Les abertzale prennent la main

PrintFriendly and PDF

EHBai

Deux jours après la présidentielle française, EHBai est entré en campagne pour les élections législatives. Plutôt qu’un troisième tour, les abertzale souhaitent aborder ce rendez-vous comme l’élection de représentants des alternatives locales à l’Assemblée.

C’est un euphémisme de souligner que le débat de l’élection présidentielle n’aura pas abordé les questions fondamentales qui concernent les habitant. es. Nous abordons ces élections avec détermination, responsabilité et une volonté farouche de proposer une alternative crédible. Nous appelons à jouer la carte EHBai afin de construire un avenir meilleur, plus durable, plus juste et plus solidaire.

Comme dans d’autres territoires, les mobilisations ont été multiples en Pays Basque Nord, au cours des dernières années, en faveur de la justice sociale, contre les discriminations, pour aider les migrant.es, freiner le changement climatique, promouvoir l’agriculture durable, stopper la spéculation foncière, faire du droit au logement pour tou.tes une réalité et pour créer des alternatives collectives tournant le dos au “chacun.e pour soi”.

La candidature EH Bai souhaite faire entendre la voix de toutes les luttes et alternatives d’émancipation du Pays Basque Nord. Dans le même temps, nous sommes convaincu.es que le soutien recueilli dans les urnes favorisera et renforcera le rapport de force en faveur de ces luttes et de ces alternatives.

C’est pourquoi nous disons que c’est “à nous de jouer”.

La construction d’un autre monde est déjà en cours ici et le Pays Basque est une échelle adéquate pour cela.

Des députés EHBai à Paris c’est l’assurance d’une voix qui porte, d’une voix qui compte. Le travail mené ces cinq dernières années par les trois députés corses ou le député Paul Molac par exemple, montre l’importance de faire rentrer au Palais Bourbon des députés qui défendent les sujets locaux dans l’intérêt des habitant.es.

Transition écologique

Les rapports du GIEC se succèdent, l’urgence climatique est une réalité qui ne peut plus être ignorée. Et pourtant, le premier mandat d’Emmanuel Macron a été un mandat climaticide. Cinq années précieuses ont été perdues. Avec la relance de projets inutiles et dangereux comme la nouvelle voie LGV, par exemple, ou le soutien permanent aux filières agricoles intensives et productivistes…

Iparralde doit envoyer des député.es pro-climat à l’Assemblée Nationale qui seront force de propositions en matière de mobilités douces, de sobriété énergétique, d’un modèle d’économie circulaire basé sur les circuits-courts favorisant les emplois non délocalisables et les productions moins carbonées.

Notre territoire porte des alternatives, principalement d’origine associative et citoyenne, qui méritent d’être soutenues par des cadres légaux et réglementaires beaucoup plus favorables. Les débats sur le glyphosate, le développement du nucléaire, les financements à grands coups de milliards du secteur aérien et automobile ont bien montré qu’Emmanuel Macron et les députés du Pays Basque Nord ne sont pas à la hauteur des enjeux en matière de climat. Pire encore, après avoir fait travailler des citoyen.nes lors d’une convention, la quasi intégralité des mesures issues de cet exercice de démocratie participative n’a trouvé aucune traduction légale et a tout simplement été balayée d’un revers de main.

Porter à Paris les changements nécessaires

Ces dernières années —et la crise sanitaire a accentué le phénomène—, la spéculation immobilière entraîne une envolée des prix qui laisse de plus en plus de monde dans des situations de logements précaires inacceptables. Nous avons besoin de député.e.s qui portent des changements législatifs audacieux afin de mettre en place des mesures réellement incitatives et innovantes contre le mal logement, les locations type Airbnb ou les résidences secondaires qui privent les habitant.es à l’année d’accéder à un toit, pour la préservation du foncier agricole et la rénovation des anciens logements. Sur cette thématique, notre proposition phare est la mise en place d’un statut de résident. Il consiste à réserver l’accession à la propriété aux personnes ayant déjà vécu —au titre de locataire par exemple— sur le territoire. Loin d’être une mesure de fermeture, elle permettra de réduire drastiquement la prolifération des résidences secondaires. Portée également en Corse ou en Bretagne, il est impératif que cette mesure soit inscrite à l’agenda du Parlement dès le prochain mandat.

Une campagne plus globale

Ces mesures ne sont pas exhaustives. Nous mènerons une campagne de proximité en allant à la rencontre des habitant.es du Pays Basque Nord. Bien que de dimension hexagonale, les élections législatives sont avant tout des élections de proximité. Le Pays Basque Nord doit envoyer à Paris des députés qui portent des propositions de changements législatifs permettant de renforcer le modèle de société alternatif et durable dont nos territoires et leurs habitant. es ont besoin.

Egoitz Urrutikoetxe, candidat sur la 4è circonscription. 

Mathilde Hary, candidate sur la 5è circonscription. 

Peio Dufau, candidat sur la 6è circonsription.

Un commentaire

  1. ANTTON B
    Publié le 14/05/2022 à 00:32 | Permalien

    Oui la bataille des législatives vient de commencer , avec sont lot de propositions qui pour moi ne sont pas trés réfléchie !
    Article de médiabask du 13 mai 2022 , sur les candidats Urrutikoetxea et Lekumberri qui proposent un smic a 1500 euro nets . La majorité des entreprises du Pays Basques sont des petites entreprises qui avec l augmentations de toutes les matières premières et ènergie , n ont pas les moyens financier de payer un smic a 1500 euro nets et rajouter 400 a 500 euro de cotisations . Donc les petites entreprises du Pays Basque seront obliger de mettre des gens a la porte et peut étre aussi fermer boutique . Pendant se temps là , les multinationales ( qui ont les moyens de payer ) vont augmenter leurs dominations ( mais aussi la fuite de leurs bénéfices ) sur le Pays Basque .
    Donc il faut deux smic différent :
    Conserver le smic actuel pour les petites entreprises .
    Passer a un smic a 1500 euro nets pour les entreprise internationales ou multinationales ( Mc Donald , Burger King , Zara , H § M , Ikea , Leroy Merlin , Intermarché , Lidl ect …..) et leurs augmenter l’impots sur les sociétés .
    EHBai doit devenir un parti de masse et il ne faut surtout pas se mettre les petites entreprises et entreprise individuelle a dos ! Et l indépendance du Pays Basque leur apportera beaucoup ( un peu moins de taxes , 80% de paperasses administratives en moins , plus d aides a l investissements , une grande banque nationale pour emprunter , un marché intérieur plus protéger pour pouvoir se développer ) .

    Autre sujet . Parler de l écologie c’est bien . Mais la plupart des gens ne savent pas ceux que c’est que le GIEC , parce que ce n’est pas leur priorités du moment , ni de leurs générations .
    Donc quand on parle d écologie , il faut parler reboisements , pose de panneaux solaires , diminutions des pesticides et surtout éviter le mot INTERDICTION qui a fait passer EELV pour un parti Stalinien !!!

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Connect with Facebook

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video