Lehendakari

Lehendakari
Iñigo Urkullu eta Jean-René Etchegaray (février 2017)

L’Edito du mensuel Enbata

« Ce pôle métropolitain Pays de Béarn est comme l’instrument d’un rééquilibrage territorial vis-à-vis de la Communauté d’agglomération Pays Basque”, telle est une partie du texte fondateur de l’institution béarnaise créée le 18 janvier 2018 par arrêté préfectoral. François Bayrou, maire de Pau, qui a été porté à la présidence, a rappelé en préambule la riche histoire du Béarn, État indépendant régi au XIIe siècle par les Fors de Béarn, fondements d’une démocratie unique en son genre à l’époque.

Ce nouveau pôle métropolitain regroupe sept des huit intercommunalités béarnaises. Manque celle du Pays de Nay. Elle compte 327.154 habitants. Cette structure, prévue par la loi NOTRe, est une fédération d’intercommunalités qui ne perçoit pas l’impôt et dont le budget se nourrit de la contribution volontaire de ses membres. On voit ici les limites de l’exercice qui ne veut pas laisser aux seuls Basques la volonté d’une affirmation collective identitaire fondée sur une histoire et une culture singulières, mais refuse, par le choix d’une fédération d’intercommunalités existantes, l’intégration démocratique de toutes ses communes pour la gestion unique d’un destin commun.

Mais au-delà de cette frilosité, en s’affichant Béarn, nos voisins vident du même coup la raison d’être du département, le dévitalisant de l’intérieur, que le député basque à l’Assemblée de 1789, Joseph Garat, jugeait contre-nature. Le cours inexorable du quotidien rendra, sans nul doute, justice à notre conventionnel d’Ustaritz.

Il suffit pour cela d’observer le rapide investissement des élus basques dans la nouvelle institution qui nous est propre. Il est vrai que, côté basque, cette conscientisation vient de loin. Comme un contrepoint à l’éveil abertzale de la population, nos élus ont appris à se rencontrer, à élaborer ensemble un futur, à s’organiser pour débattre avec l’État en rencontrant à Paris le ministre de l’Intérieur, dans le cadre du Conseil des élus. Parallèlement, il revenait au Biltzar de défendre une institution en soutenant la création d’un département Pays Basque, fort du vote personnel de 64% des maires. Comme fut également remarquable la candidature à trois élections sénatoriales des maires d’Idaux-Mendy, d’Espelette et d’Arbérats, Frantxoa Dascon, Andde Darraidou et Xalbat Bacho, porteurs du département Pays Basque. C’est ainsi que, peu à peu, s’est opéré le grand renversement de nos élus qui, en trois décennies, sont passés de l’hostilité ouverte, voire militante, anti-basque, à l’engagement pour l’euskara, la défense des réfugiés, de l’institution spécifique. C’est Max Brisson, qu’on ne voyait pas là, qui construit et préside l’Office public de la langue basque lorsqu’il affronte préfet et recteur pour conventionner Seaska avec l’État. C’est l’unanimité de nos parlementaires qui, par défaut et sur lettre du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, missionne le préfet pour accompagner les votes des 158 conseils municipaux de nos trois provinces afin de créer, le 1er janvier 2017, la Communauté d’agglomération Pays Basque.

C’est le soutien à Laborantza Ganbara dans ses procès avec l’État où s’illustra l’avocat Jean-René Etchegaray. C’est l’engagement de ce dernier dans Batera et sa présence à ses manifestations, dont certaines face aux forces de l’ordre. C’est sa présence à la conférence d’Aiete pour le cessez-le-feu d’ETA, puis avec les artisans de la paix, la remise des armes clandestines, le 8 avril 2017 en Iparralde, avec la complicité, acceptée par Paris, des juges et des polices… Dans ce grand basculement, il faut reconnaître à Jean-René Etchegaray une place déterminante pour avoir réussi, par une présence sur l’ensemble du territoire et de ses conseils municipaux, la conception à Hasparren et la mise en place de l’agglomération unique Pays Basque dont il fut porté à la présidence. C’est pour cela que beaucoup de journalistes le nomment sympathiquement Lehendakari. C’est pourquoi la mauvaise humeur manifestée à l’encontre de Jean-René Etchegaray par le président du gouvernement basque, Iñigo Urkullu, dans Sud Ouest, lors de la rencontre internationale d’Arnaga, le 2 mai dernier, officialisant la dissolution d’ETA, a été mal vécue, y compris parmi les membres du PNV d’Iparralde : “il y a sans doute trois présidents de collectivités, une en France, la Navarre et le Pays Basque, mais il n’y a qu’un seul Lehendakari, et sans jouer les immodestes, il est ici”.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).