Tartaro s’est étonné…

PrintFriendly and PDF
GerryConlon

Gerry Conlon, blanchis après 15 ans de prisons… Photo de sa sortie de prison en 1989

●●● et attristé de la mort de Gerry Conlon, l’un des quatre de Guilford, condamnés par la justice britannique pour un attentat de l’IRA avec lequel ils n’avaient rien à voir et blanchis après 15 ans de prison. Direct au paradis, le purgatoire c’était fait.

●●● que les ossements de 800 enfants aient été découverts dans une cuve à côté de l’un des anciens couvents catholiques Irlandais où étaient enfermées des filles-mères jusque dans les années 60. Une cuvée millésimée, avec du corps.

●●● pas tant que ça que l’archevêque de Tuam, Michael Neary, déclare que l’Eglise irlandaise ne savait rien de ce qui se passait dans ces couvents. Et
que la terre est ronde, y sait pas non plus?

●●● pas tant que ça, que le PP vote dès le lendemain de son abdication une loi d’immunité pour couvrir les frasques, trafics d’influence et autres agissements de Juan Carlos. Petit arrangement entre enfants du franquisme.

●●● pas tant que ça non plus, que la vraie raison de cette loi soit d’empêcher les requêtes de tests ADN faites par deux fils adultérins de l’ex-monarque, plus âgés que Felipe, et donc prétendants au trône en tant que fils aînés. Chez les Bourbon c’est quéquête oui, requête non.

●●● que François Hollande propose Jacques Toubon comme défenseur des droits et des libertés. Tartaro se souvient que le jeune énarque Toubon, chef de cabinet du préfet des PA, signait les arrêtés de saisie des n° 49 et suivants d’Enbata dénonçant l’arrestation de Christiane Etchalus sous Franco. Motif: “susceptible de troubler l’ordre public”.

●●● que le même Toubon soit avec Lamassoure l’auteur du fameux amendement à l’article 2 de la constitution, voté le 25 juin 1992, stipulant que “la langue de la République est le français”. Défendre le français contre l’Anglais? Non! Ecraser les langues minoritaires.

●●● et réjoui que le long combat du prof Garat aboutisse enfin à ce que le collège de St-Palais ne porte plus le nom de Léon Bérard, l’anti-sémite académicien et ambassadeur de Vichy au Vatican. Les anciens présidents du Conseil général qui refusaient le changement de nom seront tondus.

  • Newsletter



  • Soutenez Enbata

    En-kiosque2015-05-FR

    Soutenez Enbata ! A partir de 40€, recevez chaque mois Enbata magazine dans votre boite aux lettres.

    Abonnez-vous / Soutenez-nous

  • Thématiques

  • Mots-clés

  • Vidéos

    video