Le Covid, jusqu’aux confins du monde

CovidBrasilDurement touché par la pandémie, la politique de Jair Bolsonaro menace les populations indigènes d’Amazonie, particulièrement sensibles et déjà dévastées, dans leur histoire, par les “maladies de blancs”. Des organisations s’alarment des “conséquences génocidaires” de la crise.

Près de 90% des populations précolombiennes auraient été dévastées par des “maladies de Blancs” comme la rougeole ou la variole ; est-ce que le Covid-19 leur portera le coup de grâce ?

Au Brésil, durement touché par la pandémie, plusieurs organisations représentatives des peuples autochtones d’Amazonie s’alarment des possibles “conséquences génocidaires” de la pandémie qui survient dans le contexte d’une offensive du Président brésilien Jair Bolsonaro pour s’approprier leurs terres.

Depuis le XVIe siècle, les peuples autochtones de l’Amazonie succombent à des virus contre lesquels ils n’ont aucune défense immunitaire.

Dans les années 80 par exemple, plus du tiers du peuple Matis mourut peu après avoir pris contact avec le monde “civilisé”. L’arrivée du coronovirus est donc redoutée, d’autant plus que le mode de vie communautaire de ces populations favoriserait sa propagation. Et même si le virus épargnait les plus jeunes, “si l’on perd les personnes âgées et leur savoir, dont découle l’organisation de la société, c’est le chaos”, explique un universitaire brésilien interviewé par la BBC.

Stratégie d’isolement

Pour éviter une telle perspective, toute autorisation d’entrée sur les terres indigènes est suspendue depuis la mi-mars, et les différentes populations se sont réparties en petits groupes isolés dans la forêt, comme elles l’avaient fait dans les années 70-80 face à d’autres épidémies. Cette stratégie d’isolement renforcé des peuples autochtones se heurte cependant à deux obstacles.

Le premier est qu’une partie de ces populations est devenue dépendante des aides sociales et n’est plus capable de subvenir à ses besoins par la chasse ou l’agriculture. Si elles doivent retourner dans les villes pour s’approvisionner —et à ce jour aucun plan d’approvisionnement des villages autochtones n’est prévu— le risque est grand qu’elles se contaminent et transmettent le virus au reste de leur communauté. Les organisations indigènes s’en inquiètent d’autant plus que leur système spécifique de santé, créé en 2010 par Lula, est affaibli par les attaques répétées de ses opposants, et en particulier de Bolsonaro qui souhaite le supprimer.

Dans ce tableau bien noir,
on peut toutefois distinguer une petite lueur.
Un juge brésilien vient d’interdire aux missionnaires évangéliques
d’entrer en contact avec des peuples d’une vallée amazonienne

Le deuxième danger susceptible de limiter l’efficacité de l’isolement volontaire des peuples autochtones est leur proximité désormais importante avec les mineurs, bûcherons et éleveurs illégaux, sans oublier les missionnaires évangéliques.

Les présences de ces derniers sont d’ailleurs très mal vécues par les organisations indigènes. Une responsable réagissait ainsi à la nomination par Bolsonaro de Ricardo Dias, un ancien missionnaire évangélique, à la tête du département pour les peuples non contactés : “le gouvernement brésilien a pris la décision, en toute connaissance de cause, d’ouvrir les territoires autochtones aux missionnaires évangéliques, comme une étape clé dans la prise de contrôle de leurs terres et l’exploitation de leur or, minéraux, bois et autres ressources.

Posture de missionnaire

Dias est en effet un ancien membre du groupe évangélique fondamentaliste New Tribe Mission (NTM). Connue pour forcer le contact avec les peuples les plus reculés, la NTM n’hésitait pas dans les années 70-80 à recourir à de véritables chasses à l’homme et elle est responsable dans les années 90 de la disparition d’un peuple autochtone, éradiqué par des maladies transmises par ses missionnaires… La NTM ayant récemment annoncé avoir fait l’acquisition d’un hélicoptère pour mener une campagne d’évangélisation de grande envergure, la nomination de Dias est vécue comme une remise en cause de la politique, en vigueur depuis 1987, de ne pas forcer le contact avec les peuples autochtones. Comme le souligne Survival International, les missionnaires, en forçant le contact, accomplissent la première phase d’un processus d’appropriation des ressources des populations autochtones.

Pour la deuxième phase de ce processus, Bolsonaro a dévoilé en février un projet de loi visant à ouvrir les terres indigènes à l’exploitation minière et à l’agriculture commerciale. Une expropriation qu’il assume complètement : “les terres des indigènes sont trop vastes, et leurs ressources doivent être partagées avec le reste de la population”.

Sans surprise, on voit les exploitations illégales se multiplier, la déforestation progresser (+50% sur le premier trimestre 2020 par rapport à 2019) et, par conséquent, les contacts avec de potentiels porteurs du virus deviennent de plus en plus probables.

Dans ce tableau bien noir, on peut toutefois distinguer une petite lueur. Un juge brésilien vient d’interdire aux missionnaires évangéliques d’entrer en contact avec des peuples d’une vallée amazonienne, basant son jugement sur le fait que “les Indiens non-contactés sont particulièrement vulnérables”.

Les organisations indigènes parlent du “meilleur verdict” possible et c’est assurément une entrave à ce que ces organisations appellent le “plan génocidaire” de Bolsonaro.

Malheureusement, les exploitations sauvages profitent de la situation créée par le Covid-19 puisque le personnel chargé de la surveillance des réserves indigènes a, en grande partie, été mis en arrêt de travail. Et si les besoins en bois de construction ont baissé avec la crise, le prix de l’or a monté et des milliers de personnes privées de leurs ressources voient dans l’orpaillage sauvage une rare source de possibles revenus. Car la société brésilienne n’est pas non plus en grande forme… “Si un système doit s’effondrer, s’indigne une représentante autochtone qui appelle le Covid-19 à un peu de discernement, c’est l’économie basée sur l’exploitation violente de la terre et des peuples”.

 

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).