Paranoïa identitaire

PrintFriendly and PDF
Jean-Louis Davant
Jean-Louis Davant
Enseignant agricole à la retraite, écrivain, membre de l'Académie de la Langue Basque, co-fondateur d'Enbata et d'EHAS.
D'autres articles

ParanoiaPour beaucoup d’observateurs la France va mal car elle est irréformable. La France politique s’ingénie à détruire la diversité naturelle et humaine de sa base géographique qui fait pourtant l’essentiel de sa richesse. Voici les causes et les conséquences d’un étatisme monolithique qui corsète l’initiative et obère l’efficacité.

La France est la plus étendue et la plus favorisée des puissances moyennes (550.000 km2), mais par son PIB elle ne se situe qu’au 5ème rang mondial, derrière le Japon (373.000) et l’Allemagne (357.000), tout juste devant la Grande Bretagne (253.000) et l’Italie (301.000).

Elle devrait surclasser ces quatre Etats, non seulement par sa superficie, mais aussi par sa richesse naturelle, avec les meilleurs climats du monde, de larges façades maritimes et l’abondance des sols fertiles, des cours d’eau navigables, de la végétation, des espèces animales exploitables, etc.

Cette richesse est  aussi dans son incroyable diversité géographique : 400 petits pays, avec chacun ses paysages, matériaux, métiers et traditions culturelles, voire techniques, son architecture, son fromage, sa boisson locale, sa gastronomie, son parler qui est parfois une autre langue…

Au nom d’une identité abstraite, désincarnée, purement cérébrale qu’elle n’arrive pas à définir de façon convaincante et qui déchaîne la polémique, la France politique s’ingénie à détruire la diversité naturelle et humaine de sa base géographique qui fait pourtant l’essentiel de sa richesse.

Elle croit fanatiquement à la supériorité universelle du modèle fusionnel, centralisateur et uniformisateur, alors que l’efficacité globale de ce système est largement démentie par l’exemple contraire de l’Allemagne fédérale et de la Confédération Helvétique, sans chercher plus loin. L’étatisme est un corset de fer qui paralyse l’action, comme la lourde cuirasse des chevaliers français face aux mobiles archers anglais de Crécy et d’Azincourt. A la suite de ces chevaliers arrogants qui piétinèrent leurs propres fantassins, il écrase l’initiative des personnes et des terroirs.

Dans l’Etat français, tout vient d’en haut, et pour la base c’est “cause toujours”.

Peur irrationnelle

La France officielle est hantée par la peur irrationnelle de l’éclatement, elle a l’obsession de renforcer son unité qui est déjà beaucoup trop forte et contraignante. L’Etat français est une construction en béton armé qui ne risque pas de se déliter dans un avenir prévisible, mais qui peut s’engloutir en bloc de par sa pesanteur. Quant à la France, indépendamment de l’Etat, elle est d’abord une forteresse terrienne, la Gaule de César, dont la cohérence est évidente sur la carte. Le vaste Bassin Parisien étend facilement ses bras, d’un côté vers le Poitou et l’Aquitaine jusqu’aux Pyrénées, de l’autre par le couloir de la Saône et du Rhône jusqu’à la Méditerranée. L’épée de Louis XIV et de Napoléon 1er a taillé dans le vif et coupé les virages, la République également absolutiste a repris l’héritage royal et renforcé le quadrillage, imposant aussi le régime de la langue unique.

Mais trop d’unité stérilise le jaillissement de l’initiative et tue la diversité. Le principal ennemi de la France ne serait-il pas son propre Etat, ce patriarche abusif qui tient ses gens en tutelle ?

A mon avis, le territoire de la France et ses peuples ont un bel avenir, car la richesse renouvelable est appelée à rebondir après le tarissement des mines et des énergies fossiles. Je n’en dirais pas autant de l’Etat français qui me paraît dinosaurien, lourd et rigide, aussi peu réformable que le fut l’Etat soviétique. A nous tous de lui survivre dans un monde alternatif.

La réforme régionale sera-t-elle autre chose qu’une recentralisation ? Géographiquement, elle va éloigner les gens des centres de décision, et surtout diluer leur attention dans un vaste espace difficile à identifier, comme lors des élections européennes. De ce point de vue, nous avons la chance d’être petits, comme les espèces qui échappèrent à l’effondrement des dinosaures. Ne baissons pas les bras, continuons à travailler pour une organisation territoriale adaptée aux besoins et aux projets de la Soule, de la Basse Navarre et du Labourd.

Un commentaire

  1. Publié le 29/10/2014 à 19:40 | Permalien

    Excellent article. Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à parler de république absolutiste. http://jefbzh.net/la-republique-absolutiste/

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video