Figure de proue du combat corse, Max Simeoni s’est éteint

Max Simeoni

« Le sang ne tache pas les mains du peuple corse, il souille celles des hommes qui ont préparé, organisé et commandé un assaut stupide, inutile et inhumain ». Ainsi s’exprimait Max Simeoni, peu après l’occupation de la cave d’Aleria les 21-22 août 1975 par une quinzaine d’hommes, avec à leur tête son frère Edmond. La mort de deux gendarmes et un manifestant au pied arraché furent à déplorer. La voie de Max était tracée après cet acte fondateur du nationalisme corse, elle ne variera pas. Il est décédé le 9 septembre, à l’âge de 94 ans.

La démarche abertzale de Max Simeoni commença avec la fondation de l’ARC en 1967 —elle fut dissoute par le gouvernement français en 1975— et le lancement de l’hebdomadaire Arritti en décembre 1966 qui paraît toujours (1). Elle plonge en partie ses racines dans deux évènements qui mobilisèrent la Corse toute entière : un projet de création d’un centre d’essais nucléaires en Corse au début des années 60 et l’affaire des déchets de boues rouges toxiques, déversées dans le golfe de Gênes par une société pétrochimique italienne, la Montedison, en 1972 (2).

Il prend le maquis

Un an après Aleria où Max Simeoni se chargea de la partie communication et médias de cette affaire, et alors que son frère Edmond était toujours en prison, Max passe à l’action. Le 22 août 1976, il occupe et dynamite la cave viticole de Cohen Skalli à Aghione. Après quelques semaines de cavale dans le maquis, il se rend à la justice, est écroué, puis remis en liberté conditionnelle trois mois plus tard.
En 1977, avec son frère Edmond, Max Simeoni fonde l’UPC (Unione di u Populu Corsu). De graves problèmes cardiaques empêchent Edmond, déjà leader charismatique, de demeurer au premier plan. Max, le « stratège de l’ombre et le théoricien » doit prendre les rênes. Il est élu conseiller à l’assemblée de Corse en 1984. Son parcours politique prend une autre dimension lorsqu’il devient, cinq ans plus tard, le premier abertzale corse à faire son entrée au Parlement européen, à la faveur d’une alliance avec les Verts, conduite par Antoine Waechter. En troisième position sur la liste, Max Simeoni poursuit alors un objectif : « Internationaliser la question corse », en donnant un nouvel écho à la lutte nationaliste : « Cette échéance nous intéressait, disait-il, car elle nous offrait une tribune à une plus grande échelle, et le moyen d’attaquer Paris par l’extérieur, comme voulaient le faire toutes les régions d’Europe concernées par les problèmes de peuples minoritaires ».

Fondateur de l’ALE puis de Régions et peuples solidaires (RPS)

L’union des peuples minoritaires occupe une place centrale dans son action politique. Déjà en 1981, il participe à la fondation de l’Alliance libre européenne (ALE), à laquelle adhèrent 46 partis défendant le droit à l’autodétermination des peuples et la diversité culturelle et linguistique. « Son objectif était avant tout de fédérer pour donner davantage de poids à notre lutte », indique l’infatigable militante corse Fabienne Giovannini, élue territoriale et longtemps cheville ouvrière d’Arritti. En 1994, Max Simeoni s’inscrit parmi les membres fondateurs de la fédération Régions et peuples solidaires (RPS), un mouvement rassemblant, à l’échelle de la France, des partis régionalistes basques, bretons, alsaciens, catalans, occitans et corses. La liste qu’il conduit n’obtiendra aucun élu aux élections européennes de 1994. Mais la démarche est lancée, elle sera poursuivie par François Alfonsi, aujourd’hui député européen.

Max Simeoni maintint vivant un courant de pensée pendant des années terriblement difficiles. A une époque où le FLNC occupait une large part de l’espace politique abertzale et se voulait hégémonique, avant de sombrer dans les dérives et les guerres fratricides que l’on sait. « Il a compris très tôt que la lutte ne pouvait pas se limiter à la protestation, mais qu’il fallait structurer le mouvement et conscientiser le peuple », précise Fabienne Giovannini. Quant au député abertzale de Haute-Corse, Jean-Felix Acquaviva, il rappelle sa « foi inébranlable dans la lutte du peuple corse et la démocratie. S’organiser pour convaincre et non contraindre ». Tel fut le sens du combat exemplaire de Max Simeoni.

Présent en Iparralde

C’est peu dire que d’affirmer les liens forts qui unirent Max Simeoni avec les abertzale d’Euskadi Nord et en particulier Jakes Abeberry qui devint un ami personnel. Les relations se sont concrétisées au fil de plusieurs batailles. Tout d’abord en juin 1989, lorsque Max Simeoni parvint à se faire élire député européen sur la liste des Verts. Pour Iparralde, Ramuntxo Camblong figurait sur cette liste qui marqua la naissance du vote écologiste en France.

A côté de la Grande plage de Biarritz en juin 1989, de gauche à droite : Ramuntxo Camblong, Antoine Waechter, Jakes Abeberry et Max Simeoni.

Quelque temps plus tard, le journal Enbata organisa une conférence-débat à la salle Aranzola d’Arbona, sur le thème du nouveau statut de l’Île de Beauté. Max Simeoni était invité aux côtés du penseur des minorités nationales Guy Héraud, alors professeur de faculté à Pau. Etait également présent un éminent juriste, Thierry Michalon, auteur de nombreuses recherches sur l’évolution statutaire de la Corse et de l’Outre-mer.

De gauche à droite : Jakes Abeberry, Guy Héraud, Max Simeoni et Thierry Michalon.

Faute d’accord avec les Verts, Max Simeoni se présenta aux élections européennes de juin 1994 à la tête de la liste Régions et peuples solidaires. Elle comprenait des abertzale d’Iparralde et de nombreux représentants des minorités nationales de l’Hexagone. Enbata fit activement campagne en sa faveur, comme en témoigne le dossier de presse ci-dessous.

  
 
Enfin quelques articles et documents témoignant du soutien indéfectible de Max Simeoni à nos combats.

Max Simeoni prononce une allocution au congrès d’Euskal Batasuna le 9 janvier 1994.
Max Simeoni prononce une allocution au congrès d’Euskal Batasuna le 9 janvier 1994.

Le 11 novembre 1990, Max Simeoni manifeste en faveur de la signalisation routière en euskara, aux côtés des élus Claude Harlouchet et Jakes Abeberry, ainsi que de Jakes Aurnague (Euskal Batasuna).


(1)
Arritti résista à tout, y compris au plasticage de son imprimerie par des barbouzes le 14 mai 1977. Jusqu’à ses derniers jours, Max Simeoni demeura l’éditorialiste parfois mordant de l’hebdomadaire.
(2) Cette affaire des boues rouges de Corse posa pour la première fois sur le plan juridique la question des dommages écologiques.

Quelques films assez passionnants et pédagogiques, pouvant servir de base de réflexion et de formation. Ce sont aussi de grandes leçons politiques qui font écho à notre combat :

Après l’affaire d’Aleria, nuit d’émeute et réaction de Max Simeoni:
https://mediaclip.ina.fr/fr/rac99000960-apres-la-nuit-d-emeutes-a-bastia-reaction-de-max-simeoni-secretaire-de-l-arc.html

Un reportage sur le journal Arritti, présenté par son fondateur, Max Simeoni (son un peu faible): https://www.youtube.com/watch?v=q-mT8cs27pw

Résumé de l’affaire d’Aleria: https://www.youtube.com/watch?v=a0Kt_dKkRRI

Film sur l’affaire d’Aleria : https://www.youtube.com/watch?v=WLjj1vBQuSM

Les frères Simeoni se rebellent contre le projet d’implantation en 1960, d’un centre d’essais nucléaires à Argentella, dans la région corse de Balagne, sur un site d’anciennes mines de plomb argentifère : https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/affaire-argentella-quand-france-voulait-faire-corse-son-laboratoire-nucleaire-1835334.html

Deux vidéo sur l’affaire des boues rouges de la Montedison : https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/aj00000001964/retrospective-sur-l-affaire-des-boues-rouges et https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/aj00000013392/affaire-des-boues-rouges-montedison-indemnisera-deux-departements

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

Une réflexion sur « Figure de proue du combat corse, Max Simeoni s’est éteint »

  1. Chers confrères et amis,
    ARRITTI vous remercie profondément pour l’hommage que vous rendez à son fondateur, Max SIMEONI, fondateur du nationalisme corse, cofondateur de la Fédération R&PS, de l’ALE (EFA Party) et de la Fondation Maurits Coppieters.
    Notre hebdomadaire lui rend hommage dans un numéro spécial qui lui est entièrement consacré dans lequel il délivre lui-même son message au travers de son dernier éditorial et des itw qu’il avait données.
    Vous pouvez vous le procurer sur le mail : [email protected] ou par Messenger sur notre page : https://www.facebook.com/Arritti ou encore notre site internet : https://arritti.corsica/cuntattu/
    ARRITTI continuera à diffuser sa parole dans ses colonnes. A so voce ùn si spenghjerà.

Les commentaires sont fermés.