Etorkinekin-Diakité proteste et manifeste sur place le lendemain.

27-28 août : Larrau et la commune navarraise d’Uztarroze organisent une junte transfrontalière à l’image des faceries anciennes, pour protester contre la longue fermeture de la frontière par le préfet en janvier 2021.

28 août : la propriété de Berroeta à Arbonne est remise en vente pour trois millions d’euros, elle avait fait l’objet d’une intense mobilisation de Lurzaindia et ELB en 2021.

31 août : l’administration pénitentiaire espagnole annonce le transfert dans une prison du Pays Basque d’Unai Parot et de douze autres prisonniers de guerre.

 

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video