Sortir des postures malsaines

François Alfonsi

Le député européen Français Alfonsi analyse en cette fin du mois de mars l’état d’avancement du projet de statut d’autonomie corse en cours de négociation. La chemin est aussi étroit qu’escarpé entre les ultra-jacobins français qui sont vent debout et une partie des souverainistes corses (Nazione) qui rejettent le projet par « calcul politique pour l’échéance électorale d’après », selon l’eurodéputé proche du président de le Collectivité de corse Gilles Simeoni.

Rappel : l’Assemblée de Corse a adopté le 27 mars le texte sur l’autonomie de la Corse dans la Constitution, négocié le 11 mars avec Gérald Darmanain. Quatre élus sur cinq l’ont adopté le texte dans son intégralité. Une solide majorité étendue à une frange de la droite a donc approuvé ce  document sous la forme de trois volets qui ont permis aux différentes sensibilités de l’île de faire valoir leurs différences, tout en maintenant une certaine cohésion. Le deuxième volet concernait un chapitre essentiel portant sur l’attribution d’un pouvoir normatif à la Corse : 49 élus se sont prononcés pour, à savoir les groupes Femu a Corsica (autonomistes de Gilles Simeoni), Core in Fronte (gauche abertzale), Avanzemu (abertzale), Pierre Ghionga (progressiste) et trois élus de droite. Une quatrième élue de droite s’est abstenue, tandis que le reste du groupe de droite et Josepha Giacometti (seule représentante de Nazione, le nouveau parti souverainiste proche du FNLC), ont voté contre.

Voici le point de vue de François Alfonsi, paru dans le numéro 2835 (29 mars) du journal autonomiste Arritti.

L’accord de Beauvau est soumis cette semaine à l’approbation de l’Assemblée de Corse. Les négociateurs corses peuvent se targuer d’avoir obtenu la signature de l’État autour d’un texte qui représente des avancées très importantes pour la Corse. Les concrétiser est la priorité désormais.
Le texte des «écritures constitutionnelles» qui fondent «l’accord de Beauvau» entre la représentation de la Corse et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin agissant au nom du gouvernement et du président de la République n’était pas encore définitif, mais les gardiens du temple républicain étaient d’ores et déjà sur le pont. On ne sait qui, de Manuel Valls ou Bruno Retailleau, dégaina le premier, mais l’aigreur de leurs propos rivalisait de mauvaise foi, et ouvrait le bal des jacobins. Depuis, de tribune en plateau télé, de Jean Louis Debré au désormais inévitable Benjamin Morel, à l’unisson avec les députés du Front National, toute la galaxie intello-parisienne se déchaîne sur les médias. Leur objectif est limpide : intimider le président de la République qui s’apprête à engager la réforme constitutionnelle, et chercher ensuite à « tuer » le processus dès son examen au Sénat.
Leurs arguments ne résistent à aucune analyse, l’autonomie au sein d’un État étant la forme de gouvernement des îles la plus répandue dans les pays démocratiques. À commencer par l’Italie avec la Sardaigne voisine, ou l’Espagne à propos des Baléares. Mais leur hyper-nationalisme français les obsède et ils font grand bruit pour peser sur une opinion publique et des élus, députés et sénateurs, fort heureusement moins fanatiques. Mais leur influence ne peut être négligée. Il faudra la surmonter.

En Corse, camp réactionnaire réduit

Face à cette offensive en règle, le bon sens consisterait à serrer les rangs en Corse, en agrégeant le plus largement possible autour de la majorité nationaliste issue des urnes, et hors de Corse, en confortant ceux qui nous soutiennent. La position courageuse de Laurent Marcangeli et de Valérie Bozzi, sur les bancs de l’opposition territoriale, a ouvert la voie à la décision de lancer la réforme constitutionnelle. Le camp réactionnaire est réduit à sa plus simple expression, incarnée par le sénateur Jean Jacques Panunzi.
Certes il est logique que les mouvements nationalistes, selon leurs sensibilités, accueillent avec des différences les avancées obtenues. Doit-on pour autant en arriver à des oppositions frontales, et accuser de «trahison» l’exécutif pour avoir validé le compromis trouvé à Beauvau ? C’est sans doute un calcul politique pour l’échéance électorale d’après, mais c’est aussi, à n’en pas douter, une posture malsaine. Elle est pain bénit pour ceux qui aspirent à dévoyer le nationalisme vers des revendications ethniques surannées, et dont le seul avenir est de se fondre dans les remugles de l’extrême-droite européenne, en y entraînant une partie de la jeunesse en mal de repères. Dans le défi existentiel pour l’avenir du peuple corse, qui joue sa survie dans la prochaine génération, il ne peut y avoir de place pour les jeux politiciens.

La fenêtre d’une inscription dans la Constitution de la « communauté corse »

Aux Corses qui s’interrogent, il faut faire lire et relire le texte de l’accord. Il ouvre la fenêtre d’une inscription dans la Constitution de la « communauté corse » autour de ses fondamentaux de l’histoire, de la langue, de la culture et de son lien à la Terre. Il acte « l’autonomie de la Corse dans le cadre de la République », et il valide une procédure propre de définition des lois et règlements par l’Assemblée de Corse sans habilitation préalable du gouvernement ou du Parlement. C’est le cadre souhaité d’un pouvoir législatif et réglementaire qui était attendu par ceux qui, en 2015, 2017 et 2021 ont mandaté l’Assemblée de Corse en apportant, avec des majorités toujours plus fortes, leurs suffrages aux mouvements nationalistes. Car pour balayer l’offensive jacobine qui va faire rage à Paris, il ne faudrait pas que la demande d’autonomie des Corses soit entachée de comportements ambigus ou délétères.
La question est sérieuse et elle engage l’avenir de notre île. Ceux qui par idéologie jacobine ou dérive opportuniste voudraient porter la responsabilité d’un échec au Sénat, devront aussi en porter les conséquences. Dans un espace démocratique on ne balaie pas sans conséquences, d’un revers de manche, un processus politique voulu par le peuple corse, validé par le président de la République, et présenté à la représentation élue du pays. Si le Sénat suivait les recommandations du président du groupe LR Bruno Retailleau, le jacobinisme serait victorieux, mais la démocratie serait piétinée, et la Corse meurtrie.
La seule priorité désormais est de faire en sorte qu’il n’en soit pas ainsi.

+ Sur les réactions ultra-jacobines, voir :  https://eu.enbata.info/artikuluak/contre-lautonomie-de-la-corse-les-jacobins-montent-au-creneau/
et :https://eu.enbata.info/artikuluak/vous-etes-en-train-de-capituler-devant-les-separatistes/

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *