Rentrée en euskara, le compte est bon

 

Tous les détails sur les 38 ikastola ici : https://seaska.eus
Tous les détails sur les 38 ikastola ici : https://seaska.eus

Plébiscité au Pays Basque, l’enseignement immersif reste menacé par Paris, en dépit des conventions avec l’Education nationale. Une clarification doit avoir lieu le 14 septembre au ministère de l’Education.

D’un côté, un modèle immersif d’enseignement du basque triomphant, validé par une fréquentation sans cesse en augmentation et l’approbation globale des pouvoirs publics locaux. De l’autre, une bataille sans fin qui ne permet jamais de poser le glaive, lorsque chaque rentrée scolaire promet son lot d’inquiétude et de désagrément.

Défendre l’euskara et son usage à beau être une cause qui ne souffre aucune velléité, il faut encore ferrailler contre des élus locaux qui s’opposent au développement d’une ikastola sous mille prétextes ou surtout, dans cette tâche déjà ardue d’enseignement, contre le Rectorat ou le ministère de l’Education.

Pourquoi est-ce si difficile de vivre en basque ? Jusqu’où devons nous nous battre pour que les droits de nos enfants soient respectés ?” s’est inquiété Peio Jorajuria, le président de Seaska, en cette rentrée.

Effectifs en augmentation

Sur le papier pourtant, l’école immersive à le vent en poupe. Malgré une baisse notable de démographie dans le département d’un millier d’élèves à chaque rentrée, les ikastola augmentent leurs effectifs de plus de 100 élèves cette année pour atteindre 4200 enfants dans 38 ikastola.

Après mobilisation des parents, l’école publique développe également l’enseignement en immersion. C’est le cas par exemple à la maternelle de Larrau ou en classe élémentaire à Irissarry.

Côté ikastola en revanche, celle de Briscous est toujours à la peine avec un conseil municipal peu enclin à favoriser son expansion. Une broutille mais qui fait sens à l’heure où l’ikastola de Ciboure vient d’accueillir 18 élèves supplémentaires dans ses locaux neufs, grâce à la volonté du nouveau maire abertzale Eneko Aldana qui a trouvé une solution rapide après sept années de crise. Quand on veut…

Mais on ne veut pas toujours. La fédération des ikastola voit aussi les nuages s’accumuler et malgré des propos rassurants du nouveau ministre de l’Education, Pap N’Diaye, rien n’indique que les élèves pourront bientôt obtenir de passer le brevet ou le baccalauréat dans la langue d’Axular.

Aucune matière ne peut plus être présentée en langue basque dans les épreuves finales du baccalauréat et le brevet n’est plus entièrement en euskara, comme cela était le cas avant 2018 et l’arrivée de Blanquer au ministère.

Délogés par la force

Ces dernières années, rassemblements, manifestations, chaînes humaines et occupations se sont succédé sans succès, jusqu’à juin dernier, lorsque les parents d’élèves ont été délogés par la force de l’Inspection académique où ils ne demandaient que le respect d’un acquis. Ce droit reste aujourd’hui menacé. Un courrier de la Direction générale scolaire (ministère de l’Education) en assurait d’ailleurs les représentants de Seaska le 27 juillet dernier. Le 23 août, c’est une “circulaire d’orientation” du Rectorat, adressée aux collèges, qui a laissé le président de Seaska pantois : “Nous ne savons pas dans quelle planète réside madame la rectrice, mais elle fait comme si l’immersion n’existait pas, comme si la circulaire sur les langues du 18 décembre 2021 n’existait pas, limitant la possibilité de l’enseignement bilingue à 50% du temps scolaire...”.

Nous ne savons pas dans quelle planète réside madame la rectrice,
mais elle fait comme si l’immersion n’existait pas,
comme si la circulaire sur les langues du 18 décembre 2021 n’existait pas,
limitant la possibilité de l’enseignement bilingue à 50% du temps scolaire…

Pas de quoi calmer les esprits. A moins que le ministre Pap N’Diaye ne parvienne à arbitrer ce dossier et revenir à la circulaire de décembre 2021 qui prévoit que les élèves des classes immersives “peuvent présenter des épreuves en langues régionales”, conformément à la convention triennale qui lie Seaska à l’Éducation nationale. Une rencontre est justement prévue ce 14 septembre au ministère, avec l’Office public de la langue basque et les parlementaires basques qui plaideront la cause de Seaska. Depuis l’attaque du Conseil constitutionnel français contre les langues régionales, condamnée par le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, une clarification s’impose.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).