Paranoïa identitaire

ParanoiaPour beaucoup d’observateurs la France va mal car elle est irréformable. La France politique s’ingénie à détruire la diversité naturelle et humaine de sa base géographique qui fait pourtant l’essentiel de sa richesse. Voici les causes et les conséquences d’un étatisme monolithique qui corsète l’initiative et obère l’efficacité.

La France est la plus étendue et la plus favorisée des puissances moyennes (550.000 km2), mais par son PIB elle ne se situe qu’au 5ème rang mondial, derrière le Japon (373.000) et l’Allemagne (357.000), tout juste devant la Grande Bretagne (253.000) et l’Italie (301.000).

Elle devrait surclasser ces quatre Etats, non seulement par sa superficie, mais aussi par sa richesse naturelle, avec les meilleurs climats du monde, de larges façades maritimes et l’abondance des sols fertiles, des cours d’eau navigables, de la végétation, des espèces animales exploitables, etc.

Cette richesse est  aussi dans son incroyable diversité géographique : 400 petits pays, avec chacun ses paysages, matériaux, métiers et traditions culturelles, voire techniques, son architecture, son fromage, sa boisson locale, sa gastronomie, son parler qui est parfois une autre langue…

Au nom d’une identité abstraite, désincarnée, purement cérébrale qu’elle n’arrive pas à définir de façon convaincante et qui déchaîne la polémique, la France politique s’ingénie à détruire la diversité naturelle et humaine de sa base géographique qui fait pourtant l’essentiel de sa richesse.

Elle croit fanatiquement à la supériorité universelle du modèle fusionnel, centralisateur et uniformisateur, alors que l’efficacité globale de ce système est largement démentie par l’exemple contraire de l’Allemagne fédérale et de la Confédération Helvétique, sans chercher plus loin. L’étatisme est un corset de fer qui paralyse l’action, comme la lourde cuirasse des chevaliers français face aux mobiles archers anglais de Crécy et d’Azincourt. A la suite de ces chevaliers arrogants qui piétinèrent leurs propres fantassins, il écrase l’initiative des personnes et des terroirs.

Dans l’Etat français, tout vient d’en haut, et pour la base c’est “cause toujours”.

Peur irrationnelle

La France officielle est hantée par la peur irrationnelle de l’éclatement, elle a l’obsession de renforcer son unité qui est déjà beaucoup trop forte et contraignante. L’Etat français est une construction en béton armé qui ne risque pas de se déliter dans un avenir prévisible, mais qui peut s’engloutir en bloc de par sa pesanteur. Quant à la France, indépendamment de l’Etat, elle est d’abord une forteresse terrienne, la Gaule de César, dont la cohérence est évidente sur la carte. Le vaste Bassin Parisien étend facilement ses bras, d’un côté vers le Poitou et l’Aquitaine jusqu’aux Pyrénées, de l’autre par le couloir de la Saône et du Rhône jusqu’à la Méditerranée. L’épée de Louis XIV et de Napoléon 1er a taillé dans le vif et coupé les virages, la République également absolutiste a repris l’héritage royal et renforcé le quadrillage, imposant aussi le régime de la langue unique.

Mais trop d’unité stérilise le jaillissement de l’initiative et tue la diversité. Le principal ennemi de la France ne serait-il pas son propre Etat, ce patriarche abusif qui tient ses gens en tutelle ?

A mon avis, le territoire de la France et ses peuples ont un bel avenir, car la richesse renouvelable est appelée à rebondir après le tarissement des mines et des énergies fossiles. Je n’en dirais pas autant de l’Etat français qui me paraît dinosaurien, lourd et rigide, aussi peu réformable que le fut l’Etat soviétique. A nous tous de lui survivre dans un monde alternatif.

La réforme régionale sera-t-elle autre chose qu’une recentralisation ? Géographiquement, elle va éloigner les gens des centres de décision, et surtout diluer leur attention dans un vaste espace difficile à identifier, comme lors des élections européennes. De ce point de vue, nous avons la chance d’être petits, comme les espèces qui échappèrent à l’effondrement des dinosaures. Ne baissons pas les bras, continuons à travailler pour une organisation territoriale adaptée aux besoins et aux projets de la Soule, de la Basse Navarre et du Labourd.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

Une réflexion sur « Paranoïa identitaire »

Les commentaires sont fermés.