Quelle stratégie gagnante pour la collectivité?

Si le mépris opposé à la revendication majoritaire, plurielle, pacifique et démocratique d'une collectivité territoriale pour Iparralde poussait les gens d'ici à intégrer peu à peu comme référence institutionnelle un Udalbiltza travaillant concrètement sur les sept provinces, cela commencerait enfin à faire réfléchir Paris.
« Si le mépris opposé à la revendication majoritaire, plurielle, pacifique et démocratique
d’une collectivité territoriale pour Iparralde poussait les gens d’ici à intégrer peu à peu
comme référence institutionnelle un Udalbiltza travaillant concrètement sur les sept provinces
cela commencerait enfin à faire réfléchir Paris. »

Paris ne veut pas d’un cadre institutionnel pour le Pays Basque Nord par peur qu’il ne renforce le sentiment d’appartenance au Pays Basque, germe de « séparatisme » et par peur qu’il ne permette de tisser des relations structurantes avec les institutions du Pays Basque sud, germe de « réunification ».

Quelle stratégie gagnante pour la collectivité territoriale ? Pour répondre à cette question, il nous faut comprendre ce qui cause le blocage total de Paris dans ce dossier. Pourquoi le gouvernement français, qu’il soit aux mains de la droite ou du PS, ne veut pas entendre parler d’une institution pour Iparralde, même à minima sous la forme d’un simple département Pays Basque ? Ce n’est donc pas le problème des compétences, mais bien celle du cadre qui pose problème. Paris ne veut pas d’un cadre institutionnel pour le Pays Basque Nord pour deux raisons essentielles me semble-t-il: par peur qu’il ne renforce le sentiment d’appartenance au Pays Basque, germe de “séparatisme” et par peur qu’il ne permette de tisser des relations structurantes avec les institutions du Pays Basque sud, germe de “réunification”. Si là résident bien les clefs du blocage, alors à nous de les faire tourner dans le bon sens pour ouvrir de nouvelles perspectives concernant l’avenir institutionnel d’Iparralde. La stratégie gagnante se construira dès lors en articulant deux dynamiques complémentaires.

Poursuivre sans relâche la mobilisation sociale pour une institution Pays Basque Nord

Il nous faut poursuivre la mobilisation sociale, impliquant de plus en plus de secteurs de la société civile d’Iparralde dans l’exigence d’une collectivité territoriale spécifique pour le Pays Basque Nord. Nous le voyons en Catalogne, la société civile mobilisée est la seule force capable de surmonter les contradictions internes à chaque parti, de réchauffer les diverses tiédeurs et de dépasser les divisions. Nous mobiliserons la société basque du nord en lui démontrant que sans collectivité territoriale, elle risque de perdre beaucoup (CAF, France 3 Euskal Herri Pays Basque, circonscriptions cantonales basques de l’intérieur…) et qu’elle a par contre tout à y gagner: autorité organisatrice unique permettant de rationaliser les transports collectifs, politique volontariste et adaptée sur le foncier et le logement, outils indispensables pour la défense d’une agriculture paysanne et durable, et bien évidemment nouvelles initiatives plus audacieuses pour le développement et la promotion de l’usage de l’euskara etc. Ce travail doit continuer à se faire en recherchant un éventail d’alliances le plus large possible, la pluralité la plus complète possible, afin de permettre à la masse la plus large de la population de s’identifier à ce combat. Cette mobilisation ininterrompue, ce débat permanent pour l’existence institutionnelle d’Iparralde crée et renforce la conscience Pays Basque dans la tête des gens. Depuis 1995, les votes des maires sur le département Pays Basque, le travail du Conseil de développement et du Conseil des élus, les mobilisations pour le département Pays Basque puis pour la collectivité territoriale ont renforcé l’identité Pays Basque des habitants d’ici. Dès lors, l’Etat doit mesurer ce qui renforce le plus le sentiment d’appartenance au Pays Basque: la création d’un cadre institutionnel, ou son refus de le concéder et la mobilisation ininterrompue qu’elle provoque, sans parler de la frustration qu’elle crée forcément.

 Nous le voyons en Catalogne, la société civile mobilisée est la seule force capable de surmonter les contradictions internes à chaque parti, de réchauffer les diverses tiédeurs et de dépasser les divisions.
« Nous le voyons en Catalogne, la société civile mobilisée est la seule force capable de surmonter les contradictions internes à chaque parti, de réchauffer les diverses tiédeurs et de dépasser les divisions. »

Développer en Iparralde une référence institutionnelle nationale basque

Il nous faut dans les mois et quelques années qui viennent arriver à ancrer dans le paysage d’Iparralde une institution correspondant au Zazpiak Bat, à l’image de l’Udalbiltza qui était née en 1999 pendant la période Lizarra-Garazi, en parallèle du bouillonnement pour un département Pays Basque. Une telle institution nationale basque devrait réaliser —au delà d’une présence symbolique— un vrai travail concret dans les domaines les plus divers: mise en place de Conseillers en énergie partagée pour les communes et les communautés de communes, organisation de séminaires et de voyages d’étude pour explorer les pratiques territoriales les plus innovantes et intéressantes, bureau d’aiguillage pour les dossiers de financement, du niveau local au niveau européen, initiatives instaurant des réseaux entre secteurs d’activité socio-économiques du Nord et du Sud, ou développant le cyclo-tourisme ou le woofing sur les sept provinces, promotion de démarches zazpiak bat dans le domaine du sport, de la fête ou de l’alimentation, développement d’un internet basque etc. L’idéal serait qu’elle ait au moins un siège concret et bien tangible —à l’instar d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara— en Iparralde.

Si demain, par manque d’une institution spécifique à Iparralde,
des élus, notamment des élus non abertzale,
et des responsables socio-économiques se mettaient à rechercher
certains accompagnements nécessaires
du côté d’une institution nationale basque,
alors là, oui, les signaux rouges s’allumeraient pour de bon du côté de Paris.

Si le mépris opposé à la revendication majoritaire, plurielle, pacifique et démocratique d’une collectivité territoriale pour Iparralde poussait les gens d’ici à intégrer peu à peu comme référence institutionnelle un Udalbiltza travaillant concrètement sur les sept provinces, cela commencerait enfin à faire réfléchir Paris. Si demain, par manque d’une institution spécifique à Iparralde, des élus, notamment des élus non abertzale, et des responsables socio-économiques se mettaient à rechercher certains accompagnements nécessaires du côté d’une institution nationale basque, alors là, oui, les signaux rouges s’allumeraient pour de bon du côté de Paris. Après avoir férocement combattu les ikastola pendant les premières années, l’Etat a fini non seulement par les reconnaître mais par créer des filières d’enseignement bilingue dans l’éducation nationale, afin de limiter la progression de Seaska. Dans la même logique, il serait alors tenté de créer enfin une collectivité territoriale Iparralde pour freiner le développement de l’institution Zazpiak Bat en Pays Basque nord.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).