« Les abertzales sont dans un projet pour leur pays »

PrintFriendly and PDF
RafaVALDIVIELSO

Rafa VALDIVIELSO

ENBATAk 60 urte

Rafa VALDIVIELSO, militant associatif (Jeunesse/éducation populaire, environnemental…), montagnard, membre fondateur d’Auñamendi, coordinateur Collectif Larrun Patrimoine Commun, délégué local EHBAI-Biarritz.

L’abertzalisme avance, dans un engagement bien perçu celui d’un combat quotidien en défense en tout premier lieu de son cadre et territoire de vie, de l’euskara et de sa culture. Sur les luttes citoyennes actuelles,  les abertzale  dénoncent le centralisme, les systèmes en place, interviennent sur les questions sociales, environnementales, soulevant maints dossiers. 

Bel et Bon anniversaire de 60 années de parutions à Enbata!  Depuis les années 68, j’ai pu lire un max d’hebdomadaires, toujours avec intérêt tant ceux-ci collaient à la peau de notre Euskal-Herri !

J’ai parcouru le dossier Enbata et écologie politique, (N° 2355 de mars 2020) et me suis posé la question du comment répondre par un témoignage à l’invitation d’Enbata alors que l’article d’Ellande Duny-Petré très complet, fort bien écrit, retrace avec pertinence les luttes environnementales d’une époque (années 1970) où les abertzale ne pouvaient qu’être présents !

Les provinces d’Iparralde vivaient « l’évolution d’une époque », avec l’installation des grandes surfaces et la disparition des petits commerces, la désindustrialisation, modeste peut-être par rapport au Sud ou aux grands centres de l’Hexagone, mais en tous cas importante pour l’emploi, provoquant l’exode de notre jeunesse (fin des usines de chaussures à Hasparren, fermetures : Biarritz Shoes,  la Cotonnière à Anglet, Conserveries…).

La côte et l’intérieur connaissaient de fortes pressions pour l’aménagement touristique (lacs sur Iholdy et Saint-Pée, golfs multiples, ports de plaisances (Untxin-Zokoa, Xingudi-Hendaia, la Barre/Angelu) à Biarritz, (Miramar, Victoria-Surf, Port-Vieux, Côte des basques, Ilbarritz), la réalisation de l’autoroute, l’aménagement de la montagne avec des projets aux Arbailles, Irati, Larrun… l’opposition aux centrales nucléaires dont celle envisagée à Port-de-Lanne/Peyrehorade…

J’ai pu participer à grand nombre de ces luttes, batailles, avec divers militants et associations, (citées dans le dernier N°2355 d’Enbata) dont je relèverais également celle de Jeunes et Nature et l’engagement remarqué d’un leader Pierre Lebaillif, brillant orateur, avec son jeune âge, qui a drainé autour de lui nombre de jeunes lycéens… avançant aux sources de la Bidouze à l’intention de Frank Dubosq un retentissant « que la montagne soit à tout le monde, mais d’abord aux basques » Il entama une carrière dans l’administration auprès des ministères parisiens (période Giscard) et apparurent quelques divergences d’interprétations (réf dossier Larrun…). Honneur en tous cas à ce brillant leader, trop tôt disparu, également aux militants de Pays basque Ecologie, pour leur persévérance et actions menées (Port Chiberta, Sepanso),  à toute l’équipe du Comité de Défense d’Ilbarritz engagée sur un difficile, long, monumental mais victorieux dossier, l’annulation d’un important programme de résidences en front de mer à Bidart, en atteinte à la loi littoral…

Une constance : être toujours là !

Enbata été acteur de par une équipe engagée non seulement à la rédaction, mais aussi dans le débat et l’action sur le terrain politique, social, urbain, environnemental, culturel et un témoin, avant-gardiste dont Euskal-Herri avait et a toujours besoin.

Un journal, arbertzale, militant, posant les problèmes, les dossiers. relatant l’actualité et les événements d’Euskadi à une époque cruciale, celle de la lutte contre le franquisme, les conflits armés, ETA, Iparretarrak, les réfugiés politiques, leur défense, le procès de Burgos, les grèves de la faim en soutien aux prisonniers, aux Ikastolas, les luttes en Iparralde, dont l’engagement de la jeunesse, la création et développement des IKASTOLAS, le coopérativisme …

Je tirerais un grand chapeau à tous ces rédacteurs, dont je ne pourrais citer que quelque uns, (le journal ne pourrait-il nous en rappeler la liste !). Mention spéciale en tous cas à Jakes Abeberry Editorialiste sans faille qui vient de fêter ses 90 ans « Zorionak Zuri Jauna« , à tous les autres connus ou plus à l’ombre méritant l’honneur, sans oublier Ellande Duny-Petré pour son dossier sur Enbata et écologie politique.

Sur les luttes citoyennes actuelles, les abertzales dénoncent le centralisme, les systèmes en place, interviennent sur les questions sociales, environnementales, soulevant maints dossiers.

On peut citer : luttes pour le climat, les pollutions (air, océan), la mobilisation contre la LGV inutile et coûteuse, les projets de résidences secondaires, la protection des sites (projets Mouriscot-Ilbarritz actuels, Marbella à Biarritz, Larrun…).

Dans les actions dont celles menées par le secteur associatif (CADE, BIZI) avec divers groupes d’habitants qui dans les villes et secteurs prennent le devenir de leur cadre de vie en main, ils dénoncent les nuisances sur la santé, les compteurs Linky et les méfaits des ondes magnétiques des projets de la 5G, demandant le respect du choix des citoyens de dire oui ou non aux technologies dangereuses, imposées… la nécessité de développer les transports en commun, l’aménagement de pistes cyclables, l’autonomie alimentaire pour le développement de circuits courts, des AMAPS, les cultures maraîchères et produits bio, soutiennent les paysans, (EHLG), s’investissent dans l’obtention de nouveaux équipements pour les Ikastola, dans les campagnes Batera (pour la revendication d’un cadre administratif spécifique), le Conseil de développement, les diverses élections, la gestion de communes… encore dans les luttes féministes, contre les discriminations, pour les libertés, la défense et l’accueil des les migrants, la fin du conflit, la libération de tous nos Presos, le processus de paix, etc.

Les abertzales sont dans un projet pour leur pays. Oui, l’abertzalisme avance, dans un engagement bien perçu, celui d’un combat quotidien en défense en tout premier lieu de son cadre et territoire de vie, de l’euskara et de sa culture. La force, l’apport concret d’Enbata a été durant 60 ans, un accompagnement des hommes et les femmes de ce pays.

Enbata60Urte

Un commentaire

  1. DANIEL JUNQUAS
    Publié le 01/11/2020 à 11:17 | Permalien

    Irakurri eta onartu. Biziki ongi Rafa !
    Daniel (ancien de Jeunes et Nature du temps de Pierre Lebaillif, de Pays Basque Ecologie et de BIZI!)

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video